Mariage pour tous : le débat maudit de la droite ?

Rédigé par Notre équipe le 27 juin 2016.

68 % des électeurs de droite se prononcent pour la remise en cause de la loi Taubira sur le mariage pour tous, mais aucun des principaux candidats des primaires ne les représente. La droite est-elle condamnée à ne jamais mettre en pratique ses valeurs ?

Après une victoire à la présidentielle, il est d’usage que quelques lois emblématiques et contestées de la précédente majorité soient détricotées. Surtout quand la gauche succède à la droite. Plus rarement dans le cas inverse… Qu’en sera-t-il de la loi Taubira sur le mariage et l’adoption pour les individus du même sexe ? Cette loi, qui avait été perçue comme une véritable provocation par de nombreux Français, descendus par millions dans la rue pendant des mois, fait toujours l’objet d’un rejet largement majoritaire à droite, à en croire un sondage d’Opinion Way récemment publié dans La Croix.

Selon ce sondage, 28 % des personnes certaines de se déplacer pour voter à la primaire demandent une abrogation de la loi Taubira. A l’inverse, 31 % souhaitent garder le texte tel qu’il existe. Une majorité relative (40 %) plaide pour « un aménagement de la loi Taubira pour réserver l’adoption aux couples homme-femme ». Une large majorité de 68 % se dégage donc pour une remise en cause partielle ou totale de la loi.

Pourtant, les principaux candidats de la primaire ne remettent pas en cause la loi Taubira. Aucun d’entre eux ne s’est emparé avec volontarisme de cette question depuis le début de la campagne. Seuls Jean-Frédéric Poisson et Hervé Mariton ont déclaré qu’ils reviendraient sur la loi Taubira s’ils étaient élus, mais leurs candidatures demeurent marginales. Bruno le Maire et François Fillon se sont prononcés pour des aménagements mineurs, sans trop de conviction.

Depuis quelques temps, la campagne des primaires s’accélère avec la réorientation du discours de Nicolas Sarkozy sur les valeurs chrétiennes et l’identité française. Alors que dans le verbatim économique, peu de choses séparent les principaux candidats, l’ancien Président essaye de se distinguer en jouant sur la corde des valeurs de droite. La stratégie peut fonctionner dans le cadre d’une primaire, ou ce sont les sympathisants les plus motivés, et donc les plus radicaux, qui se déplacent le plus. Par ailleurs, les électeurs ne sont pas que des homo economicus sans âme et sans cœur, qui peuvent se contenter de programmes économiques, surtout quand les candidats proposent tous plus ou moins la même purge d’austérité.

Pourtant, Nicolas Sarkozy demeure versatile et frileux sur la question de la loi Taubira, marqueur fort de ces valeurs conservatrices, comme l’a démontré la mobilisation exceptionnelle de La Manif Pour Tous. Tout indique qu’il s’empressera d’enterrer le sujet une fois la primaire en poche, s’il la gagne. En tant que Président des Républicains, il a carrément éliminé ce sujet, qui ne figure même pas dans la liste des propositions soumises aux adhérents pour l’élaboration du programme présidentiel du parti. Un choix spectaculaire compte tenu de l’importance politique et symbolique qu’a prise la loi Taubira ces dernières années.

Pourquoi ce grand écart entre les candidats et leur électorat ? Pourquoi aucun d’entre eux n’a-t-il saisi l’opportunité de capter des électeurs sur un sujet aussi mobilisateur ? La peur d’être taxé d’homophobie ? De rouvrir une plaie loin d’avoir cicatrisé ?

Le sondage d’Opinion Way a le mérite de remettre spectaculairement cette question au cœur du débat des primaires. Si les principaux candidats continuent d’éluder le sujet, il va devenir difficile pour eux de masquer leur manque de conviction et de courage.

LL

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Caro dit :

    Faux 60% à droite ne veulent pas qu’on y touche et autant sont pour la pma

    Tous les sondages le disent seul UN dit l’inverse mais commander par un lobby anti mariage homo avec questions orientés

  2. JpB dit :

    On ne peut pas faire confiance aux LR qui ont quasi tous retourné leur veste à propos du mariage Gay. Seul le FN reste ferme sur l’abrogation de cette loi.

  3. Daniel Pilotte dit :

    La dessus avec ma femme nous sommes contre les mariage gay et contre la GPA-PMA pas grave si nous subirons encore des insultes et menaces nous assumons nôtre choix.

Laisser un commentaire