Attaque terroriste d’Orly : tout va bien en France

Rédigé par notre équipe le 20 mars 2017.

Le 15 mars dernier, le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas affirmait tout content de lui que les conditions étaient réunies pour une « sortie de l’état d’urgence ». Trois jours plus tard, un terroriste tentait de faire un carnage à l’aéroport d’Orly avant d’être neutralisé. Enfin un terroriste définitivement hors d’Etat de nuire, mais des milliers sont prêts à passer à l’acte et aucun politique n’ose même annoncer des mesures salvatrices.

Mourir pour Allah. Voici le programme de Ziyed Ben Belgacem qui a été suivi à la lettre après avoir essayé de faire un carnage à l’aéroport d’Orly samedi matin. Pas de victime innocente heureusement, seul ce terroriste drogué à la violence, au cannabis et à la cocaïne (sans oublier l’alcool) a succombé à sa folie meurtrière. Ce nouvel épisode terroriste soulève encore une fois plusieurs questions dont le seul prononcé désigne coupable les politiques et les juges qui permettent à des individus aussi dangereux que Ziyed Ben Belgacem de courir dans la nature.

Un Français radicalisé…

En boucle, les médias ont rapidement souligné que le terroriste était « Français ». Une information dont ils ne comprennent pas la portée et qui illustre la montée d’une guerre civile en France. Les journalistes ne sont pas allés jusqu’à dire qu’il était un « bon français » jusqu’à son passage à Orly. Peut-être la peur de se voir renvoyer au casier judiciaire d’un homme qui aurait dû être en prison au moment des faits… Neuf mentions dans son casier judiciaire, trois peines de prison ferme allant de trois à neuf ans de prison. Si ce loustique avait vraiment fait les peines pour lesquelles il avait été condamné, il serait aujourd’hui en prison…

Mais au lieu de cela, Ziyed Ben Belgacem vivait tranquillement en région parisienne à vivre grâce à des larcins, les aides de l’Etat (mention spéciale à Benoît Hamon) et aux effets des stupéfiants (deuxième mention spéciale à Benoît Hamon). Une vie sans contrainte qui laisse tout à loisir de se radicaliser et de préparer le massacre d’autres Français. Des Français qui ne haïssent pas leur pays et qui ne prêtent pas allégeance à Daesh. Alors oui, les médias diront qu’il s’est radicalisé lors d’un (trop) court séjour en prison en 2011-2012. Cela pose alors, une nouvelle fois, la question de l’embrigadement dans le milieu carcéral. Pourquoi laisse-t-on des recruteurs islamistes en contact avec l’ensemble des racailles qui sont pour une fois sont sous les barreaux ? Les politiques ont-ils pour projet de fabriquer des terroristes en série ?

Radicalisé, libre comme l’air, Ziyed Ben Belgacem n’est malheureusement qu’un terroriste parmi les milliers que compte la France. Ils seraient plus de 20 000 à être fichés S, c’est-à-dire à être des terroristes préparant un maasacre. Si on ajoute à cela tous les individus qui ne sont pas fichés, l’armée fondamentaliste est une réalité en France. Mais personne ne veut le voir et surtout pas les politiques laxistes et les juges qui ne trouvent rien à dire à la présence de ces adorateurs de Daesh. Il faut préserver l’Etat de droit disent-ils. Vraiment ? Si l’Etat de droit permet à des milliers de personnes de préparer des attentats en toute quiétude, alors de plus en plus de Français n’en veulent pas.

Des politiques pas à la hauteur

La gauche, de Mélenchon à Macron a démontré qu’elle n’avait pas les clés pour stopper la mise à mort de notre peuple. Un laxisme coupable mène leur politique judiciaire et ce sont les Français qui en paient le prix. A droite, Le Pen ne souhaite pas une juridiction d’exception. Dommage car si la fermeture des mosquées extrémistes et l’expulsion des fichés S étrangers sont prévus et constituent une avancée importante, les milliers de « Français » à l’image de Ziyed Ben Belgacem seront toujours prêts à passer à l’action armée.

Fillon est celui qui dresse le meilleur diagnostique. La France est « dans une situation de quasi guerre civile ». On trouve également dans son programme l’expulsion des étrangers au profil très inquiétant, mais à cela s’ajoutent des « peines renforcées pour les atteintes à la sécurité nationale ». L’idée est bonne, mais très générale et risque ainsi de se perdre dans les méandres de la politique. Le temps est venu de ne plus se voiler la face. Tous les fichés S et autres radicalisés n’ont qu’une idée en tête. L’Etat doit répondre de la manière la plus forte qui soit. Une réponse préventive et implacable pour le salut de Français qui n’en peuvent plus d’être une cible sans droit à la riposte.

