Persécutions contre FdeSouche : le système s’affole

Rédigé par Louis Blase le 03 août 2015.

hollande_pierre_berge

L’épisode digne de 1984 dont Pierre Sautarel a été la victime cette semaine, un des contributeurs au site de réinformation FdeSouche, donne un avant-goût des dérives qui devraient se multiplier dans notre pays après le vote de la loi sur le renseignement.

Dans un entretien accordé au journal Présent, Pierre Sautarel raconte les faits et donne sa propre interprétation de l’action policière à son encontre. Il en ressort trois faits marquants sur l’évolution des méthodes du système :

1-L’attaque est policière et non plus milicienne

Jusqu’à présent, le PS s’appuyait sur des associations miliciennes, comme Actup, pour intimider par des actions violentes les citoyens de la réinfosphère. On se souvient par exemple des infamies d’Actup contre la présidente de La Manif Pour Tous Ludovine de la Rochère, allant jusqu’à mettre en scène du faux sang sur les murs de la fondation Jérôme Lejeune, ou encore le saccage de la librairie d’Emmanuel Ratier par des militants socialo-fascistes.

Mais le PS semble avoir adopté des méthodes plus institutionnelles, profitant de son passage aux commandes de la République. Ainsi, Pierre Sautarel a fait l’objet d’une convocation et d’un interrogatoire musclé de la police, malgré la raison insignifiante, un prétexte : «J’ai reçu une convocation de la police pour une affaire de diffamation. Sur place j’ai appris que c’était dans le cadre d’une diffamation visant Pierre Bergé qui porte plainte. On me reproche d’avoir publié sur FdeSouche un lien vers un article du site Panamza que Pierre Bergé juge diffamatoire. Juste un lien. Même pas un copié-collé de l’article», explique la victime de l’action policière.

2-L’attaque vise la personne, sans relais médiatique

Jusqu’à présent, les militants PS excellait dans les actions symboliques à moindre frais, mais amplifiées grâce au relais des médias de propagande du système. Les Femen offrent les exemples les plus récents de ce type d’action dont le levier essentiel réside dans l’amplification médiatique des seins faméliques tristement associés à des messages de haine. Mais, dans le cas de Perre Sautarel, la presse officielle n’a pas été mobilisée pour donner à l’interrogatoire une portée symbolique, l’attaque vise à atteindre la personne.

Il y a tout d’abord la volonté de trouver des chefs d’accusation qui n’existent pas. L’interrogatoire est musclé : «Ils voulaient absolument obtenir une chose : que je reconnaisse que je suis le directeur de la publication de FdeSouche. Or, je ne suis pas le directeur de publication du site». Bref, les grosses manœuvre pour créer un chef d’accusation.

Il y a ensuite la volonté d’humilier la personne en l’atteignant dans ses biens. En effet, les policiers ont perquisitionné au domicile et ont forcé la porte : «Ils ont saisi mon smartphone que j’avais avec moi lors de la convocation. Ils se sont ensuite rendus chez moi, ont forcé la porte avec un serrurier et ont entièrement perquisitionné l’appartement à la recherche de mon matériel informatique et de mon ordinateur qu’ils n’ont pas trouvé.»

3-Le mensonge médiatique de la presse sous influence ne fonctionne plus

Mais le plus significatif, au-delà de la prétendu diffamation contre Pierre Bergé, c’est la prise de conscience par la caste médiatico-politique que leur mystification de l’opinion publique ne fonctionne plus. Et cela explique la violence, l’irrationnel même de l’action policière contre Pierre Sautarel. Il explique : «Dans une période où tout nous donne raison, ils sont ennuyés, oui. Que ce soit avec l’explosion de la délinquance, comme les 17 commissariats attaqués pendant la période du 14 juillet dont aucun média en vue n’a parlé, ou avec la montée des attentats islamistes, nous assistons à l’explosion de leur France plurielle et à une grave régression au niveau sécuritaire, identitaire et civilisationnelle. Et les gens en prennent de plus en plus conscience. (…) Nous bousculons toute leur hiérarchisation de l’information et nous avons plus de visibilité que certains journaux professionnels ou même locaux. A ce qui serait passé complètement inaperçu, nous lui offrons une visibilité auprès du plus grand nombre. La profusion est éclatante. Les Français ne croient plus vraiment ce que leur disent les journaux télé lorsqu’ils constatent tout ce qui est passé sous silence.»

