Elysée : il faut que ça com’ !

Rédigé par notre équipe le 30 août 2017.

Les rédactions désertées en cette période estivale bruissent quand même depuis une dizaine de jours. Les rumeurs les plus folles concernant la communication présidentielle sont entendues et répétées. Macron, le président déchu dans les sondages souhaite raviver la flamme et change son fusil d’épaule. Après le mépris envers les Français et son refus de s’exprimer hors des vidéos mises en scène par son cabinet, il change de tactique et songe à daigner répondre à quelques questions bien gentilles de journalistes. En attendant, il vient de recruter l’un d’eux – l’un des plus médiocres – comme porte-parole. Ça promet !

Macron c’est le nouveau monde entendait-on partout pendant la campagne. Un monde si nouveau qu’il a déjà été régurgité par une majorité de Français qui se méfie de ses intentions et de ses beaux discours. La politique est creuse et la nature ayant horreur du vide, ce sont les images travaillées du couple Macron qui viennent le remplir. La communication est désastreuse et pas seulement parce que la politique est mauvaise. Il voulait être Jupiter, il n’est que le président le moins bien considéré de la Ve République après trois mois au pouvoir. Vite ! Il faut réagir ! Et quoi de mieux que d’inviter un parfait représentant de l’ancien monde pour diriger une communication aux abois ?

 

De Hanouna à l’Elysée

Bruno Roger-Petit. Ce nom est peu connu du grand public, mais est synonyme de bien des termes péjoratifs pour ceux qui suivent encore les affaires de ce bas monde qu’est la politique-médias. Doté d’un ego surdimensionné (arrivera-t-il à survivre dans la même pièce que Macron ?), il s’est fait remarquer au cours de sa triste carrière journalistique par quelques coups d’éclat comme lorsqu’il jette par terre, en 1997, les fiches de son journal de la nuit une fois l’édition terminée. Il échange un sourire avec son complice hors champ, content de faire enfin parler de lui faute d’avoir des téléspectateurs pour l’admirer. 

Peu apprécié de ses collègues (un génie ne supporte pas le nullité), il navigue de rédaction en rédaction pour finir au Plus, une plateforme bien laide et peu suivie chapeautée par L’Obs. A en croire ses anciens collègues, ses éditos sont très lus et surtout très critiqués, car même les lecteurs de cette feuille de chou ne sont pas assez dans la voie si étroite du moralisme de gauche. Roger-Petit y déverse sa haine de tout ce qui est la France. Homme blanc, catholicisme, indépendance intellectuelle, refus de s’extasier devant l’horrible farce du mariage pour tous et de la gay pride. Tous ces sujets et bien d’autres sont vomis dans les textes écrits avec les pieds de celui qui rêvait d’écrire dans l’Aurore et qui avait atterri au Plus de l’Obs.

Mais la descente allait encore se poursuivre. Le quidam qui eu la malchance de tomber sur l’émission Touche Pas à Mon Poste animée par Cyril Hanouna reconnu aisément Bruno en train de faire le zouave pour arrondir ses fins de mois. Mal aimé du monde journalistique, Bruno a des factures à régler et joue donc au larbin sur les plateaux de télévision en 2014. La chute a été rude pour celui qui traitait ses collègues avec mépris à en croire des témoignages recueillis par France Info. Mais Bruno nourrit des rêves plus grands. Des rêves de politique et de pouvoir.

Après quelques mois d’indignité complète, Roger-Petit quitte son mentor et reprend la plume. Il multiplie les rencontres privées avec Hollande qui reçoit tous les ringards du moment qu’ils possèdent une carte de presse. Ses bonnes relations avec Flamby ne mènent pas à grand-chose et c’est là que Roger-Petit a une révélation ! L’avenir appartient à Macron et il fera tout pour lui être utile. L’histoire est loin d’être unique, mais Roger-Petit ne recule devant rien.