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. Gérard dit :

    Tant qu’on ne se décidera pas à interdire purement et simplement l’islam cela continuera

  2. corbackblack dit :

    Une raque de moins ! !

  3. JpB dit :

    Incompétence et laxisme judiciaire sont les caractéristiques de la politique socialiste en matière de sécurité et de délinquance.

    Mais Fillon, l’assistant de celui qui devait karchériser les banlieues qui a réduit les effectifs policiers et n’a pas fait reculer l’immigration islamique , n’est vraiment plus crédible !

    Seul espoir sérieux en ce domaine : Marine Le Pen.

    Quant au refrain de la radicalisation en prison, il y a effectivement de quoi s’inquiéter puisque 70 à 80% des hôtes de nos prisons se revendiquent de l’islam ( chiffres annoncés maintes fois sur les tv publiques et même par J,Lang)

    • Muriel dit :

      Et ça ne fait que commencer depuis Mehra…..

      Vu le nombrë de djihadistes qui vont bientôt revenir, de fichés S, de salafistes en France, contre lesquels on ne fait strictement rien, ça ne peut qu’empirer !

      De plus, selon une enquête du Cnrs, dans certains lycées, 44 % des lycéens musulmans pensent qu’il est acceptable «de combattre les armes à la main pour sa religion»…….( le Figaro)

      A vous de décider de l’avenir de la France lors de la Présidentielle !

  4. Bluesun dit :

    Depuis 35 années que l’on dit que l’insécurité est montante, la réponse de nos bisounoursumps est de nous rétorquer que :
    « tout va bien »…

    Puis quand les premières agressions ont fait leur apparition, lesdits bisounourumps, nous ont rétorqué que :

    « nous étions au mauvais endroit, au mauvais moment », sans oublier de nous dire par la suite que : « tout allait bien »..

    Nous étions alors dans le rien n’est grave, le tout est permis, et dans le laisser faire..

    Quand les policiers faisaient leur boulot, on leur disait qu’ils faisaient une bavure….

    Nous sommes entrés depuis, dans un laxisme permanent..
    ce qui fait que de la montée de l’insécurité, nous en sommes arrivés à un état de guerre, et que le constat est que nos terroristes élevés au biberon bisounoursumps, courent à présent en plein liberté tous connus des services de police sous le contrôle d’une impunité totale…

    Nous avons dû, nous habituer à voir nos SDF crever de froid dans les rues de Paris sous des cartons de fortune…

    Nous habituer à voir nos profs se faire violenter puis tabasser..

    Voir nos magasins pillés, nos voitures brulées, et les rues saccagées..
    Mais tout, allait toujours bien…pour bisounoursumps.

    Les attentats, selon Hollande, nous devons apprendre à vivre avec la peur, mais pas la domination de la peur…
    Pour lui de retour du stad, il était franchement pâle…(Bataclan)..

    Et la multiplication des attentats, fait juste que nous sommes en guerre….

    Dans les centre de déradicalisation, nous apprenons que les soins des détenus, se résument à caresser des hamsters.

    La France est devenu un château fort, sans le rempart des frontières et les sentinelles de surveillance, se font descendre.

    Nous avons alors la multiplication des marches blanches (alors que le deuil est le noir), la multiplications des plaques commémoratives, la multiplication des fleurs, bougies, et nounours, et la multiplication des larmes de nos élus.

    Mais en rien des mesures drastiques pour stopper les individus connus des service de police avant qu’ils ne passent à l’acte.

    Quand on a un pays pour passoire, mieux vaut dire que tout va bien, que de faire le boulot, qui consisterait à un retour aux frontières et aux contrôles de tout ce qui entre et sort.

    Donc un état d’urgence « permanent »….

    35 ans….et tout va à volo….en même temps quand on a des guignolos depuis autant d’années à tête de la France, tout ne peut qu’aller parfaitement bien….

  5. DUBOIS dit :

    C’est vrai. Des 2 candidats restants, Marine Le Pen a la volonté, l’envie de réduire ce problème d’insécurité en France.

    De plus, grâce à son expérience dans la politique depuis des années et des années, Marine Le Pen a toutes les chances de réussir sur ce point-là.

    Ce sera au moins une chose de faite.

Laisser un commentaire