Législatives 2017 : tristes (et) triches

Rédigé par notre équipe le 19 juin 2017.

La vague En Marche a donc bien déferlé sur la France. Certes, avec 360 sièges pour le parti de Macron et son allié girouette Bayrou, on est loin des 400 sièges et plus qui leur étaient promis au soir du premier tour. En Marche a quand même sa majorité absolue et si d’aventure quelques esprits libres venaient à faire défaut, des traîtres issus des décombres des Républicains et du PS se chargeraient de faire l’appoint. La soirée aura aussi été marquée par la défaite de quelques hideuses figures et du trouble autour de Manuel Valls.

La France se réveille apaisée. Après des années de campagne et des mois d’élections, le pays est doté d’un Gouvernement au travail et d’une majorité en marche. Une situation idyllique si elle n’allait pas conduire à la fin des dernières traces d’une civilisation française sous les coups d’une Europe sans frontière ouverte à tous les vents de l’immigration et du libéralisme. Tout est en place pour faire de notre pays un modèle de soumission au système. La presse internationale ne s’y trompe pas, car depuis des mois, suivant les médias français, elle tresse des louanges à Macron (et sa femme). Avec désormais une Assemblée nationale servile et un Sénat qui sera facilement contourné, le tableau n’est pas très attirant.

En Marche et le Modem (aux financements douteux) ont amassé 60 % des sièges, mais à quel prix ? Celui d’une abstention colossale de 57,4 %. Pour une fois, les champions du macronisme ont quelque peu déserté les bureaux de vote en plus des légions FN et France Insoumise. Cela a permis l’élection de 8 candidats du Front national dont Marine Le Pen ainsi que 17 candidats FI. Des scores plus élevés que ceux annoncés par les instituts de sondage, mais qui sont loin de refléter la réalité politique du pays. Comment en effet expliquer que le premier parti de France n’obtienne que 8 sièges sur 577 ? Outre Marine Le Pen, la victoire de Louis Aliot et la défaite de Florian Philippot pourraient signifier la fin d’une ligne patriotico-sociale qui a fait le succès du FN depuis des années.

Pas d’opposition au système

Le PS et EELV sont chaos. Le premier n’obtient que trente élus après cinq années au pouvoir. Quand Hollande vous disait que son bilan était bon ! Les timbrés écolos n’auront qu’un siège et tout le temps de réfléchir à une plateforme encore plus eurocrate et anti-française. Enfin, les Républicains se prennent un beau soufflet avec 133 députés, soit son score le plus faible depuis les débuts de la Ve République. Inaudibles et prêts à en découdre en interne, les Républicains ne seront pas l’opposition qui doit mener la vie dure au Gouvernement. Ainsi, Macron a réussi son pari : faire croire qu’il n’y a aucune alternative crédible à En Marche. Ne pas suivre son parti, c’est « faire le jeu du Front national » ou alimenter le monstre de la gauche radicale. Il faut voter En Marche ou En Marche pour défendre la démocratie !

Les défaites de quelques personnalités qui vomissent la France comme Guaino les électeurs donnent un peu de baume au cœur. (Soi-disant) à droite, NKM est au tapis et ne se relèvera qu’en cas de geste magnanime de la part de Macron. A gauche, les défenseurs du hollandisme ont bu la tasse pour ceux qui avaient échappé à la débâcle du premier tour. El Khomri a réussi l’exploit de perdre contre le candidat LR dans le nord de Paris, et Belkacem va devoir se trouver un vrai travail après tous ses efforts pour détruire la jeunesse de France. Urvoas et Touraine, ex-ministres dont l’incompétence ne s’est pas arrêté à la fin de leur mandat sont écartés du jeu et Cambadélis, l’homme des intrigues socialistes renonce à diriger le fantôme du PS. Le ménage est fait en partie, mais de nouvelles têtes immondes vont apparaître. La nature a horreur du vide. En Marche a remplacé le PS, et de nouvelles Belkacem ne tarderont pas à cracher sur la France.

