Les Humains, supérieurs aux animaux ?

Rédigé par cricrivlm le 02 juin 2016.

Il paraît que dans notre société, quand les Humains passent à table, deux choix s’offrent à eux. Les Humains auraient apparemment accès à deux types de repas. L’un de ces repas laisserait tranquillement le lapin sautiller, l’agneau gambader et le poisson buller. Alors que l’autre repas, quant-à-lui, saignerait le lapin, égorgerait l’agneau et étriperait le poisson. Bien évidement la question ne se pose même pas, les Humains ne tueraient jamais des milliards d’animaux. Pourquoi feraient-ils ça alors que rien ne les y contraint ? Pour le plaisir ?

Bien sur que non, il est évident que les Humains ne sont pas sadiques, ils ne feraient jamais une telle chose. Il est impossible que les Humains commettent tous les jours des meurtres avec l’accord de leurs semblables. C’est d’ailleurs pour cela que les Humains eux-mêmes punissent – par le biai des lois – ceux d’entre eux qui commettent cet acte qualifié d’impardonnable qu’est le meurtre. Il n’y a donc strictement aucune chance que des meurtres d’animaux soit autorisés et aimés par les Humains.

Et puis, les Humains ne sont pas persuadés de leur supériorité au point de pouvoir envisager le massacre d’une espèce sous prétexte qu’elle serai, selon lui, possiblement inférieure. La preuve en est que les Humains portent en horreur une personne – dont je ne citerai pas le nom – qui , parce qu’elle pensait être supérieur à certaines personnes et parce qu’elle en avait les moyens et l’envie, a décidé de tous les exterminer. Les Humains ne toléreraient ou ne reproduiraient donc jamais un tel massacre sous prétexte que les animaux seraient moins évolués.

En effet, les Humains ne sont pas non plus insensibles au point qu’un quelconque changement dans leur vie, aussi minime soit-il, val moins que la vie de milliards d’individus. On ne qualifie pas quelque chose d’humain, si il est bon, et d’inhumain, si il est mauvais, à la légère. Les Humains sont des êtres doté d’une conscience et ils l’utilisent. Les Humains, parce que se sont des êtres possédant une éthique et une morale, ne choisiront donc jamais, lorsque ces deux repas s’offrent à eux, celui qui engendre la mort.

Des Humains digne de ce qu’ils prétendent être seraient donc végétariens ! Et pourtant une grande partie de ces dits Humains est carnivores. Et ça parle de liberté ? D’égalité ? De respect ?

Vous me direz «Et la tolérance ? Je respecte ton point de vue, si tu veux manger des légumes c’est ton choix mais pas le mien, y faut être tolérant, tu ne peux pas forcer les autres à penser comme toi.». Déjà sachez que vous diriez «Je veux continuer de tuer des animaux parce que ça a bon goût.» ce serait exactement la même chose.

Et ensuite, en quoi est-ce tolérant de vous laisser tuer ? Si l’on suit cette logique, si un individu veut tuer, par exemple, tous les droitiers, alors, par tolérance, on doit le laisser faire. Bah, oui, il respecte notre décision, il ne nous oblige pas à penser comme lui mais cela doit être réciproque, on ne doit pas lui imposer notre point de vue, on doit le laisser tuer tous les droitiers car c’est son choix. C’est stupide non ? Et bien c’est exactement la même chose , ce n’est pas un «point de vue» d’être végétarien, c’est tout simplement normal ! Quel genre de monstre, quand il a le choix entre prendre une vie ou non, choisirait de la prendre ? Et quel genre de monstre, quand il peut empêcher quelqu’un de tuer, le laisserait faire ?

Et maintenant ? Vous allez pensez que c’est horrible de tuer des animaux par pur plaisir ? Vous allez le pensez plus ou moins longtemps puis retourner à votre train train quotidien fait de meurtres et de souffrance ? Non! Il faut agir ! Il faut arrêter de tuer !

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. mingus dit :

    L’auteur de ces lignes confuses sait bien sûr que, avant qu’il ne décide de les engloutir, les plantes qu’il dévore étaient vivantes. Il a le droit de considérer qu’un moustique a plus de valeur qu’une orchidée, ou qu’une grenouille est plus précieuse que cinq kilos de blé, mais c’est totalement arbitraire. Ainsi mon voisin n’aime pas les asperges, moi si : je ne le force pas à en manger, ni lui m’en empêche. Il s’agit de préférences alimentaires.
    S’il s’agit d’interdits, qu’ils soient basées sur le Dieu Allah, Gaïa ou Vishnu, ils se résument de vulgaires superstitions au pire, à des traditions alimentaires au mieux.

