PS : Leurre et double-face, tout est là !

Rédigé par Louis Blase le 05 octobre 2015.

Pour renforcer la sécurité routière, Manuel Valls annonce le déploiement de l’arme absolue : le leurre. «Une signalisation indiquant un radar ne signifiera plus nécessairement qu’un radar est présent, mais il pourra ne pas y en avoir, ou bien seulement un boîtier vide». Ce point de détail de la dérive gouvernementale est pourtant à l’image de sa politique toute entière : un leurre.

Mais pour l’heure, Cambadélis fait le compte des leurs : plus personne ! Alors il invente un nouveau leurre : la pelle des 100, pour mieux enterrer les derniers lambeaux d’un parti décomposé par les carriérismes nauséeux aux relents des paillettes mortifères du LBGtisme.

Ainsi, le big boss trotskyste de Solférino veut simuler une «alliance populaire», réunissant les forces invisibles de la gauche non radicale, une farce ? Non, simplement un leurre ultime et désespéré : le chouette leurre du fantôme mitterrandien, mauvaise imitation du congrès d’Épinay qui avait ressuscité le vieux parti socialiste avec les avatars de la droite molle en 1971.

Cette fois-ci, il semble que l’ouverture de la boite vide ne suffira pas à la remplir. La perspective de la défaite socialiste en 2017 décourage les ex d’EELV d’entrer dans un gouvernement d’has-been. Les de Rugy et autres Placé se tournent plutôt vers l’UDI en espérant une alliance au centre droit, dans laquelle ils pourraient espérer un portefeuille ministériel après 2017.

La pièce est jouée, le PS n’est plus de gauche. Dans toutes les têtes le PS a déjà quitté les commandes de la République, le PS n’est plus que le fantôme de l’opéra. Son projet sociétal est désormais la propriété privée d’une caste bourgeoise égoïste, dont l’enrichissement personnel et jouissif est le seul mobile. Pour preuve, les socialistes veulent acheter leurs enfants sans avoir à les porter, ils veulent acheter les souffrances du peuple pour ne plus avoir à les supporter. Qui veut adhérer à un tel projet déshumanisé ?

Ainsi en 2015, nous sommes déjà dans l’après-socialisme. Mai 68 est mort de ses leurres délirants. La génération 2013 prend le relais.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    il peut aussi se mettre le doigt dans l’oeil !

  2. daniel pilotte dit :

    VALLS gesticule beaucoup et brasse de l’air pour ne rien faire normal il est socialiste, VALLS d’origine espagnol se prend pour un hidalgo, à quoi bon lorsque valls a été ministre de l’intérieur les résultats ont été une véritable catastrophe, VALLS premier ministre les résultats sont zéro pointé

  3. JpB dit :

    Etat socialiste en faillite cherche désespérément des sous….

  4. Bluesun dit :

    Bête comme un gouvernement socialiste.

    Après les ivresses du pouvoir, les restes du pouvoir.

    Leur sincérité affichée à si souvent servit de leurre, qu’à présent ils mettent du mensonge dans tout, et partout.

    Le socialisme français, vire à la farce, mais c’est une farce lugubre.

  5. zelectron dit :

    Les représentants du peuple sont « bêtes à manger du foin » dans la mesure ou ils savent que certains migrants connaissent les passeurs, les membres de daech et autres terroristes, pourquoi ne pas utiliser nos services spécialisés pour les retourner ? (ce qu’ils auraient du faire avec la marchande de bateaux pneumatiques en Turquie)

    Par ailleurs, moumou 1er, dans son esprit c’est surtout placer partout où il le peut des hommes/femmes socialo-fascistes pour saboter l’action du quelconque futur gouvernement ! ! !, ce qu’il a déjà réalisé en partie !

Laisser un commentaire