Manu ! Quand même !

Enfin, la soirée n’aurait pas été complète sans Manu la triche. Paria de la République, traître et parjure absolu, Manuel Valls s’est une nouvelle fois distingué en l’emportant dans des circonstances curieuse avec environ 300 voix d’écart sur la concurrente la France Insoumise. Cette dernière se considère élue et a fait appel des résultats officiels toute en qualifiant Manu de « tricheur ». Le mot est lancé, Manu va devoir défendre sa victoire et son honneur. La première devrait se faire sans trop de difficulté. La seconde relève de la mission impossible. L’honneur de Valls s’est évaporé il y a déjà bien longtemps. Mais n’est-ce pas le lot des pires politiciens ? Le spectacle à contempler est bien triste !

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. corbackblack dit :

    Bravo Axel
    La lecture de tous ces commentaires n’est que haine des uns envers les autres.
    Les ânes répètent des idioties entendues à droite ou à gauche.
    Ce qui est triste c’est que souvent c’est ceux qui ont voté Hollande qui en disent du mal et idem pour Sarko……
    Pourquoi avant de voter,ne pas réfléchir un peu.?.?.?.?
    Pourquoi ne pas aller manifester devant chaque mairie de France (il y en a au moins 36000) pour que notre constitution soit remaniée.?.?.?
    P. exemple: demander que les élection soient invalidées lorsque moins de 50% des électeurs ont voté ! !
    P. exemple encore: compter les bulletins blancs.?.? parce que si l’on additionne les non votants et les bulletins blancs tous les guignols qui sont soit à l’Assemblée nationale ou ailleurs ne représentent qu’eux même ! ! !
    Pourquoi donc ne pas organiser un syndicat des électeurs afin que la constitution et tout ce qui s’y rattache soit reécrite.
    Je ne parle pas de constituer un Nieme parti politique mais un syndicat qui serait indépendant et payé 2 euros par an et par citoyen.?.?
    -C’est une utopie.?.?(bien sûr si vous attendez un accord de nos députés ! ! !)
    -ah oui.?.
    -et bien essayons ! !(le jour du 14 juillet par exemple.?.?)

    ce qui marche avec les entreprise devrait marcher avec nos politiques ! !
    Au lieu de répéter des commentaires sans fin et vieux comme le monde, AGISSONS et changeons ce qui n’est pas démocratique …YA DU BOULOT

  2. JpB dit :

    Il n’y a que les zozos pour croire que la France est une démocratie !
    Un pays oû 15 % des inscrits donnent 60% de députés en Marche-Modem , oû 11 millions d’électeurs FN se retrouvent avec 8 députés, oû les Insoumis, en 4e postion à la Présidentielle, ont 17 députés car socialos, écolos, communistes n’hésitent pas à voter pour l’extrême gauche , alors que la Droite classique et constipée n’ose pas voter pour l’extrême droaaaate, alors que leurs électeurs sont proches…..

    Seul système démocratique pratiqué presque partout en Europe: la proportionnelle intégrale.

    Mais, quand on sait que Sarko avait envisagé une dose de proportionnelle sans la mettre en oeuvre, que Hollande l’avait promis sans bien sûr tenir ses promesses, et que Macron l’a promis pour 2017 et que c’est déjà renvoyé au minimum à 2018…on comprend qu’il y ait 57 % d’abstention en France !

    Et les politicards ne comprennent toujours pas pourquoi ils sont discrédités ….!

  3. Muriel dit :

    Les 308 députés macronistes , représentant soit disant pour moitié la société civile, sont en fait à 90 % des recyclés du PS, soit élus locaux, soit permanents ou militants….et quelques opportunistes du même accabit de droite.

    Ca promet !

  4. corbackblack dit :

    Bonjour Français râleurs ! !
    Mais que faites vous pour que ça change .?.?
    Lisez ma proposition en tête des commentaires…….
    Agir il n’y a que ça ! !

Laisser un commentaire