Les frontières empêchent les guerres civiles

Rédigé par Louis Blase le 22 août 2015.

De plus en plus d’intellectuels évoquent avec le plus grand sérieux la perspective d’une guerre civile en France. Ce 17 août, c’était Georges Bensoussan dans les lignes du Figaro, mais d’autres l’avaient précédé : Ivan Rioufol le 8 janvier, Thierry Baudet le 24 avril, et bien d’autres.

Si depuis quarante ans, les médias français de propagande masquent les tensions ethniques qui s’installent en France, les attentats bien réels de janvier 2015 et la menace terroriste de plus en plus prégnante viennent nous rappeler que l’utopie de gôche qui nous gouverne n’est pas un long fleuve tranquille, mais bien au contraire un marécage qui se transforme peu à peu en mare aux crocodiles.

Une guerre civile ? Mais entre qui et qui ? Les auteurs de tels articles ne cherchent même pas à argumenter. Pour Yvan Rioufol, l’islam politique même modéré, contient tous les germes de la radicalisation de la frange communautarisée de la population résidant sur le sol français : «nous avons vengé le prophète», se seraient écriés les frères Kouachi après leur crime de sang, traduisant le ressenti clivant d’une partie de la population française de confession musulmane. Les communautés s’affrontant dans le sang seraient alors les Français de souche contre les populations se réclamant de l’Islam simultanément politique et religieux, puisque cette religion n’opère pas la distinction fondatrice des institutions françaises.

Pour Thierry Baudet, le risque de guerre civile avec les communautés musulmanes est paneuropéen et qualifié de «réel». Pour lui, la situation en Irak, en Syrie et en Lybie, démontre que dans des pays où le sentiment d’appartenance à une communauté nationale faiblit ou n’existe pas, le chaos s’installe inéluctablement, parce que ces pays sont «intrinsèquement instables». Or c’est le sens des évolutions que nous connaissons dans les pays européens, depuis que des populations de culture et de religions exogènes s’y regroupement sans soucis d’assimilation, à une vitesse qui dépasse très largement le taux de renouvellement des populations endogènes.

Dans de telles situations, «les différentes factions ou communautés perçoivent alors la politique comme une compétition gagnant-perdant c’est eux ou nous- et sont toujours enclines à s’emparer du pouvoir quand l’autre est plus faible (…). En raison de l’immigration de masse et des aspirations politiques naturelles des musulmans devenus très nombreux, nous prenons le risque d’un retour à l’état de guerre civile paneuropéenne. C’est une raison supplémentaire pour ne pas permettre l’arrivée de ces réfugiés sur nos côtes», écrivait Thierry Baudet dans les lignes du Figaro en avril 2015.

Georges Bensoussan évoque également la séparation de deux populations, l’une française de coeur par la culture, l’autre seulement française par la carte d’identité, mais étrangère par la culture et le sentiment d’appartenance. Il écrit : «Toute une partie de la jeunesse de notre pays se reconnaît de moins en moins dans notre culture. Elle lui devient un code culturel étranger, une langue morte et pas seulement pour des raisons sociales. Nous sommes en train d’assister en France à l’émergence de deux peuples au point que certains évoquent des germes de guerre civile.»

Ces hypothèses, publiées en 2015 par la grande presse, sont d’autant plus surprenantes, qu’un penseur comme Guillaume Faye, connoté à droite, fut traîné devant les tribunaux en 2000 pour avoir publié un livre intitulé « la Colonisation de l’Europe, discours vrai sur l’immigration et l’islam », livre devenu introuvable aujourd’hui. Dans ce livre, Guillaume Faye développait une thèse selon laquelle les pays européens étaient en voie d’être colonisés. A ce phénomène, il avançait deux causes majeures, d’une part la volonté de conquête de l’Islam, vu comme idéologie politique de prise du pouvoir, et d’autre part « l’ethno-masochisme » des Européens se livrant, avec inconscience ou non, à une sorte de «suicide civilisationnel» : «Quand on ne fait plus d’enfants et qu’on accueille des masses de migrants prolifiques, on est condamné à disparaître. Nous avons peu de temps pour réagir.» écrivait Guillaume Faye en 2000.

