Tel-Aviv Bimbo versus Gaza Babouche

Rédigé par 4VinsDivers le 17 août 2015.

anne_hidalgo

La France doit cesser d’être au quotidien le théâtre d’affrontements qui ne la concernent pas. Le pître de gôche Éric Coquerel se réjouit d’avoir «gagné» le débat entre les deux adversaires du moment : Tel-Aviv-sur-Seine contre Gaza-Plage ! Mais où va la France ?

Le spectacle offert par ces «festivités» fut agrémenté par une mobilisation sans précédent des forces de l’ordre, 500 policiers en tenue de combat, appuyés par des équipes de déminage à la recherche d’engins explosifs, après que les réseaux sociaux eurent annoncés des retrouvailles sans gants ni maillots de bains.

La gôche avait prévenu : «On n’appelle pas à se mobiliser pour une simple raison, c’est qu’on a vu sur les réseaux sociaux depuis des jours, y compris venant d’une certaine extrême droite sioniste, des appels à la provocation extrêmement violents. Il y a plein de gens qui rêvent que ça se passe mal, et nous n’avons pas les moyens militants d’éviter les provocations de ce type». Disent-ils après avoir construit la situation conflictuelle, la plus belle hypocrisie politicarde.

C’est bien le poing levé à l’appel du grand soir, que le coordinateur politique du parti de gauche se réjouit d’avoir su imposer «un débat nécessaire». Une fois de plus, la France réelle est prise en otage d’une part, et prise des tremblements de la stupeur d’autre part, devant les fissures de l’unité nationale provoquées, voire imposées, par ces gôchistes inconscients et vains. Ras-le-bol !

Au lieu de participer aux processions nationales du 15 août, en dévotion au vœu du Roi Louis XIII du 10 février 1638, qui consacra la France à la Vierge Marie après qu’elle eut été libérée des invasions espagnoles, Anne Hidalgo imagine cette nouvelle pomme de discorde entre les deux communautarismes les moins bien intégrés de France.

La gôche fait tout pour importer chez nous un conflit armé qui ne concerne en rien la France et encore moins les Français, au lieu de travailler à l’intégration des communautés d’origine étrangère et à la paix sociale dans notre pays. Ras-le-bol !

L’ensemble de la gôche radis rose, jusque dans la majorité municipale d’Anne Hidalgo, s’était pourtant opposée à ce que Paris Plage soit subvertie par l’une des deux communautés belligérantes. Mais la revendication était malsaine, car elle était avancée au profit de la communauté adverse. Et Coq maquerelle de surenchérir : «Il y a des gens qui ont envie de faire monter la sauce». Ras-le-bol !

Mais pendant ce temps là lalère, la sauteuse de troubles, Anne Hidalgo, est en vacances. L’afflux massif de migrants à Paris, sympathisants supposés pour le camp à babouches soutenu par la gôche, contre les campeurs du moment accusés d’extrême droite sioniste, ne va pas arranger les choses.

Quelques élus LR, dont Philippe Goujon, comme un poisson dans l’eau a demandé l’interruption volontaire de «grosses-fesses», un surnom tout en chair dont l’attributaire devra se reconnaître dans la foule. «Où est passée la maire de Paris?» se lamente l’édile. On se le demande encore.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. PhilZ dit :

    Ce genre de manifestation inutile et certainement assez couteuse est destinée à cristalliser l’opinion sur des sujets qui divisent plus qu’ils ne rassemblent et qui permettent d’occuper l’opinion pour cacher le vide sidéral de l’action de nos politiques.Comportement socialiste typique et utilisation de la presse pestilentielle pour cela…

  2. daniel pilotte dit :

    Hidalgo la socialo avec son équipe municipale continue de déverser son mépris sur le peuple ISRAÉLIEN, HIDALGO est bien une gauchiste qui n’aime que les migrants et les terroristes musulmans.

Laisser un commentaire