Philippe de Villiers : «NE MENTEZ PLUS»

Rédigé par Philippe Lesage le 06 octobre 2015.

Avec ce nouveau livre de Philippe de Villiers, vous comprendrez les coulisses de la politique boutiquière des quarante années qui ont défait la France. L’écrivain se lâche avec talent à travers 345 pages savantes et drôles. Sorti en librairie ce 1er octobre 2015, le livre est intitulé : «Le moment est venu de dire ce que j’ai vu». Chapeau bas, c’est de la belle écriture.

Ainsi, Philippe de Villiers associe la maturité de l’homme politique à la maîtrise d’une écriture colorée, offrant à son lecteur le plaisir de s’informer et de réfléchir avec des mots parfaitement ciselés. Ayant entamé sa vie publique sous le signe de l’assassinat médiatique dans «l’heure de vérité» face au journaliste et grand inquisiteur Ivan Levaï (à l’époque mari d’Anne Sinclair), il inscrit l’apostrophe de Soljenitsyne au livre d’or de l’émission : «NE MENTEZ PLUS».

A partir de ce moment là, Philippe de Villiers n’aura de cesse de dénoncer l’amoralité des acteurs de la vie médiatico-politique, jusqu’à en être lui-même une cible à abattre. Il sera atteint au plus profond de sa vie familiale et intime. Citons l’auteur dans un passage inédit qui correspond aux suites de sa première «prestation télévisée» :

«J’ai compris ce jour là que le petit écran n’est pas un miroir, c’est un tamis idéologique qui trie le bon grain et rejette les vilains cailloux. Il vit de la loi des suspects. Du tribunal révolutionnaire au tribunal médiatique, (…) la parenté est évidente, c’est une ligne de continuité. (…) Depuis ce jour-là, je sais que le débat politique, en France, est biaisé, asymétrique, irréel.»

Philippe de Villiers dresse le constat du chaos, mais espère le sursaut en s’appuyant sur la renaissance de la Sainte Russie. Ainsi il écrit : «Soljenitsyne nous a quittés en 2008. Son intuition ne l’avait pas trompé. Sa chère patrie, après bien des convulsions, a retrouvé le chemin de ses anciennes harmonies. Dans le même temps, à la minute même où nous inaugurons un McDonald’s en Europe, les Russes inaugurent l’iconostase d’une nouvelle église orthodoxe».

«France, fille aînée de l’Église, es-tu fidèle ? Permettez-moi cette question. France, fille aînée de l’Église et éducatrice est peuples, es-tu fidèle, pour le bien de l’Homme, à ton alliance avec la Sagesse éternelle ?». Saint Jean-Paul II. Paris-le Bourget 1er juin 1980.

Déjà 9 remarques sur cet article

  1. Bidule dit :

    DeVilliers, celui qui donnait des leçons de morale…

    Quand on sait qu’un de ses enfants est pédophile…

    • minable mais digne dit :

      Concernant l’affaire de viol entre deux de ses fils : le non lieu a été prononcé en 2012.

      Pas de chance Bidule ! (la prochaine fois, il faut se renseigner)

      Mais peut-être avez-vous d’autres arguments ?

      • Bidule dit :

        C’est con, le fils pédophile avait même demandé « pardon » à son frère.

        Je vous trouve bien accommodant, autant avec cette histoire qu’avec la justice que vous qualifier sans cesse de laxiste.

        Mais bon, ça n’empêchera pas le père de faire des leçons à la France et d’avoir des gogos pour voter pour lui.

    • Machin dit :

      Encore une provoc grossière et stupide du gôcho de service….

    • Toto dit :

      @ Bidule-à-ragots

      « NE MENTEZ PLUS »

    • Michel dit :

      En quoi cela a à voir avec le personnage?
      Chaque famille a ses drames. Pourquoi juger un homme sur ce que son fils à peut-être fait?
      Ses idées et sa parole sont bonnes, c’est tout ce qui compte.

  2. daniel pilotte dit :

    MR PHILIPPE de Villiers à raison depuis des années dommage qu’il ne soit pas crû. En lui souhaitant une prospère réussites pour son dernier livre.

  3. Lg dit :

    Ouais Bidule, tu as raison, mais cite aussi Mitterrand, Bendit, et les autres. Parce que les petits garçons au Maroc et en Thaïlande, ont le droit qu’on leur fasse justice aussi, non?

Laisser un commentaire