Les frontières font partie des outils de gestion de la paix civile dont tous les peuples ont besoin. Il est grand temps de revoir l’engagement de la France dans Schengen, de rétablir nos frontières et de renouveler notre classe politique engluée dans son affairisme, si les Français veulent conserver une chance de transmettre leur patrimoine civilisationnel à leurs enfants.

Déjà 21 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Il fallait etre aveugle et lobotomisé par la propagande muticulturelle des médias de la bienpensance et des politiques Umps , pour ne pas s’en rendre compte.

    Le Grand Remplacement annoncé par Renaud Camus et bien d’autres est en marche et ne peut que conduire effectivement à une guerre civile.

  2. katlen dit :

    Vous nous demontrez bien par ces differents commentaires et analyses citer par vos personnalites que deviendra le pays mais aussi la terrible fin avec toute son histoire pourrais disparaitre…Vous etes NEUTRE, vous accuser Personne , Nous on accuse..Ces Voleurs, ces Bandits du Gouvernement Socialiste , ces Menteurs d etre responsable de la situation qui risque de faire disparaitre la France , et par ailleurs cela commence , Nous avons regarder sur des videos sur ce qui se passe a Paris , et vraiment c est a pleurer et a crier a l assassin.honteux, c est tres tres Grave…Et que fait le Gouvernement RIEN..terrible…

  3. Bluesun dit :

    1981, Mitterrand pose son postérieur sur le fauteuil de l’Elysée, la gauche dans les rues de Paris est en liesse.

    1982, le début de la délocalisation de nos usines, fait naître le chômage, puis les SDF.
    Les français prennent peur des lendemains, et Mitterrand constate qu’ils ne font plus d’enfants.

    La machine europe-mondialisation est en marche, et la sagesse des 2 singes commence à se faire voir côté homme politique.
    « Ne pas entendre les bruits de la rue, et surtout ne rien voir. »

    (En 1985, Un homme entendra, et verra pour eux : Cet homme se nomme Coluche.)

    Les français, n’ont plus confiance en l’avenir, ne font plus d’enfants. Mitterrand, qui dira plus tard « contre le chômage, on a tout essayé » fait appel à l’immigration.

    Avec les associations, et leur politiquement correct, patiemment le visage de la France change.

    Devant la montée du FN, on dira de celui-ci qu’il est un parti raciste.

    Alors que réalisme, n’est en rien du racisme.

    Après guerre, les français ont retrouvé liberté, fierté, pays, emplois, éducation, civisme.

    Sans aucune guerre, ils ont perdu, frontières, pays, monnaie, emplois, religion, liberté, (sous dictature du politiquement correct, et de la pensée unique) fierté, joie de vivre, sécurité, éducation, civilité, pouvoir d’achat, pouvoir de partir 4 semainces en congés payés..etc…

    30 ans, que rien ne va plus, que les grèves dans tous les secteurs n’ont plus de cesse.
    que les suicides adultes et enfants ne cessent d’augmenter.
    Suicides chez les agriculteurs, à France Télécom, (un ministre dira même que c’est une mode) « ça ne fait rire que lui »..

    Les SDF meurent de froid dans les rues de Paris, le scandale du début des années 1980, devient par l’habitude un fait d’hiver.

    Etre français devient ringard, la Marseillaise ne se chante plus, et le drapeau bleu blanc rouge est caché sous le drapeau européen.

    La religion catholique perd ses églises pour cause de crise, quand les mosquées poussent comme des champignons.

    Nos cantines scolaires perdent le cochon, nos fêtes religieuses perdent leurs jours fériés, nos crèches de Noël doivent se cacher, et notre père Noël ne vient plus émerveiller les yeux des enfants.

    Et pendant ce temps, les médias nous bassinent les avec les fêtes islamiques. Mais rien sur les autres religions qui occupent le sol de France depuis des décennies.

