Emmanuel Ratier, les voyous se cachent (à peine) pour tricher

Rédigé par Louis Blase le 25 août 2015.

anne_sinclair_DSK
Photo : Patrick Peccatte

Au Mexique, on vient de retrouver le photojournaliste mexicain Rubén Espinosa, torturé et assassiné aux côtés de la militante des droits de l’homme Nadia Vera et de trois autres femmes. Rubén est le 14ème journaliste assassiné dans l’État méridional de Veracruz au cours de ces dix dernières années.

La quasi totalité de ces crimes demeurent sans coupable. Le Mexique apparaît comme un pays des plus dangereux au monde pour les journalistes, comme si ce pays était désorganisé par une guerre, situation qu’on retrouve en Irak ou en Syrie. Dans le même temps, les attaques contre les médias de ré-information ont explosé depuis l’élection du Président Enrique Peña Nieto, donnant l’impression d’une relation de cause à effet.

Même si depuis des décennies, les cartels de la drogue ont fait main basse sur les institutions politiques et judiciaires du Mexique, cela n’explique pas le flot de sang qui submerge ceux qui simplement, cherchent la vérité des faits, car de nombreux journalistes ont perdu la vie en enquêtant, tantôt sur les gangs, tantôt sur la corruption du monde politique, pour finalement conclure que les deux phénomènes n’en faisaient qu’un seul.

Le décès d’Emmanuel Ratier, journaliste d’investigation connu pour avoir révélé au grand public «le vrai visage de Manuel Valls», membre du Siècle, et fait l’exégèse des pouvoirs occultes qui sous-tendent la vie politique française, fait partie des événements qui pourraient déclencher des rapprochements avec la situation mexicaine. Ce n’est pas notre propos. Toutefois, il est amusant de remarquer la déferlante des dénigrements de désinformation, par ceux-là même qui participent à la curée des écuelles du pouvoir :

Le Huffington post (propriété d’Anne Sinclair, membre du Siècle) se lâche : «(…) l’ensemble des milieux ultras, pétainistes, nationalistes et antisémites que compte la « fachosphère » lui ont rendu hommage après l’annonce de sa mort par le journal traditionnaliste Présent qui lui consacre sa une de ce vendredi. (…) Un influent documentaliste « maniaque » (…) Documentaliste obsessionnel, Emmanuel Ratier s’était fait une spécialité d’enquêter sur les « lobbys », essentiellement juifs et franc-maçons. « Mystères et secrets du B’naï B’rith : la plus importante organisation juive internationale », « Les Guerriers d’Israël : enquête sur les milices sionistes », « Au cœur du pouvoir : enquête sur le club le plus puissant de France » (…) Sa bibliographie, qui compte également plusieurs tomes de son « Encyclopédie politique française », parle d’elle même.»

Libération (propagande officielle de la gôche de gouvernement) se pourlèche : «Figure familière à l’extrême droite, le journaliste Emmanuel Ratier est décédé mercredi à l’âge de 57 ans d’un accident cardiaque. Inconnu du grand public, cet ancien du journal Minute avait aussi collaboré à Valeurs Actuelles et au Figaro Magazine. Il s’était également fait le documentaliste de sa famille politique, publiant depuis 1996 sa propre lettre confidentielle Faits et Documents. Cette publication bimensuelle était devenue une petite institution à l’extrême droite, utilisée même par des spécialistes extérieurs à la mouvance.».

Mais voilà la Vérité objective et rationnelle, dépouillée des emphases idéologiques des pseudo-journalistes du Huffington Post et de Libé, à travers un résumé publié par ses collaborateurs du site «Faits et documents» :

«Emmanuel Ratier, né le 29 septembre 1957 à Avignon (Vaucluse), est mort le 19 août 2015 au terme d’une sortie en spéléologie. Il était journaliste depuis 1981, politologue et éditeur, spécialiste de la prosopographie des milieux dirigeants ou influents en France. Il a publié pendant 30 ans une lettre confidentielle bimensuelle, Faits & Documents, qui comporte principalement des portraits biographiques détaillés portant sur des informations précises compilées dans la presse, et des analyses des tendances politiques. Ces recherches lui ont permis de rédiger un Dictionnaire biographique des personnalités politiques françaises qui a eu deux suppléments.

Voilà ce qu’Emmanuel Ratier dit de lui-même : « Je ne me considère pas du tout comme complotiste, c’est-à-dire que, d’après les informations dont je dispose […], je n’ai jamais trouvé aucun document récent, ou jamais eu d’entretien avec des personnalités haut placées, qui me permettraient de démontrer qu’il y ait une espèce d’organisation pyramidale, qui serait dirigée par un marionnettiste puissant qui aurait fait du monde un théâtre où il manipulerait les gens à sa guise. Je pense plutôt qu’il y a un système de cercles concentriques, avec des satellites autour, qui regroupent des gens puissants ou qui cherchent à avoir plus de pouvoir. Et bien sûr, et ça peut paraître une évidence, des groupes de pression et des lobbies. »

Si Emmanuel Ratier a écarté la théorie du complot, il n’a pas pour autant remis en cause l’existence de groupes d’intérêts cherchant à accaparer le pouvoir politique à ses fins propres. Ce dont nous observons les symptômes tous les jours depuis Giscard jusqu’à Hollande.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Au Siècle ou à la French American Foundation (Bildeberg), ils y sont tous les politicards Ps et Lr, les journaleux et les affairistes …..Une petite caste qui dirige de fait la politique, l’économie et la morale bienpensante de la France vers la mondialisation et l’immigration.

    Quand on voit le résultat depuis 30 ans…..on ne peut constater que cette petite caste de privilégiés ne défend que ses intérêts …et non ceux du peuple et de la France.

  2. daniel pilotte dit :

    La mafia mexicaine tuant des journalistes ou des citoyens lambdas pour qui pourquoi ? En France nous subissons la mafia socialiste depuis plus de 3 ans.

Laisser un commentaire