Pour la réinfosphère, l’aventure de Pierre Sautarel est un signe d’encouragement à continuer ce travail indispensable à la sauvegarde de nos libertés fondamentales, comme il l’explique au journal Présent : «C’est une preuve de l’utilité de notre travail. Je ne pense pas qu’ils se donneraient autant de mal pour nous faire taire si on ne les dérangeait pas. Ils essayent de nous empêcher de leur nuire. Nous prenons ça comme une forme de récompense sadique ! On atteint comme un paroxysme avec la police qui sert en quelque sorte de relais aux campagnes d’intimidation des islamistes. J’ai été visé par Forsane Alizza (NDLR : le groupe terroriste islamiste avait projeté de tuer Pierre Sautarel) qui a été jugé au début du mois et deux semaines après je me retrouve convoqué par la police.»

Conclusion : l’asepsie médiatique de France Télévision ne suffit plus à panser les plaies sociétales de la déconstruction gôchiste. Il est temps de retrousser les manches pour reconstruire la France malade de sa ploutocratie. Vive FdeSouche.

Déjà 11 remarques sur cet article

  1. Jpb dit :

    C’est bien d’ avoir parlé ici de la répression socialo croissante contre les médias de ŕéinformation, tel Fdesouche.

    Riposte Laique qui se bat pour la laicité et contre l’islam conquérant doit etre aussi mentionné car ce ce site subi des plaintes simultannées de Cazeneuve, Bergé, Hidalgo et du Préfet de Paris pour tenter de l’étouffer.

    Du jamais vu sous la 5e ŕépublique , mais ce régime socialo à bout de souffle, pseudo champion de la liberté d’expression, tombe son masque ‘je suis Charlie » et révèle sa vraie nature répressive , dans le pur style bolchévique.

    Voir à ce sujet : http://ripostelaique.com/injurieux-de-qualifier-cazeneuve-dislamo-collabo-hidalgo-de-leche-babouches.html

  2. Bedou dit :

    Soutien total à Pierre et Fdesouche

  3. lauredebauvoir dit :

    Bonjour, il y a bien longtemps que je savais que cela arriverait, tout simplement, en 1988, j’ai été victime du racisme dont on ne doit pas parler et du coup, le système m’en a punie pendant des années…
    Là, je viens juste sourire un peu en réaction à ce post :
    ***
    C’est bien d’ avoir parlé ici de la répression socialo croissante contre les médias de ŕéinformation, tel Fdesouche.
    ***
    Le sourire, c’est, la répression socialo CROISSANTE ( comme croissant + lune )

  4. daniel pilotte dit :

    Soutien à FRANÇAIS DE SOUCHE qui est honnête alors que les socialistes et gauchistes qui sont au pouvoir sont aussi dangereux que les racailles, les voyous et les djihadistes.

  5. Muriel dit :

    Fdesouche fait oeuvre de salut public en collectant et citant les articles consacrés à ce qui fache la bien pensance= immigration, dérives de l’islam, insecurité galopante résultant de cette immigration…..

    Seuls certains commentaires d’internautes sont un peu crus, mais c’est la vraie liberté d’expression.

    C’est clair, la censure gocho socialiste ne neut supporter autant de liberté.

    Il faut défendre ce vrai site de réinformation !

  6. zelectron dit :

    bis repetita
    La loi « charlie » contre signée par 1 million de manifestants pour la liberté permet désormais de dire et d’écrire n’importe quoi, n’importe où, n’importe comment, y compris de blasphémer ou d’uriner sur les autels . . . ou encore par exemple dire que le socialisme est le meilleur moyen de ruiner un pays ! C’est devenu en soi une jurisprudence déboutant ainsi les ceusses qui cherchent des noises à tout un chacun.

    • lauredebauvoir dit :

      Vous dites ?
      Les libertés sont restreintes pour la plupart d’entre nous !
      J’ai connu les années 70, ceux qui ont voulu « donner plus de liberté » nous ont menés à une sorte de dictature, bravo !!!

Laisser un commentaire