    Trop longtemps contenue la cocotte explose.

    1789, les citoyens étaient sans culotte, 1981 – 2015, Hollande et les autres en ont fait des sans dents.

    Le jour où, les français n’auront plus rien à perdre, ni a protéger, ce jour là est à craindre.

  4. lafronde dit :

    Si les frontières peuvent éviter les guerres civiles (Paix d’Augsbourg, Traité de Westphalie) ce n’est pas toujours vrai (éclatement de la Yougoslavie) Une autonomie civile ou régionale respectée a aussi cette vertu. (Edit de Nantes, Glorious Revolution anglaise)
    Mais il est vain d’attendre d’une République unitaire et universaliste, ni la liberté locale ou l’autonomie, ni le bénéfice de la frontière. Toute l’Histoire de notre République lorsqu’elle l’a pu, est d’abolir les frontières : République-soeurs sous le Directoire, puis l’Empire napoléonien en Europe, Empire colonial Outre-mers, départements français d’Algérie.

    La République française se voulant universelle, soit elle étend son empire (en Europe ou aux colonies) soit elle naturalise les migrants (même s’ils viennent en masse, même s’ils n’adhèrent pas à la société d’accueil).

    Le régime républicain tout à son idéologie universaliste peut même aller jusqu’à déshériter la société d’accueil – les autochtones – de leur droits historiques sur la terre de leurs ancêtres. Voyez le tarif (45.000e) d’une infraction aux lois d’exception (inversion de la charge de la preuve) et prétendument anti-discriminatoire, et d’autre part les subventions publiques (voir Mairie de Paris) accordées au bras séculiers politico-judiciaire comme la LDH, le MRAP ou SOS Racisme.
    Ce système politico-judicaire prétend que l’inégalité des conditions provient a priori d’une discrimination. C’est un obscurantisme sociologique qui ignore l’enseignement de la psychologie éducative. Cette ignorance est faite à dessein car il est clair que la psychologie infantile et familiale n’est pas du ressort du Gouvernement. Ou pas encore !

    La première frontière à rétablir serait donc entre la société civile réintégrée dans les biens lui appartenant (entreprises, emplois, revenus, logements) ou devant lui revenir (budgets école, prévoyance), et d’autre part la société politique limitant son action strictement à ce qui lui est délégué.

  5. daniel pilotte dit :

    L’ouverture des frontières a été une véritable connerie, aujourd’hui nous en faisons les frais des résultats catastrophiques.

  6. christophe dit :

    Exactement déjà Maastricht et euros sont une grave erreur!!!

    guerre civile ou mondiale??? peu importe le processus est lancé!!!

  7. Bluesun dit :

    Lettre ouverte à un réfugié syrien Salut,

    Je t’ai vu à la télévision dimanche soir. Tu débarquais triomphant de ton bateau pneumatique sur cette île. Je t’ai entendu jubiler, que tu avais 20 ans, que tu étais chrétien et que tu fuyais la guerre.

    Les médias occidentaux, gangrénés par des journaleux gauchisants ne savent plus quoi faire pour essayer de nous culpabiliser. J’avouerai que ces images et ton discours m’ont mis mal à l’aise. Alors j’ai réfléchi. Ce que j’ai à te dire ne va pas te plaire. Ça ne plaira pas non plus à tous ces humanitaires, ces comités de soutien et ces ONG qui t’utilisent comme matière première de leur petit business.

    Si toi qui as 20 ans refuse de te battre pour ton pays, qui va le faire?

    Je vais faciliter ta réponse. Il te suffira d’évoquer les points Godwin pour me discréditer. Tant pis, les leçons de l’Histoire seule peuvent nous éviter de refaire indéfiniment les mêmes erreurs. Il y a 71 ans, l’Europe a connu un autre débarquement. Des gamins de 20 ans comme toi sont venus par milliers.

