Comment Dupont-Aignant a changé la donne

Rédigé par notre équipe le 02 mai 2017.

Victoire promise à Emmanuel Macron le soir du premier tour. Fiesta à La Rotonde en compagnie de Jacques Attali, Stéphane Berne et Pierre Arditi avant deux semaines à appeler les électeurs à faire barrage à la haine. L’entre deux-tours devait être une simple formalité pour le candidat du système, mais un coup de tonnerre nommé Nicolas Dupont-Aignant a fracassé les desseins de toute la caste politique avec l’annonce de son alliance avec Marine Le Pen. Les menaces pour le faire rentrer dans le rang n’auront pas suffi.

Avec 4,7 % des suffrages qui se sont portés sur son nom, Nicolas Dupont-Aignant a créé une petite surprise lors du premier tour. Un succès qui a pris de court plus d’un journaliste politique trop occupé à moquer le président de Debout La France que de s’intéresser à la colère et la désespérance qui monte dans une France soumise à cinq années de délire socialiste. Sans aucun recours aux médias, il a presque atteint la barre fatidique des 5 % qui permet d’être remboursé jusqu’à 8 millions d’euros de frais de campagne. Ce seuil non franchi devait être la clé de voûte du système pour tenir à l’écart le trublion du 23 avril, mais les pressions financières n’ont pas suffi à l’effacer de l’échiquier politique.

En annonçant un accord de gouvernement avec le Front national et en devenant Premier ministre en cas de victoire de Marine Le Pen le 7 mai, Nicolas Dupont-Aignant a rompu avec brio la digue soi-disant républicaine construite par un UMP et un PS moribonds. Mélenchon a refusé de choisir (en laissant entendre qu’il voterait pour le financier Macron). Dupont-Aignant va plus loin, car contrairement à l’ancien sénateur socialiste, il ne rentre pas dans un « ni-ni » lénifiant et choisit de suivre ses convictions en forgeant un programme commun au FN et à Debout La France.

Isolé dans la défense du gaullisme à la fin des années 1990, il tourne peu à peu le dos à une UMP sous domination sarkozyste. Il milite contre le projet de traité européen en 2005 et se voit contraint de monter son propre parti face à l’inaction de ses anciens camarades. Une trajectoire parallèle à celle de Jean-Luc Mélenchon diront certains. Sauf que contrairement au cador des insoumis, il n’a jamais changé de ligne politique. Ses engagements passés n’ont jamais été reniés comme sur la question européenne. Une rectitude et une cohérence qui fondent une alliance avec le FN malgré le déchainement du système médiatique.

De l’amuseur au traître

Dupont-Aignant a réussi en l’espace d’une conférence de presse à passer du statut d’amuseur de droite à celui de traître intégral. Un exploit rarissime qui montre la surprise et la hargne mise par le personnel politique et les médias pour dénoncer un ticket qui fait mal à Emmanuel Macron. Car si les sondages montrent que l’avance de l’ancien ministre de Hollande est encore confortable, la décision de Dupont-Aignant marque une rupture profonde avec les règles fixées par l’élite oligarchique. Nul ne peut s’allier avec le FN. Le seul choix est de taper dessus comme l’a fait avec assiduité un Asselineau qui espère se faire une petite place dans le paysage politique en disant du mal du FN dans tous les médias quand bien même il partage bien des points communs.

Insulté, entre autres, par le triste humoriste Stéphane Guillon, qualifié de « traître » par Alain Juppé qui décidément souhaite se faire bien voir du loup Macron, Dupont-Aignant a franchi le Rubicon et aucun retour en arrière ne sera possible. Entre ses idées et l’assurance de gratter un petit hochet laissé par le système, Dupont-Aignant a choisi les idées. Il n’en va pas de même pour les Hamon, Fillon ou encore Taubira qui incitent les électeurs à voter Macron quitte à renier un engagement politique qui ne pèse finalement pas lourd…

Le ticket Le Pen-Dupont-Aignant sera-t-il suffisant pour inverser la tendance et clouer le bec à des élites qui ne cessent d’inventer une menace à la démocratie en cas de victoire des patriotes français ? L’arithmétique a la tête dure et Macron bénéficie d’une avance encore confortable. Cependant, cette alliance inespérée il y a encore 15 jours montre que le système peut être combattu, qu’il vacille et sera vaincu si la mobilisation de tous ceux qui aiment la France et non pas la finance se fait dimanche prochain.

