La dictature financière par l’exemple : ce qu’il fallait démontrer

Rédigé par 1000itant le 23 juillet 2015.

Stéphane_Le_Foll_(2014)

Lorsque trois géants de la distribution achètent les produits de 300 0000 éleveurs, cela empêche la juste rémunération des producteurs de viande. Cela s’appelle la dictature financière, parce que dans ces conditions, il n’y a pas de concurrence à l’achat, et une hyper-compétition à la vente, donc il n’y a pas de marché, tant le déséquilibre est absolu.

Mais le gouvernement fait l’autruche, il ne veut rien voir, rien faire, seulement compatir au malheur des 25 000 éleveurs en dépôt de bilan immédiat, et 300 000 exploitations à suivre. Pourquoi ? Parce que le plan de cette association de malfaiteurs est de couler les éleveurs européens pour faire plus d’argent avec les viandes hormonées importées à bas prix sur le marché mondial, notamment du continent Nord-américain. Les «négociateurs» du TAFTA préparent le terrain.

Édifiant comme à son habitude, François Hollande appelle les distributeurs à l’aide ! Ce n’est pas ce qu’on demande au Président de la République, héritier du Roi. Le Roi arbitre pour faire valoir les intérêts du plus grand nombre qui crève sur place, pas ceux du petit nombre qui finance les partis politiques. Mais la cause est entendue, le Roi est mort. Il n’y aura pas d’arbitrage, mais seulement l’enterrement de la filière qui produit la meilleure qualité de viande au monde, la filière française !

Qu’il est doux notre Président, quand «il lance un appel aux grandes surfaces pour attirer leur attention sur la précarité de certains éleveurs». Champion des pétitions de principe, François Hollande appelle la grande distribution à «veiller à améliorer la rémunération des éleveurs». Mais où a-t-il appris l’économie ? Quand le marché ne fonctionne plus à cause de l’hyper-concentration de la demande, soit l’État casse les monopoles, soit il les réglemente. Mais les prières du Président ne sont d’aucune utilité en la matière. Il peut toujours essayer d’allumer des cierges, mais pas à l’Élysée, que diable ! L’Élysée n’est pas la sainte chapelle des prières du Président !

Est-il seulement conseillé ? Les déclarations du ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, laissent pantois ! Primo, il minimise la catastrophe en annonçant 10 % des exploitations d’élevage concernées. Concernées par quoi ? Dans ses sous-entendus, il laisse supposer «concernés par des difficultés conjoncturelles», alors que la vérité est 10 % concernés par le dépôt de bilan immédiat. Les professionnels du mensonge politicard sont appelés à la rescousse du traitement de la crise.

En réalité, toutes les filières de production de viande française sont à 100 % concernées par la dictature d’une minorité de holding qui profitent des dérégulations de l’Union Européenne pour étrangler les éleveurs Français. Et le gouvernement socialiste ose l’argument immonde : les éleveurs français ne sont pas compétitifs ! Et ils oublient, par calcul médiatique, de mentionner la relation directe entre le coût de production et la qualité du produit.

Réaffirmons la vérité : les éleveurs Français sont les plus compétitifs, parce qu’ils produisent, dans les meilleurs conditions de prix, une viande de qualité, qui respecte le bien-être animal et l’environnement. Rien à voir avec la merde aux hormones américaines que la grande distribution veut nous imposer pour augmenter ses marges commerciales.

La casse sociale à grande échelle, c’est maintenant !

Déjà 8 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    quid des enveloppes de la grande distribution qui permettraient de concourir aux « bonnes œuvres » de ce gouvernement ?

  2. JpB dit :

    Hé oui encore une fois la mondialisation et l’Europe sévissent…
    A quand un minimum de protectionnisme équilibré ?
    BAH….avec l’Ump et le Ps , on voit le résultat !

  3. pouet pouet dit :

    Est-ce qu’on précise que ce ne sont pas les distributeurs (carrefour, leclerc et etc) qui achètent aux éleveurs mais des centrales d’achats (abatoirs, fournisseurs) qui, eux, achètent aux éleveurs, POUR ENSUITE, revendre aux distributeurs ?

    Donc qu’en fait, ceux qui s’en mettent plein les poches ce sont ces centrales d’achats ? (parce que franchement, vous pensez vraiment que les distributeurs comme carrefour font le plus de bénéfices sur la viande ?)

    Faudrait peut-etre aussi taper sur les acteurs qui ont vraiment les cartes en main.

    • Toto dit :

      @ pouet pouet

      Les prix des produits agricoles sont principalement décidés au sein des interprofessions qui regroupent producteurs, transformateurs et distributeurs (votre argument est donc théorique, mais ne correspond pas à la réalité).

      En pratique, ce sont les distributeurs qui décident des prix.

      Sur l’article : même s’il est un peu caricatural, ses arguments sont pleins de bon sens et traduisent la réalité = absence de concurrence et démission de l’Etat = agricuteurs plantés ! C’est dramatique.

  4. katlen dit :

    Le copain de la copine, le copain LA FOLLE…et nous restons dans l hypocrisie la plus total..HONTEUX..Le Socialisme Barbare

  5. daniel pilotte dit :

    LE FOLL était dimanche matin à la terrasse d’un café dans sa ville à LE MANS LE FOLL était avec 3 autres personnes ou LE FOLL était attablé comme par hasard place DES JACOBINS, contrairement à 2012 dimanche 26 JUILLET 2015 LE FOLL a fait un FLOP, comment je le sais ma mère et des ami(e)s habitent LE MANS et en SARTHE.

  6. Que penser de cette lecture qui ma veritablement scotchez … encore ?

Laisser un commentaire sur pouet pouet