    Pas pour nous envahir, mais pour nous libérer. Pas pour lâchement sauver leur cul, mais pour se battre. Ils sont morts pour des idées, pour un rêve de liberté, dans un pays qui n’était même pas le leur. Parce que c’était des hommes de devoir et qu’il fallait le faire.

    Je ne dis pas qu’ils sont morts en héros. La mort n’est jamais belle. Certains ont atrocement souffert, d’autres sont morts comme des chiens. Mais ils l’ont fait.

    Tu commences à comprendre où je veux en venir? Je sais bien qu’il y a des perspectives plus réjouissantes que de devoir prendre les armes et se battre. Le politiquement correct et la bienpensance dominante font que l’on glorifie désormais les fuyards et les déserteurs. Sache qu’il y a encore dans cette Europe de sans-couilles quelques hommes d’honneur, quelques patriotes, – estampillés vieux cons rétrogrades par toute la frange des fiottes qui te soutiennent -, pour qui tu n’es qu’un lâche.

    Tu n’as pas de courage, tu n’as pas d’honneur, tu n’as plus de pays. Je ne te méprise pas, tu n’en vaux pas la peine. Tu as réussi à escroquer tes parents pour avoir de quoi payer les passeurs, tu continueras à vivre en parasite puisque c’est comme ça que ça fonctionne et que c’est l’idéal qu’on t’a fait miroter.

    Il y a cette autre question qui découle de la première et qui entretient mon malaise.

    Si tu n’aimes pas assez ton pays pour te battre pour lui, que viens-tu faire chez moi? Ne me dis pas que tu vas aimer ma patrie comme la tienne: tu viens de lui tourner le dos! Au moindre problème tu reprendras ta route. Je sais que je ne peux pas compter sur toi.

    Je suis un sale con nationaliste. Mes écrits puent l’extrême-droite. On m’accusera d’être xénophobe, que mes propos sécrètent la haine. Tes nouveaux petits copains médiatico-humanitaro-donneurs de leçons ne vont pas me louper.

    Tu peux me haïr, c’est facile. Mais sache une chose: dans 30 ans, quand tu regarderas en arrière et que tu verras ce gosse de 20 ans qui a refusé de se battre, tu te détesteras. Tu comprendras ce que je voulais dire. Mais il sera trop tard.

    Tant pis pour toi.

    Mireille Greschter

  8. Ludo dit :

    « Les frontières empechent les guerres civiles » …..ou plus exactement les « frontières bien gardées empechent les guerres civiles »

    Car n’oublions jamais l’invasion de la Bosnie et du Kosovo, les coeurs historiques de l’orthodoxie Serbe, par des millions de musulmans albanais, leur revendication d’indépendance et la guerre civile qui s’en est suivie…..l’Europe soutenant en plus les musulmans !

    Même destin pour la France lorsque la Paca et le Nord devenus majoritairement musulmans demanderont leur indépendance ?

  9. zelectron dit :

    un bon nombre d’émigré syriens se prétendent chrétiens . . . la taqiya est passée par là !

  10. Daniel Pilotte dit :

    J’ai voté non à maastrich je ne le regrette pas aujourd’hui comme hier je redis qu’il ne fallait pas laisser ouvrir les frontières aujourd’hui le résultat est une hécatombe.

  11. robert dit :

    l’union européenne est une vaste arnaque pour les peuples d’Europe.

  12. robert dit :

    @ bluesun dit : cette lettre est très bien et c’est ce que je pense

  13. morpho 50 dit :

    si la guerre civile éclate en France, vous allez voir tous nos migrants, illégaux fuir le pays, si ils refusent de se battre pour leur pays, ils ne vont pas le faire pour le notre !

  14. Daniel Pilotte dit :

    Les frontières empêchent les guerres civiles et diminuent les trafics illégaux et empêchent l’invasion des flux migratoires.

  15. DESAUNAY dit :

    L’absence de frontières tue la démocratie.

  16. zelectron dit :

    Quid des si nombreux mariages entre européens ?

Laisser un commentaire