Paquet neutre : la mesure inefficace et hypocrite du gouvernement

Rédigé par notre équipe le 29 février 2016.

Marisol Touraine souhaite « une augmentation forte et significative » du prix du tabac avant la fin du quinquennat. Interrogée à ce sujet lors de son intervention dans l’émission de radio le Grand jury, la ministre de la Santé a effectivement confirmé son souhait de voir le paquet de cigarettes passer à 10 euros « le plus vite possible ». Une détermination aussi louable qu’irresponsable, qu’on retrouve également au sujet du paquet neutre.

Rappelons en effet que Mme Touraine avait déjà réussi à imposer le paquet neutre, qui sera mis en place chez les buralistes à partir du mois de mai. Un paquet uniformisé, sans logo ni nom de marque apparents. A l’instar de l’Australie, la France met en place cette mesure pour lutter contre le tabagisme. Problème : si la vente de paquets a effectivement baissé en Australie depuis l’entrée en vigueur de la mesure en 2012, le nombre de paquets vendus sur le marché parallèle a de son côté progressé de 25 % ! Ainsi, non seulement la mesure représente un manque à gagner considérable pour l’Etat, mais elle est aussi inefficace sur le plan de la santé publique.

La France ne peut malheureusement compter sur l’expérience d’aucun autre Etat européen pour se faire une idée de l’impact du paquet neutre. Si l’Irlande et le Royaume-Uni l’ont également adopté, il ne sera disponible qu’à partir du mois de mai, et les buralistes disposeront de quelques mois supplémentaires pour écouler leurs anciens paquets.

On peut néanmoins supposer que la mesure rencontrera difficilement succès plus important dans notre pays qu’en Australie car, à la différence de celle-ci, la France n’est pas une île et le consommateur finit toujours par trouver le moyen de contourner les mesures gouvernementales. Pascal Montredon, président de la Confédération des buralistes, s’attend ainsi à une forte augmentation du nombre de cigarettes que les Français achèteront dans les pays frontaliers, ce qui constitue une menace majeure pour les 26 000 entreprises et les 120 000 emplois générés par l’industrie du tabac en France. « Actuellement, c’est déjà 26 % de la consommation qui échappe à tout contrôle », s’inquiète M. Montredon. « Les gens qui veulent retrouver leurs marques vont aller encore plus facilement en dehors des frontières », ajoute-t-il tout en s’interrogeant sur la pertinence d’une éventuelle hausse du prix du tabac : « Là encore, tous les pays qui nous entourent sont entre 10 et 25 % moins chers. Que font les consommateurs ? Plus on augmente chez nous, plus ils vont acheter ailleurs », lance-t-il. De plus, les buralistes avaient pris pour argent comptant les déclarations de Michel Sapin garantissant que le paquet neutre les préserverait d’une hausse des prix qu’ils craignaient bien plus que le paquet neutre. Or, aujourd’hui ressort le paquet à 10 € : ils se sont fait avoir, c’est la double peine.

Pascal Montredon n’est pas le seul à douter de l’efficience du paquet neutre. Même Michèle Delaunay, députée PS de la Gironde et présidente de l’Alliance contre le tabac, avoue avoir des doutes quant à son efficacité. De son côté, Thomas Guénolé, politologue et maître de conférences à Sciences Po, considère que l’approche de Marisol Touraine est « infantilisante et hypocrite ».

« Pour avoir adopté l’approche de ‘paquet neutre’, et avant cela celle des panneaux ‘Fumer tue’ sur les paquets, il faut véritablement voir la population française fumeuse comme des cohortes d’imbéciles parfaitement demeurés », estime le politologue. Pour lui, le ministère prend les Français pour des « abrutis incapables de comprendre ce qui est mauvais pour leur santé », des mineurs qu’une bêtise crasse rendrait « attirés et aveuglés par les jolis logos qui brillent ».

Or, le problème n’est pas la couleur ou la typographie du paquet de cigarettes. Pour les experts, les industriels et en général les personnes s’intéressant à la question de la consommation du tabac, le problème de fond reste celui de la cohérence. Le tabac, n’en déplaise à Mme Touraine, est un produit tout à fait légal, dont la commercialisation représente une source importante de revenus pour l’Etat. En France, sur les 18 milliards d’euros que génère chaque année l’industrie du tabac, le ministère des Finances en récolte 15 sous forme de taxes.

Si le tabac « tue » pourquoi ne pas l’interdire ? Parce qu’il n’est pas « assez » dangereux ? Mais alors, pourquoi ne pas prôner le « paquet neutre » pour les produits alimentaires riches en sucre qui entraînent des niveaux comparables d’addiction et de graves problèmes de santé publique ? Quelle est donc la particularité du tabac qui semble être devenu l’ennemi public idéal, comme s’il était le seul produit représentant un certain risque pour le consommateur et face auquel celui-ci se trouverait démuni ? A force d’ignorer ce genre de questions, ou de proposer des réponses autoritaires et incohérentes, la stratégie du gouvernement risque non seulement d’être inefficace, mais aussi et surtout ouvertement hypocrite.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Gerard Janot dit :

    Si ce gouvernement de merde était capable de prendre autre chose que des décisions absurdes on l’aurait déjà remarqué

  2. Daniel Pilotte dit :

    Par contre les mensonges et les méthodes mafieuses de la dictature gauchiste qui gouverne la FRANCE ne sont pas neutre, la politique d’HOLLANDE et de son GVT sont aussi dangereux que le tabac.

Laisser un commentaire