Déjà 5 remarques sur cet article

  1. corbackblack dit :

    Bonjour à vous tous peuple électeur.
    Oui,c’est la honte pour lui de voir ce vieux cheval de retour Mélenchon voter pour LE représentant du capital Macron (Socialiste comme moi je suis martien ! ! )
    Réellement tous ces politicards ont le talent de nous prendre pour des CONS….
    Le pire c’est que beaucoup de Français ne voient pas venir ce nouveau désastre…triste…triste…triste

  2. JpB dit :

    Tŕès bon article

    Oui le déchainement de haine de l’oligarchie et de la petite caste politico médiatique n’a d’égal que leur trouillomètre à zéro de perdre leurs privilèges avec l’élection de Marine.

  3. WALLE dit :

    Il n’a pas eu de mal à rester à droite ..d’ailleurs Marine elle aussi c’est déplacé à droite et n’est plus du tout dans les valeurs de l’extrème droite.. c’était facile puisqu’il y à déjà bien longtemps que UMP puis les LR ratissent au centre droite et non à droite et que les socialopes eux ratissent à gauche et au centre..Chirac n’a rien fait (seul la retraite de Président l’intéressait !) Sarkosy en a été empèché par les merdias gogos qui l’ont traités de fachos lorsqu’il à dit qu’il allait nettoyer au karcher puis la crise des subprimes lui est tombé dessus ..on connait la suite ..! ce qui fait qu’en France nous n’avons pas eu une vrai politique de droite depuis Giscard d’estaing…d’ou ce déclin économique de la France …la gauche a de tous les temps été incapable de gérer économiquement un pays ..elle n’est bonne que dans l’opposition et devrait ne jamais en sortir pour le bien du peuple

  4. Le-civilisateur dit :

    Avec les éléctions de 2017 rien ne sera plus pareil.

    Car les français, mais aussi les autres peuples d’europe ont pu voir le véritable visage de l’entité qui dirige la FRANCE mais aussi l’économie Européene.

    Ils ont pu voir puis constater, que de l’extrême gauche jusqu’à la droite les parties « ces parties » sont une masquarade, un subterfuge, visant à donner l’illusion au peuple qu’il reste souverain de son destin.

    A présent il n’y a plus d’excuses.

    Le masque est tombé, est si les français continu à voter pour un système qui les phagocyte c’est qu’ils aurons amplement mérité leur funeste destin…

  5. Bluesun dit :

    Sous Mitterrand, il était devenu très ringard de se dire français, de dire aimer son pays la France, et de chanter la Marseillaise. Quant au drapeau français, plus il était éloigné et mieux c’était..

    Heureusement, il y avait le FN, pour chanter l’hymne national et toujours agiter le drapeau bleu blanc rouge, couleurs de la France.

    Seul, le FN durant ces 35 dernières années n’a jamais renié la France, son drapeau, et son hymne…

    Bravo à Monsieur Dupont Aignant d’avoir eu le courage de ses convictions, et le cran malgré la déferlante venimeuse de tous ces bisounoursumps et les journaleux qui vont avec de ne pas renier son amour pour la France pour la froideur du fric.

    Immense courage de faire alliance avec Marine, pour peut-être enfin crever le « fameux plafond de verre », que les journaleux balançent à chaque fois que possible dans les pâtes du FN…

    Si seulement, tous ces journaleux pourlingues, pouvaient le 7 mai se prendre tous les débris dudit plafond de verre dans leur tronche de mauvais, de pourris, de mufles….
    Journaleux à l’intelligence de tête de nœud…

    Le constat assez « amusant », est de lire dans le regard de tous ces journaleux l’admiration qu’ils ont après chaque prestation de Marine.
    Mais comment ne pas être admiratif devant la compétence, l’intelligence, et le savoir ?
    Face à un Macron formaté par le système pour le système, et propulsé pour le oui oui à tout et à tous, tout en ayant le fessier au milieu de rien.
    Et surtout la peur que le Macron fasse de nouvelles bourdes!!!

    L’union fait la force, avec cette alliance de Debout la France, et le choix de la France de Marine c’est :

    LA LIBERTE QUI QUI GUIDE DE PEUPLE.

Laisser un commentaire