Selon la légende, il rencontre son nouveau maître en octobre 2016 pour une interview qui doit contribuer à dessiner la stature présidentielle de Macron. L’objectif est atteint, l’entretien est complaisant à souhait et un « coup de foudre intellectuel » se produit. Quand le vide rencontre le néant… Depuis lors, Roger-Petit multiplie les éditos en faveur de Macron, sorte d’antithèse parfaite de 24 heures actu. Mais il va trop loin. Ses collègues pourtant indignes d’informer les gens sont dégoûtés eux aussi.

Roger-Petit roule ostensiblement pour Macron. Invité à la Rotonde au soir du premier tour, Roger-Petit attend peut-être avec avidité un poste dans la nouvelle équipe présidentielle à venir. Mais rien, obligé de continuer les piges à Challenges, il garde la flamme et se fait le porte-parole officieux du pouvoir. Désormais officiel, il pourra s’occuper du Twitter présidentiel à défaut du sien qu’il a nettoyé avant de fermer à la hâte. La peur de voir ses quasi-appels au meurtre contre les opposants au mariage gay être ressortis du placard ? Raté ! La communication élyséenne va souffrir ces prochains mois. Bruno Roger-Petit, ultime fossoyeur du macronisme jupitérien ? Espérons-le.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. JpB dit :

    Bruno Roger-(le très) Petit est un petit bourge gauchiste, issu de l’Obs, qui vomit les cathos (voir ses tweets pour l’assassinat de militants de la Manif pour Tous), qui est un lèche babouche islamique ( en 2014, il souhait un Président musulman avant la fin du siècle), qui traitait les policiers manifestant leur ras le bol en 2016 de « racailles », etc….

    Bref une belle pourriture arriviste qui confirme la collusion entre médias et politiques (de gauche)

    Pas à dire, il fait la paire avec la déjà chargée de com de Jupiter 1er, Sibeth Ndiaye, qui tweetait à propos du décès de S. Veil :  » Yes, elle est dead la meuf  » !

  2. Bluesun dit :

    « Quand le vide rencontre le néant…  »

    Pour faire juste barrage, ça ne peut faire que forcément

    PLOUF !!!!!!

    En attendant il faut se goinfrer le Macron durant 5 ans…
    la noyade va être très douloureuse….

    En attendant, IL FAUT QUE CA COM!!!!

    Le môsieur et sa vieille femme sont toutes les semaines dans tous les magazines, (sans doute le passage devant les photographes étant le principal travail du jeune novice)..

    En tous cas les maquillages du jeune à 26000€ mensuel, font penser que le coiffeur du vieux nous coûtait moins cher que la jeunesse du novice…

  3. Le-civilisateur dit :

    Karl Lagerfeld : « Brigitte Macron a les plus belles jambes de Paris ! »

    Pour ne citer qu’un exemple de plus …

    Et oui !

    Bien au delà de la bonne vieille léchade de fion, il y a le lavement de colon, bien connu des millionnaires américains depuis les années 90.

    Il n’en fallait pas moins, pour ce couple présidentiel « nouvelle génération »…

    Et j’aime autant vous dire qu’avec des langues médiatiques aussi longues et fine, le couple macron ont les boyaux propre jusqu’á l’oesophage.

    « Lécheur de cul » est donc un terme largement dépassé, aujourd’hui le couple macron se paye le Nec plus ultra.

    Une véritable armée de put1 soudoyée qui attaque le couple directement par le rectum.

    Un spectacle et une démonstration rétrograde pour le genre humain, qui nous rappel tristement que nous ne sommes finalement pas grand chose.

    • Bluesun dit :

      Karl Lagerfeld : « Brigitte Macron a les plus belles jambes de Paris ! »

      « Plus belles jambes de Paris !!!! » ????

      Avec ses lunettes noires constamment sur le nez, et l’âge aidant, il ne doit plus y voir grand chose le Karl.

      En tous cas à voir les cannes de la dame Macron, on l’a dirait bien anorexique…

      Si on se rapporte à la vision que les mannequins (jambes de Paris) donne quotidiennement à Karl, pas étonnant alors que les jambes de la dame Macron soient ce qu’il a l’habitude de voir.

Laisser un commentaire