L’UE à l’assaut de vos comptes courants !

Rédigé par notre équipe le 14 août 2017.

L’Union européenne est – on le sait – une énorme escroquerie qui ne repose que sur l’illusion et la menace. Le système doit se nourrir et rien de mieux que l’argent pour tenir. Après la planche à billets (plus que jamais en action), l’UE travaille à un racket en bonne et due forme de l’argent des citoyens qui aurait le malheur de traîner sur leur comptes bancaires. Après l’essai chypriote concluant, Bruxelles veut généraliser une pratique qui n’est autre que du vol !  

L’été est toujours une période très intéressante pour suivre pour l’actualité. Il faut débrancher BFM TV et les sempiternelles et grotesques interviews de vacanciers questionnés sur la plage et le soleil pour se confronter à des problématiques fondamentales et donc largement passées sous silence. Parmi elles, la volonté de l’Union européenne de geler l’argent sur les comptes bancaires des particuliers en cas d’événement exceptionnel est passée inaperçue. Pourquoi informer les citoyens d’une mesure totalitaire qui nourrit la bête immonde du libéralisme ?

 

Le système bancaire (européen) va mal. Très mal. Les quelques faillites de ces dernières années de banques de troisième rang devaient illustrer la purification de l’édifice. Les banques sont saines, soumises à des « stress tests » bidons qui pointent toujours du doigt quelques banques minuscules en Grèce et en Italie. Les grandes banques sont très solides à l’image de Banco Poular en Espagne et de la Deutsche Bank en Allemagne. Manque de chance, la première est en état de faillite et a été rachetée pour un euro symbolique par Santander, la seconde est au bord du précipice. Les deux ont pourtant passé les multiples stress tests sans encombre…

Bonco Popular : l’escroquerie se fait jour

Les banques ont continué à faire n’importe quoi depuis l’éclatement de la crise mondiale en 2008 et les beaux discours ne suffisent plus à calmer les peurs. Les nombreux Espagnols qui avaient le malheur d’avoir un compte à la Banco Popular se sont légitimement précipité dans les distributeurs pour retirer leur argent. La motivation est forte pour sauver une vie d’économies menacée de partir en fumée à cause d’une gestion des dirigeants de la banque que l’on pourrait qualifier de suspecte. Et c’est là que l’Union européenne entre en jeu. Mécontente des réactions des épargnants qui ont l’idée saugrenue de vouloir sauver leur argent, elle s’appuie sur ce récent événement pour justifier (discrètement) l’impérieux besoin de renforcer la loi pour s’assurer de capter les euros de ces satanés gogos européens.

Le texte actuellement en discussion prévoit de geler les avoirs pendant 20 jours ouvrés, soit un mois environ. Aujourd’hui, cette mesure ne peut s’appliquer que pour une période de deux jours. Besoin de payer une facture ou de faire ses courses ? Il faudra patienter un mois ! Pas de quoi « pleurer » pour reprendre les propos d’une députée En Marche au sujet des APL. Et puis, des fonds gelés, cela reste très différent d’une ponction pure et simple de l’argent sur les comptes en banque… Sauf que le fameux dépôt de garanties n’a rien de garantie du tout !

Le système est tellement malade que la BCE en administrant une cure prolongée et intense de cash est en passe de sombrer avec les banques. La garantie est hypothéquée et lors de la prochaine grande crise, l’argent des comptes va disparaître pour éponger une partie de la faillite des banques. Les épargnants n’auront plus que leurs yeux pour pleurer. Après Chypre et la spoliation des épargnants, après la Grèce et les fermetures prolongées des agences bancaires pour éviter les fameux « bank run », la France et autres pays d’Europe de l’Ouest s’apprêtent à vivre une tragédie dont l’impact va broyer des millions de gens.

Doit-on en parler ? Non ! Car les banques allemandes veulent l’introduction d’un tel système, une sorte de béquille mentale qui les aide à aller dans le mur avec une sérénité renouvelée. Et ce que Francfort veut, Bruxelles fait et les Européens prennent dans le coin de la figure. Finalement, il y a bien un destin commun à tous les Européens : la ruine provoquée par l’immondice bancaire !

Déjà 6 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Bon article.
    Depuis le temps que l’on dit qu’il faut sortir de cette Europe des financiers, des technocrates, des mondialistes, des immigrationnistes …pour refonder une Europe des Nations souveraines….,

    Il est vrai que toutes ces catégories et leurs médias assènent tellement de contre vérités que les gogos lobotomisés continuent de croire à l’Europe

  2. jade dit :

    difficile de débité plus d’ineptie en moins de mot

    • Tata dit :

      Jade, apprends déjà à écrire correctement en français avant de juger des articles que tu ne comprends même pas !

  3. Glagla dit :

    Mais voyons… profiter de l’insécurité ambiante pour faire surgir une nouvelle théorie du complot en haut lieu… les « financiers », le système… ont bon dos! Mieux vaut rire en lisant ces sornettes…

  4. Walter Benjamin dit :

    Bon c’est très bien tout ça , vos analyses, mais vous confondez deux choses: le libéralisme et le néolibéralisme. Le libéralisme classique est juste une manière de désigner l’économie de marché régulée et la régulation peut être très forte, comme avec Roosevelt qui avait établi un impôt de 92% sur les gros revenus.
    Le néolibéralisme n’a rien à voir avec le libéralisme, c’est une théorie des années 50 qui avec Mises et Hayek voulait organiser toute la société en marchés, y compris l’état, la santé, l’éducation etc. C’est cette idéologie que vous dénoncez à juste titre, on l’appelle aussi la secte du Mont Pèlerin . Leur mot d’ordre est « anything goes » ,tout est bon pour faire de l’argent et plus il y en a mieux c’est pour tous.Cette idéologie a inventé le mythe de la catallaxie, l’autorégulation des marchés que jamais personne n’a observé nulle part ….
    Lisez Catherine Audard pour voir la différence du libéralisme et du néolibéralisme.

Laisser un commentaire