  2. Urbon dit :

    Pitoyable !

    L’article ET le commentaire de mingus, tout autant.

    D’abord, il ne s’agit pas de préférences alimentaires mais de besoins.

    Alors oui, il est vrai qu’on peut se passer de viande moyennant quelques artifices… Manger des lentilles tous les jours, pour compenser une carence en protéines du fait d’une alimentation végétarienne, par exemple. Mais au final, ça ne fait pas un régime plus équilibré.

    Mais qu’importe, il s’agit d’un choix de vie et cela va bien plus loin que le seul fait de tuer des animaux. Tuer, ou pas ?

    C’est d’ailleurs, en partie, une belle hypocrisie. Combien d’espèces animales a-t-on exterminé pour cultiver de façon plus rentable ? Et maintenant, avec les OGM, ce sont mêmes des variétés végétales qui risquent de disparaître.

    Mais peu importe, comme je disais, il en va de notre façon de vivre. Depuis la nuit des temps, l’homme se divise en deux catégories : D’un côté le chasseur sanguinaire, agressif, qui fait aussi un bon guerrier, qui méprise avec une certaine injustice le faible et qui profite de sa force pour se hisser au sommet de la hiérarchie. De l’autre le gentil cueilleur, qui ne fait de mal à personne, qui est devenu cultivateur mais qui ne saisit pas toujours la nuance, qui ne vit en sécurité que dans un troupeau et qui recherche par dessus tout l’égalitarisme entre les siens.

    Qu’il y ait une part de chasseur, une part de cueilleur, en tout un chacun, rien de plus normal. Mais pourquoi alors, aujourd’hui en occident, vivons nous un tel clivage ?

    Parce qu’il s’agit d’un enjeu commercial. Rien de plus. Propagande… Alors certes, l’élevage rapporte peu en comparaison de la culture des céréales et les céréales se conservent mieux mais ce n’est pas tout.

    Alors que le viandard s’estime au sommet de la chaîne alimentaire, qu’il a pouvoir de vie et de mort sur le règne animal, donc une immense responsabilité qu’aucun chasseur n’ignore, le bon cultivateur est persuadé de détenir le secret du cycle de la vie, en quelque sorte. Il ne veut surtout pas avoir de compte à rendre. Il n’en a jamais eu et plus les dégâts sur dame nature sont visibles, plus il accuse l’autre.

    Les derniers progrès technologiques permettent de cultiver hors sol, quelque soit le climat, et même de modifier la génétique des plantes avec précision. Puis au delà, c’est sur la vie animale et humaine qu’on expérimente, de la même façon.

    Quelqu’un refuse les OGM ? Oui mais, on ne peut pas continuer à exterminer les lapins et les cochons, ça ne peut plus durer !

    Car si l’homme est à l’image de ses actes, un tueur dans l’absolu si il est chasseur, il peut aussi se comporter avec ses semblables comme il se comporte avec le monde végétal.

    Autrement dit, nous sommes en train d’ouvrir une porte à l’eugénisme. Demain, nous fabriqueront des enfants dans des salles de culture, en quantité calculée, pour optimiser leur productivité une fois qu’ils seront devenus adultes. Nous faisions déjà plus ou moins de l’élevage avec nos progénitures, mais la part de hasard et la diversité dans le troupeau pose finalement trop de problèmes. Nous allons donc uniformiser tout ça, semer et récolter au lieu d’élever. Avec les bons gènes, éduquer un enfant ne sera plus qu’une formalité. On peut toujours rêver…

    On va commencer tout doucement, par exemple la sécurité sociale ne remboursera les frais médicaux d’une personne qu’à la condition qu’elle puisse justifier avoir été un embryon exempt de tare génétique, résistant à toutes les maladies connues, ce genre de trucs. Les laboratoires pharmaceutiques se frottent déjà les mains. L’OGM humain, c’est maintenant !

    D’une manière plus générale, cet engouement pour une alimentation végétarienne est symptomatique de notre époque vouée au sociétalisme. L’euthanasie, par exemple, relève du même processus : Maîtriser sa vie du début à la fin, sans jamais avoir à se battre.

