Mélenchon et le sauvetage du système

Rédigé par notre équipe le 14 avril 2017.

Rien ne va plus pour le système. A dix jours du premier tour, la baudruche Macron se dégonfle à vue d’œil et est même moquée par certains journalistes. Il aura fallu des mois de campagne pour que le vide du programme, les meetings bidonnés et les propos ineptes du fils spirituel de Hollande soient évoqués sur les chaînes les plus regardées (BFM n’est donc pas incluse). Et là, Mélenchon apparaît comme le nouvel homme providentiel paré de toutes les qualités. Quelle est donc la stratégie qui se cache derrière ce vent tournant ?  

C’est plus fort que lui. Le système aime les candidats fabriqués de toute pièce qui doivent être sélectionnés à chaque étape de la course présidentielle. Juppé devait gagner la primaire de droite avant l’élection en mai, mais a été laissé à la maison de retraite de Bordeaux par les sympathisants Républicains. Fillon devait exploser en vol sous le poids des affaires savamment mises en scène par la justice et les médias, mais il est toujours là. Enfin, Macron devait être l’élu, l’homme tant recherché depuis des années. Il fait aujourd’hui face au vide de son programme et à ses contradictions de banquier « de gauche ».

Le système a utilisé bien des cartouches et aucune n’a atteint sa cible. Il faut donc jouer le coûte que coûte et cela passe par Jean-Luc Mélenchon. Depuis le premier débat à cinq et surtout depuis le second qui a réuni les onze candidats officiels, Mélenchon marche sur l’eau à en croire les médias. Convaincant lors des joutes oratoires, il emballe les foules lors de ses meetings et s’est même vu attribué une posture de sage, à l’écoute. Que d’admirables qualités qui résonnent en creux au vide macronien. Mélenchon se retrouve propulsé dans les sondages en un clin d’œil et fait désormais figure de challenger à Marine Le Pen.

Mélenchon comme meilleur rempart au FN. C’est ce que les médias essaient désormais de vendre aux citoyens encore crédules. Le trotskiste soutenu par une minorité d’ouvriers serait la nouvelle coqueluche des jeunes et de tous les orphelins du Parti socialiste. Une sociologie qui montre à quel point son électorat potentiel est composé de gens sérieux qui comprennent les grands enjeux politiques… Mélenchon récupère les restes de Hamon, mais n’a aucunement les épaules pour se qualifier au deuxième tour. Les sondages racontent une autre histoire. Une narration nouvelle qui a tous les airs d’un coup de billard à trois bandes pour qualifier… Macron au second tour.

L’avant dernière carte d’une bataille truquée mais perdue par le système

Macron est en danger. La prophétie auto-réalisatrice qui voulait le propulser au second tour à coups de sondages arrangés ne prend pas. Il est plus que temps de changer de stratégie et de faire peur à l’électeur. La perspective d’un second tour Le Pen-Mélenchon pourrait faire office d’électrochoc. C’est ce qu’on espère dans la caste des Attali, Minc et autres Niel. Le combat des « populistes » ne peut avoir lieu et en faisant monter Mélenchon à des sommets de popularité et d’intentions de vote, ils espèrent un sursaut de la part de tous ceux qui « ont le cœur à gauche », mais qui n’ont pas une vision trotskiste de l’économie et de la société.

Il faut désormais faire peur et expliquer aux électeurs que le choix au second tour portera sur l’ancien sénateur PS au projet immigrationniste et délirant sur le plan économique et sur la petite nièce d’Adolf. Un choix peu reluisant qui doit être combattu à coups de bulletins Macron. Pour éviter la valse viennoise et la révolution bolivarienne, il faut voter pour le banquier Rothschild. Macron devait être un choix du cœur, il est aujourd’hui relégué en politique du moins pire. Une rapide descente aux enfers qui se soldera par une défaite en rase campagne. Mélenchon est l’avant dernière carte jouée par le système (la dernière sera une affaire contre Fillon et/ou Le Pen). Une carte sans importance si les électeurs du FN et de Fillon se mobilisent. La gauche sera alors détruite et une recomposition à droite autour d’un projet qui n’est pas anti-français pourra enfin être mis en place.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Bonne analyse….à ceci près :

    La tentative de destruction de la droite par ce pouvoir de gauche à l’agonie continue:

    Fillon par des journalistes hargneux aux ordres (Bourdin, Elkrief…) qui ne veulent surtout pas qu’il puisse développer son programme.

    Marine Le Pen par le parquet national financier, mis en place par Hollandouille, qui demande aux socialos du Parlement Européen de lever son immunité parlementaire afin de pouvoir la mettre en examen pour cette vieille affaire juste avant l’élection.

    N’est ce pas aussi la volonté de faire élire l’un des immigrationnistes fous, Macron ou Mélenchon, pour une gauche qui ne peut plus compter que sur les voix issues de l’immigration, quitte à détruire encore plus la France, mais ça c’est le cadet de ses soucis….?

  2. anonymous #JLM2017 dit :

    Bonne analyse sauf que vous ne prenez pas en compte la ferveur qu’il y a dans les meetings de JLM (qui ne cesse d’augmenter au fil des jours), contrairement aux autres candidats. A mon sens la victoire de JLM n’est peut être pas aussi utopique qu’il n’y parait, pour ma part depuis le début de ces élections je le disais à mes proche JLM va gagner attendez-vous à des surprises…

    • Tata dit :

      Par définition, les meetings montrent la ferveur des fans…Rien de neuf chez le Petit Père des Peuples, digne successeur des Staline, Mao, PolPot….

Laisser un commentaire