Famille : l’action subversive des USA dans les instances de l’ONU

Rédigé par Joseph Salem le 31 juillet 2015.

gaypride_homo_mariage_pour_tous Ramon Stoppelenburg

Dans les instances de l’ONU, le camp états-unien affronte le camp africain sur les références à la famille dans la déclaration universelle des droits de l’Homme. Le but des diplomates américains est de gommer les références à la famille pour imposer les revendications homosexualistes.

Pourtant, contre les Etats-Unis, l’instance démocratique de l’ONU vient de voter la résolution A.HCR/29/L.25 en faveur de la famille : 29 voix pour, 14 contre et 4 absentions, un vote très largement majoritaire. Certains y voient même une étape historique pour la protection de la famille.

Mais Barack Obama n’est pas content, car cela ne sert pas la promotion homosexualiste. Ne confondons pas l’homosexualisme avec homosexualité, car encore une fois, les homosexuels n’ont rien demandé. Nous sommes bien en présence d’un OVI (Objet Volant Identifié) homosexualiste, dont les motivations restent cependant à préciser : pure idéologie, nihilisme, commerce ?

Aussi, les diplomates américains redoublent de chantage à l’aide financière pour obliger les Etats membres de l’ONU à ne plus tenir compte de la définition de la famille dans la déclaration universelle des droits de l’Homme. Cela n’a pas empêché Barrack Obama de se prendre une grosse claque lors de sa première visite diplomatique au Kenya.

En effet, son insistance à vouloir imposer l’homosexualisme s’est traduite par une réponse on ne peut plus claire du Président kenyan Uhuru Kenyatta : «L’homosexualité est un non-sujet au Kenya (…) Nous serons en colère si le président américain parle du mariage gay. On n’en veut pas ici au Kenya car dans notre culture c’est mal.»

De plus, le vice-président du CPF kenyan Charles Kanjama ajoute : « Nous ne voulons pas que les Kenyans, parce qu’Obama vient d’une superpuissance plus avancée que la nôtre, pensent que ses idées sont elles aussi plus avancées (…) Les Kenyans doivent rejeter la plateforme pro-gay d’Obama. » »

Nous comprenons mieux l’affrontement idéologique qui se joue à l’ONU où les pays africains sont frontalement opposés aux manœuvres américaines effacer la famille de la déclaration universelle des droits de l’Homme. Heureusement, la récente résolution marque un point contre l’action subversive du lobby homosexualiste défendu par les Etats-Unis d’Amérique.

Présentons les points essentiels des recommandations actuellement défendues par la majorité des Etats représentés à l’ONU contre la diplomatie américaine. la Résolution A.HCR/29/L.25 comprend les points suivants :

§4. Réaffirme que la famille est l’élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État;

§6. Estime que la famille constitue une force puissante de cohésion et d’intégration sociale, de solidarité entre les générations et de développement social, et qu’elle joue un rôle crucial dans la préservation de l’identité, des traditions, de la moralité et du patrimoine culturels et du système de valeurs de la société;

§10. Souligne que la famille est responsable au premier chef d’élever et de protéger les enfants, de la petite enfance à l’adolescence, que l’initiation des enfants à la culture, aux valeurs et aux normes de la société dans laquelle ils vivent commence dans la famille,

§12. Réaffirme que les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants et que la responsabilité d’élever l’enfant et d’assurer son développement leur incombe au premier chef,

§13. Appelle l’attention sur le rôle que jouent les membres de la famille, en particulier les parents et autres tuteurs légaux, dans le renforcement de l’amour-propre et de l’estime de soi chez les filles, dans l’amélioration de la condition de celles-ci et dans la protection de leur santé et de leur bien-être;

§27. Invite les États à envisager d’incorporer systématiquement la question de la promotion des politiques axées sur la famille dans les objectifs et cibles proposés dans le cadre du programme pour l’après-2015;

Ainsi, le combat pour les familles s’adapte à l’action internationale de ceux qui veulent les faire disparaître au nom d’un égalité pervertie. Revenons au sens des mots. Une famille, c’est un homme et une femme qui s’unissent pour aimer et éduquer les enfants qu’ils engendrent ensemble. Il n’y a aucune exclusion dans cette définition, mais seulement l’expression des droits fondamentaux de l’être humain à connaître affectivement et socialement ses parents biologiques.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. daniel pilotte dit :

    Les RICAINS se la pètent un peu trop, à croire que l’ONU est devenu un nouvel état des STATES, LA FRANCE et L’EUROPE ne disent rien en s’inclinant honteusement.

Laisser un commentaire