    Très peu de gens se rendent compte de la direction que nous prenons. Il n’empêche que si le chasseur à mauvaise presse aujourd’hui, c’est surtout pour faire la promotion du cueilleur. Celui-ci serait en mesure de remédier à tous nos maux. Nourrir la terre entière, comme il se dit… Et à terme contrôler la démographie en fixant le prix des embryons, naturellement.

    Bref, la tolérance, ou son contraire, n’a rien à faire dans ce débat. Ce n’est que foutaise. L’homme, l’occidental du moins, commence à prendre goût à la vie de troupeau, herbivore donc. Il se croit doux comme un agneau. Et forcément, si jamais il lui venait l’idée de s’écarter du troupeau, il pourrait bien tomber sous les griffes du méchant carnivore en train de rôder. Il n’a pas peur qu’on fasse du mal aux animaux en général, il a peur qu’on lui fasse du mal personnellement !

    En somme, le végétarien, ce doux rêveur, veut extirper toute agressivité de la nature humaine. Ce faisant, il ne se rend pas compte qu’il fait l’objet d’une manipulation économique d’envergure. D’ailleurs il s’en moque, il ne voit pas plus loin que le bout de ses pieds, à défaut il sent quand le vent tourne… Dans le troupeau, l’essentiel, c’est d’aller tous dans la même direction.

    Le végétarien ne s’estime pas différent des autres, c’est même tout le contraire. Il n’a pas l’intention de laisser le choix à qui que ce soit, ce n’est pas dans sa nature. Ce ne sont pas les explications tordues qui manquent pour justifier SON choix, peut-être se réincarne-t-il en animal ? La vérité est bien plus simple : Si tout le monde ne peut pas manger de viande, alors personne. Comme si cela pouvait suffire à mettre tout le monde sur un pieds d’égalité… Ce n’est même pas une initiation. Ce n’est que le refus des privilèges, même si ça ne change rien de les refuser et qu’il y en aura toujours, qui s’exprime sur des questions alimentaires.

    Rien de plus débile que l’argument, souvent répété, qui consiste à dire qu’avec l’eau et l’espace nécessaire à nourrir un vache on pourrait nourrir des centaines de personnes. L’élevage ne se pratique pas sur des terres faciles à cultiver mais qu’importe, la concurrence que se livre l’espèce humaine en son sein pour sa survie n’aurait plus raison d’être. Pour devenir meilleur, l’homme n’aurait qu’à imaginer son destin !

    La réalité, une illusion dont on pourrait s’affranchir ?

    Mouhahaha

    • Mingus dit :

      Mon commentaire est peut-être pitoyable, mais au moins est-il clair et concis.

      Le votre est un long fleuve vaseux. Personnellement, je me suis arrêté à « qu’il y ait une part de chasseur, une part de cueilleur, en tout un chacun, rien de plus normal… ». Il y a visiblement une grosse part d’ignorance en vous, et cela n’a rien de normal. Le chasseur-cueilleur présente une alimentation qui ne saurait être viable si elle n’est prise dans son intégralité. Rien à voir avec le végétarien qui se nourrit grâce à l’agriculture. Le chasseur-cueillir à quasiment disparu car il a besoin pour vivre d’une surface colossale (quelques 2 à 3 millions d’indiens en Amérique du Nord, par exemple). L’agriculteur grâce à l’optimisation de ses rendements peut soutenir une population beaucoup plus importante sur une territoire plus petit, que ce soit avec des céréales ou en ayant recours à l’élevage.

  3. Marie-Antoinette dit :

    Mes chiens ne chassent plus depuis que j’ai remplacé dans leur pâtée la viande rouge par du tofu. Ils sont devenus amorphes. Un mal pour un bien parce qu’ils sont tellement obéissant aujourd’hui que je n’ai plus besoin de les surveiller. Ça me rassure, avec les enfants je n’étais pas tranquille.

    Au lieu d’aller à la chasse, avec mon mari, nous nous sommes mis au jardinage. C’est un passe temps tout aussi agréable, en revanche j’ai de plus en plus mal au dos. Dieu que la terre est basse ! Basse et pleines de taupes.

    Quelqu’un connait un truc qui marche pour éradiquer les taupes ?

  4. Daniel Pilotte dit :

    Pas d’accord encore France les animaux sont plus intelligents QU’HOLLANDE que son gouvernement des extrémistes gauchistes, des MIGRANTS et des DÉLINQUANTS.

Laisser un commentaire