Terrorisme, présidentielle : les médias font campagne

Rédigé par notre équipe le 06 février 2017.

Les frontières c’est la haine ! La gauche ou plutôt les « progressistes » comme il convient de dire maintenant ont dans leur manuel de culpabilisation et de démagogie, une ribambelle de vérités qu’ils assènent d’autorité au peuple de France. Celle qui consiste à dire que les frontières sont l’expression d’un nazisme rampant revient régulièrement sur le devant de la scène. Le nouvel attentat perpétré le 3 février à Paris rappelle que les frontières, loin d’être un pas dans l’extrémisme sont un moyen de se protéger des terroristes.

Un terroriste égyptien en provenance d’Abu Dabi se rend à Paris, trouve le moyen de louer un bel appartement dans un quartier huppé, achète deux machettes, va au Louvre et commence un jeu de massacre. Rapidement neutralisé, l’homme est en garde à vue à l’hôpital. Les médias, étrangement, ne trouvent pas grand-chose à dire. On déclare que le terrorisme c’est mal, on dit du bout des lèvres que le terroriste est Egyptien et musulman et c’est tout. Circulez il n’y a rien à voir. Enfin si, il y a l’hologramme de Mélenchon qu’il ne faut surtout pas rater.

Ainsi, les médias font encore et toujours de la politique au détriment de l’information. Occupés à « couvrir » la campagne électorale, relayer un nouvel attentat qui n’a fait qu’un blessé n’est pas assez intéressant, pas assez vendeur. Il faudrait au moins quelques morts pour que les titulaires de la carte de presse daignent porter leur attention sur ce nouvel attentat. Ce manque d’intérêt explique aussi en filigrane la stratégie d’un système médiatique qui a perdu en l’espace de quelques semaines, ses deux chantres du républicanisme soi-disant ferme. 

Remonter la gauche coûte que coûte

Une tentative de meurtre sur un militaire chargé de notre protection, des dizaines de victimes potentielles et un réseau qui court dans la nature. Ce n’est pas assez pour que la machine médiatique infernale change de pied. Depuis deux semaines, l’objectif commun à tous les médias subventionnés est de fracasser la candidature de Fillon sans faire monter Le Pen. C’est pourquoi chaque jour ou presque de nouvelles révélations s’affichent en gros titres et font passer Fillon pour un monstre de cupidité à mi-chemin entre Jean-Paul Huchon et Patrick Balkany. Fillon est la cible car il est un peu trop catholique. Un point c’est tout.

En démontant la candidature de la droite, le système craint d’alimenter le vote Le Pen. Tous les déçus qui ont encore des valeurs comme le respect du corps humain et une conception naturelle de la famille pourraient être sensibles au discours frontitste. Ainsi, pour leur ôter cette idée de la tête, les médias ne parlent plus que de la gauche et s’évertuent à dire qu’un sursaut est en marche. Hamon compte ses soutiens et les médias multiplient le résultat par trois, Mélenchon joue avec son hologramme et on s’extasie en se disant que le don d’ubiquité est peut-être synonyme de réussite présidentielle. Cerise sur le gâteau, Macron est invité partout pour exposer des idées mineures qui toutes réunies ne constituent ni un grand (et long texte) de loi, ni un changement radical pourtant demandé par les Français. Macron demeure ce qu’il a toujours été. Un épicier de haut vol qui fait son inventaire et gagne très bien sa vie.

Le terrorisme n’est plus un problème

Avec un tel agenda politique, les attentats qui continuent de frapper la France ne sont plus un problème. Pourtant, l’attaque du Louvre devrait poser des questions (qui dérangent). Pourquoi la France ne souhaite-t-elle plus maîtriser ses frontières ? Pourquoi délivre-t-on des visas à des terroristes en puissance ? Pourquoi l’immigration n’est-elle pas considérée comme un problème pour paraphraser notre bon président Hollande ? Les réponses à ces questions poussent à voter Le Pen. Un danger trop grand pour le système qui souhaite donner les clés à un chauffeur sûr. Un type plutôt jeune, dynamique, qui veut s’en sortir et qui prêt à signer un contrat de 5 ou 10 ans. Un Macron ! Quelle triste farce ! Personne ne relève que si un décret comme celui pris par Trump était en vigueur, ce terroriste égyptien n’aurait jamais pu mettre le pied (légalement) en France.

