Ministres vertueux du gouvernement socialiste : et de huit !

Rédigé par 4vinsDivers le 28 mars 2017.

« Bon appétit, Messieurs ! Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon dee servir, serviteurs qui pillez la maison ». Ruy Blas. Bruno Le Roux est de ceux là : ministre de l’intérieur vertueux, il vient de battre trois records : celui de la vitesse d’éviction après l’annonce d’un scandale judiciaire, moins de 5 jours, celui de l’âge du plus jeune complice, 15 ans, et enfin celui de l’arroseur arrosé par les leçons de morale qu’il n’a jamais cessé de distribuer lorsqu’il était le garde chiourme des députés socialistes à l’Assemblée Nationale.

Il est vrai que le quinquennat de François Hollande avait quand même démarré très fort : le ministre du budget lui-même, Jérôme Cahuzac, détenait des comptes bancaires inavouables en Suisse. Vous imaginez ? Grâce à François Hollande et à sa bande dans laquelle sévissait un certain Emmanuel Macron, le premier contrôleur financier de France était un fraudeur fiscal ! L’affaire Cahuzac (2012) devait annoncer les perles judiciaires du quinquennat « irréprochable » du président « moi je », une véritable Bérézina !

2014 sera un bon cru pour la vertu en politique : 6 scandales judiciaires surviennent dans le gouvernement irréprochable de François Hollande. Ainsi, vont suivre les affaires Yamina Benguigui (mars 2014), Faouzi Lamdaoui (décembre 2014), Kader Arif (novembre 2014), Thomas Thévenoud (septembre 2014), Jean-Marie Le Guen (juin 2014), et Aquilino Morelle (avril 2014).

Comme pour terminer en beauté après avoir commencé en fanfare, cette fois-ci, c’est le premier flic de France qui doit se révéler à l’opinion publique tel qu’il est : un ripou. Le parquet national financier a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire sur l’emploi par le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux de ses filles, alors adolescentes, comme collaboratrices parlementaires. Bruno Le Roux était député (PS, faut-il le rappeler ?) entre 2009 et 2016.

Ainsi, le ministre Bruno Le Roux, brulé, a démissionné, et rejoint Jérôme Cahuzac dans la catégorie des indésirables. Qui d’Emmanuel Macron ou de Benoît Hamon aura le courage politique de l’accueillir dans ses harengs ? Ne perdons pas espoir, il reste encore quelques jours à François Hollande pour dénicher un neuvième ministre vertueux. Qui peut encore les prendre au sérieux, lui et son enfant bâtard, Emmanuel Macron ?

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Muriel dit :

    Ce gouvernement de socialopes moralisatrices détient le record des affaires tout comme le PS détient le record des élus condamnés….

    Mais cela n’excuse pas le système pourri mis en place par l’UMPS de privilèges et prébendes pour les leurs….tout en endettant le pays, c’est à dire les Français, de 2200 milliards !

  2. JpB dit :

    Ça continue chez les socialos moralistes :

    L’ancien directeur de cabinet de Manuel Valls jugé pour fraude fiscale
    Jean Daubigny, ancien directeur de cabinet de Manuel Valls au ministère de l’Intérieur et ancien préfet de la région Ile-de-France, sera jugé prochainement avec son épouse pour fraude fiscale.

    Il est soupçonné de ne pas avoir déclaré ses revenus entre 2011 et 2014, pour un montant d’impôts impayés de 190 000 euros.
    Le couple avait été placé en garde à vue en novembre dernier, dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte en août par le parquet de Paris.
    L’Est Républicain

  3. Jp Long dit :

    Les socialauds à la ramasse font feu de tout bois :

    Détournement de fonds publics :
    une enquête ouverte contre Laurent Wauquiez
    pour un voyage en Chine il y a un mois…
    Atlantico 31/3

    Quelle célérité cette  » justice  » !

  4. Thevenet dit :

    Et de 9 !

    Michel Sapin condamné en appel à rembourser les 100.000 € d’indemnités indûment perçues
    Le tribunal administratif de Limoges a rejeté un recours de Michel Sapin dans une affaire d’indemnités indûment perçues à l’époque où il était maire. Le ministre des Finances avait été condamné en septembre 2016, avec d’autres élus locaux, au remboursement d’indemnités versées entre 2008 et 2012 au titre de « ville touristique » un statut attribué à tort par une décision du conseil municipal d’Argenton-sur-Creuse, dont Michel Sapin a été maire de 2007 à 2012. ( Boursorama 5/4)

    Et lui , on le démissionne pas ?! Et « les ministres irréprochables » d’Hollandouille ?
    C’est vrai qu’au point où en est le PS ….

Laisser un commentaire