La vie de famille selon Bruno Le Roux

Rédigé par notre équipe le 24 mars 2017.

Il y a des jours où l’on regrette de ne pas avoir réfléchi avant de parler. Bruno Leroux, l’ahuri propulsé ministre de l’Intérieur, doit ressasser bien des déclarations depuis 72 heures et sa mise au placard express suite à des révélations de soupçons d’emplois fictifs… Pris la main dans le sac d’une manière encore plus risible que François Fillon, l’intérimaire de la place Beauvau affirme que faire travailler ses adolescentes de filles était un excellent moyen de préserver sa vie familiale…

Les socialistes n’ont pas été tendres avec la vie de famille lors de ce quinquennat de tous les échecs. Mariage pour tous et négation des genres, la structure familiale a largement été abimée. L’affaire Le Roux tend à montrer que la famille est toutefois importante pour les parlementaires socialistes. A tel point que l’ancien chef de fil des députés PS, devenu ministre par le jeu de chaises musicales hollandais, a généreusement consenti à rémunérer ses deux filles mineures pour un travail d’assistante parlementaire.

3 mois et 15 jours après son accession au ministère de l’Intérieur, Bruno Le Roux a été invité à quitter les lieux au nom de la « République exemplaire ». Celle-là même qui a fait de Thomas Thévenoud et sa phobie administrative et de l’évadé fiscal Cahuzac des ministres de la France. Mais là, les choses sont différentes. Notre cher Bruno a respecté toutes les règles du droit et de la morale et va même jusqu’à démissionner pour le bien de son parti en décomposition (et de la France, cela va de soi !). Un Saint homme qui n’a fait travailler ses filles, selon ses dires, que pour préserver l’unité familiale. L’emploi du temps d’un parlementaire est si chargé que Bruno Le Roux a trouvé la parade ultime pour passer des moments en famille : travailler ensemble !

Le parallèle avec François Fillon se fait naturellement, mais là où le candidat à la présidentielle a fait travailler sa femme et ses deux enfants majeurs, l’impayable Bruno emploie, lui, ses filles dès l’âge de 15 ans ! Soit le Roux a engendré des génies politiques (lycéens) capables d’abattre un boulot qui rend dingue des multi-diplômés, soit Le Roux a joué avec le feu (et l’argent).

Travail des enfants et vie de famille épanouie

Ce sont 24 contrats en CDD qui ont été signés pour une enveloppe globale de 55 000 euros. Sympa le plan pour se faire de l’argent de poche ! Plus besoin de s’escrimer dans un fast food pendant des heures pour payer ses études ! Demandez à Bruno un contrat flexible et bien rémunérateur… Démissionnaire, mais pas encore conscient que la supercherie ne passera pas, le désormais ex-ministre se défend en affirmant que les contrats correspondent aux vacances scolaires de ses deux forçats de travail de filles ! L’une d’elle aurait travaillé à plein temps du 20 avril 2015 au 22 mai 2015. Des vacances d’un mois pour les filles de parlementaires à cheval entre mai et juin ? Peut-être que les vacances scolaires appartiennent à la zone du triangle des Bermudes dans la famille Le Roux…

Mais Bruno Le Roux n’en est malheureusement pas à son premier coup d’essai. A peine nommé ministre, on s’est aperçu qu’il avait gonflé son CV en laissant croire qu’il était diplômé de l’ESSEC et de HEC. Mais pas aussi doué que ses filles, il n’a en fait obtenu qu’un diplôme à la moins prestigieuse université Paris X. Autre affaire troublante et bien plus grave, les liens entretenus par Le Roux avec la multinationale Sicpa qui l’a poussé à intervenir à sept reprises à l’Assemblée nationale en 2015 pour défendre les intérêts de ses nouveaux amis. Le Roux aurait-il eu besoin d’arrondir ses fins de mois quitte à rendre des services ? Ses enfants lui coûtent horriblement cher donc…

Condamné à rester dans l’ombre, car trop médiocre pour viser bien haut, Bruno Le Roux n’en a eu cure et s’est brûlé les ailes. Il rappelle au passage que certains socialistes n’ont pas honte de faire travailler des enfants. Le libéralisme a bien gagné tous les bords politiques, mais dans un monde devenu si impitoyable, tout est permis pour s’en sortir. Les socialistes ne cessent de montrer la voie !

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Christian WALLE dit :

    On ne dit plus le mot socialiste car ce sont tous devenus des SOCIALOPES

  2. JpB dit :

    Amusant de voir ce pur apparatchik du PS qui, comme d’autres, donnait des leçons de morale à Fillon se faire prendre la main dans le sac….

    Mais, en le faisant démissionner, les socialos à la ramasse tirent une dernière cartouche morale contre Fillon qui lui ne démissionne pas.

    Assez habile et retors, comme leur cabinet noir plus qu’évident vu les seules cibles polititiques, Fillon et Le Pen, et leur lynchage juridico médiatique..

    En définitive, la seule réussite d’Hollandouille dans l’utilisation des services de l’Etat aura été les magouilles politiciennes…

  3. Muriel dit :

    40 ans que l’UMPS favorise privilèges, prébendes et magouilles pour ses membres, tout en ayant endetté la France d’un record de 2200 milliards d’ €, sur le dos des français de plus en plus pauvres.

    Ça suffit ! Vivement Marine !

Laisser un commentaire