Au lieu de cela, le système se réjouit de voir qu’un juge américain est parti en lutte contre le décret restreignant pour trois mois la venue de citoyens issus de pays où le terrorisme prospère. Dire que la Syrie, l’Egypte ou la Syrie ne sont pas des pays dans lesquels on peut avoir une confiance aveugle est une vérité qui n’est pas bonne à dire. Comme toutes les vérités aujourd’hui. Le système veut plonger le monde dans une version modernisée de 1984. Vainqueur de nombreuses batailles, il ne pourra pas gagner la guerre si nous ne nous laissons pas faire.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Le constat est que tout va volo, et que le laxisme fait que nous en arrivons aux tristes constats de cet article.

    Alors que sous Mitterrand, l’insécurité était montante, on nous rétorquait que tout allait bien.
    Alors que le racket voyait le jour, on nous rétorquait que ce n’était pas si grave…
    Tandis que la drogue commençait à se propager à la porte des établissements scolaires, les profs commençaient à se faire tabasser à l’intérieur…Mais toujours rien de grave.

    Puis sont arrivés les premiers morts SDF sur les trottoirs de Paris l’hiver, grand scandale au début, puis comme il faut s’habituer à la dictature du « rien n’est grave, tout est permis », le scandale de l’hiver au fil du temps est devenu un fait divers.(un fait d’hiver.)

    L’insécurité, grandissante fait que nous en sommes aux attentats, aux kalach, et comme le « changement » en est toujours à faire que l’habitude devienne la seconde nature des français notre paysage visuel, si cher à nos bisounoursumps, fait que toutes les horreurs doivent continuer sans aucune impunité.
    Quand on fait de son pays, une passoire, on se trouve sans doute dans l’impossibilité d’en reboucher les trous.

    On nous dit alors que Schengen est une chance, c’est comme pour le vote utile, on ne nous précise pas pour qui la chance ???

    Puis les menteurs se répandent les uns après les autres sur le fauteuil de L’Elysée, habitude aussi des français d’être devenus le foutage de gueule pour guignol de l’Elysée…
    Ils en dégagent un (Sarko), jurant que l’on ne les y reprendra plus, vote pour Hollande, puis mécontents attendent la fin de son mandat, tout en constatant qu’ils sont sans dents.

    Fillon, homme du silence, veut la place, tout comme son modèle Sarko, cœur sur la main, main sur le portefeuille ratisse très large. Et tout comme Hollande, le pas de bol, lui tombe dessus, ses casseroles tintent juste avant la protection des institutions…

    Fillon, dit que ses casseroles sont des bulles puantes, et regard droit dans les yeux des français, forcément,il ne peut les voir. Juste entendre le tintement se rapprocher.

    Parle alors de remboursement des sommes touchées pour emplois fictifs..
    Donc si remboursement, c’est bien que les bulles puantes dont il dit être victime, sont bien existantes ?

    HOLOGRAMME DE Mélenchon

    Aucune invention particulière, il y a la même chose dans l’attraction « la maison hantée » à Disneyland..

    Mélenchon lance à son tour son meeting fantôme. Il est là sans être là, tout en étant là…

    Tromperie visuel, pour mieux camoufler le flou d’un programme.

    Tromperie avant même de poser son fessier sur le fauteuil tant convoité.

    Le fauteuil prestigieux de l’Elysée n’est-il plus devenu qu’une farce et attrape ?
    Emploi fictif à l’Elysée, on le croit au travail, et il peut être au Maroc en vacances ou ailleurs….

    Les français sont des veaux disaient DE GAULLE, il semblerait que les veaux aiment aller à l’abattoir…????

  2. JpB dit :

    Cherchez la différence…
    Trump a dit  » nous allons éradiquer le terrorisme islamiste »
    Valls ( alors 1er Sinistre): ‘ il va falloir s’habituer au terrorisme « …..
    ( sans en plus le mot d’islamiste !)

    Bien sûr, les  » Démocrates » …qui contestent la Démocratie élective, ont fait annuler par un de leur juge le 1er décret de Trump de suspension provisoire d’entrée de certains pays oû le terrorisme galope….alors qu’Obama avait sous les applaudissements pris le même décret pour l’Irak quelques années avant….

    S’agissant de la France, c’est vrai que les médias s’habituent et ne parlent plus des caillassages de flics et pompiers chaque semaine, de vols, viols et même crimes par les islamo racailles (dont la semaine dernière une femme médecin tuée de 40 coups de couteau…passée sous silence).

    La lâcheté politico médiatique est en France sans fin.

  3. Daniel Pilotte dit :

    TERRORISME en SOCIALOCRATIE à quoi sert L’ÉTAT D’URGENCE puisque les MANIFES ne sont pas interdites et l’insécurité ne fait qu’augmenter.

Laisser un commentaire