Glyphosate : la décision de la France suscite incompréhension et colère chez les agriculteurs

Rédigé par notre équipe le 12 septembre 2017.

agriculture-glyphosate-france

Le ministère de la Transition écologique et solidaire a annoncé que la France votera contre le renouvellement du glyphosate. L’annonce a suscité l’incompréhension au sein de la communauté internationale et la colère chez les agriculteurs, qui craignent le renchérissement des coûts d’exploitation.

Le ministère français de la Transition écologique et solidaire a indiqué à l’AFP le 30 août que la France votera contre la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans la licence du glyphosate, un herbicide présent notamment dans le Roundup de Monsanto.

« La France votera [le 4 août] contre la réautorisation du glyphosate en raison des doutes qui demeurent sur la dangerosité », explique-t-on au ministère de la Transition écologique. La controverse scientifique sur le sujet a en effet pris une nouvelle ampleur lorsque le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) basée à Lyon, a classé le glyphosate comme « cancérogène probable » pour l’homme en 2015.

Un avis que l’Agence européenne chargée des produits chimiques (ECHA), l’Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) ou encore l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) ne partagent pas. Même le JMPR, un comité conjoint de l’OMS et l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), estimait en 2016 que le glyhposate ingéré par le biais de l’alimentation ne présentait « probablement pas de risque de cancer pour les humains ».

Un désastre économique annoncé

La position de Nicolas Hulot est à ce titre doublement incompréhensible : mélange de principe excessif de précaution et d’avis partisan, le Ministre n’ayant pris en compte qu’une étude ayant été largement remise en cause depuis.

L’incompréhension que la décision de la France a suscitée dans une partie de la communauté scientifique internationale est patente. Le Conseil américain de l’industrie de la chimie (American Chemistry Council, ACC) a réagi à l’annonce du ministère français dès le 30 août. « Les politiques publiques doivent reposer sur des données scientifiques éprouvées, non sur des titres incendiaires. La décision française de s’opposer au renouvellement de l’autorisation du glyphosate va à l’encontre de nombreuses agences gouvernementales à travers le monde, qui estiment que le glyphosate ne représente aucun danger », déplorait l’ACC dans une déclaration diffusée sur Internet.

L’agence américaine exhorte le gouvernement français à « reconsidérer » sa décision et à écouter les conclusions de l’ECHA et l’EFSA. Elle critique également les travaux du CIRC, qui « ne prennent pas en compte l’exposition réelle » au glyphosate et dont les conclusions « ne s’appuient pas sur des données d’observance en vie réelle ».

En France, la profession agricole a pour sa part rappelé les conséquences d’une éventuelle suppression du glyphosate. Jean-Paul Bordes, directeur R&D chez Arvalis – Institut du végétal, estimait à 975 M€ par an les coûts directs liés à une interdiction du glyphosate dans l’Hexagone. Une nouvelle étude à paraître, citée par le Figaro, évoque quant à elle un manque à gagner de « 2 milliards d’euros » pour l’agriculture française, déjà sinistrée.

La guerre est déclarée

La Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), et les syndicats Jeunes agriculteurs (JA) et Coordination rurale (CR) affirment quant à eux que l’interdiction du glyphosate remettrait en question « l’agroécologie, l’agroforesterie ou l’agriculture de conservation ». Les techniciens estiment en effet que l’interdiction de l’herbicide renchérirait les coûts d’exploitation pour les agriculteurs, forcés de recourir à nouveau aux labours pour nettoyer les sols avant semis.

En juin, un sondage mené par Ipsos via la plateforme AgriAvis révélait pourtant que pour les agriculteurs français, le glyphosate, loin d’être un luxe, est une composante essentielle de leur quotidien.

Ces derniers plébiscitent à 81 % les herbicides à base de glyphosate, qu’ils considèrent comme « indispensables aux techniques de conservation des sols dans leur exploitation (non labour, gestion des couverts végétaux…). Ils évaluent également l’augmentation de leurs coûts de production de 24 % en cas de retrait du glyphosate, tandis que plus de la moitié craignent une baisse de rendement, qu’ils estiment à environ 25 %. En outre, 57 % des agriculteurs interrogés considèrent qu’il serait plus pertinent de limiter les doses autorisées des herbicides à base de glyphosate plutôt que de les supprimer.

La situation des paysans français étant extrêmement délicate, une « guerre » entre le secteur agricole et le ministère de la Transition écologique aurait des effets désastreux – ce qui rend d’autant plus funeste la décision du Ministre de l’écologie.

Déjà 30 remarques sur cet article

  1. Besnard dit :

    STOP AU GLYPHOSATE

  2. didier dit :

    Et oui, en 1968 les écoles étaient obligés d’accepter que les élèves puissent fumer dans leur enceinte… Et aujourd’hui ?
    Alors, qui croire à la vue des intérêts en jeux…
    Je note dans votre article que personne ne dit que ce produit n’a aucun risque de donner le cancer…

  3. Bernard Denis dit :

    Le GLYPHOSATE est toxique pour les abeilles, qui elles sont INDISPENSABLE à l’agriculture…donc un choix s’impose, interdire ce produit!!

  4. Daniel Buob dit :

    Les agriculteurs se sont laisses emprisonner par la facilité offerte par la chimie et sont totalement inconscients des risques qu’ils prennent et font prendre à ceux à qui ils prétendent vouloir faire consommer les produits qu’ils ont arrosés en enfilant une combinaison de cosmonaute…

    • Chamberlain dit :

      Si l’on interdit le glyphosate, une bonne partie de la profession agricole (les plus petits exploitants) va se trouver dans une situation économique encore pire que celle qui les accable déjà depuis de nombreuses années.
      Si la France perd cette part de petits producteurs agricoles et si elle perd des parts de marché à l’exportation, ce sont les consommateurs français qui risquent d’être encore un peu plus inondés de produits d’importation bourrés de glyphosate.
      L’économie et le commerce sont des variables qui se traitent à l’échelle mondiale.
      On ne peut pas juste dire « stop au glyphosate », et basta !
      Le problème est lié à tellement d’autres équilibres que celui des abeilles qu’il est compliqué de trancher.

  5. Lecat dit :

    Et les intérêts de la majorité des français comme l’amiante on attend des milliers de morts et après on veut des coupables qui seront blanchis et on Conti.ue à faire des milliards sur la couronne des sans dents

  6. Tanchet dit :

    Le problème, c’est que le jour où le glyphosate (dont les agriculteurs se servent depuis 40 ans sans que le nombre de cancers n’ait explosé) est interdit, on fait quoi ??

    Les agriculteurs seront obligés de faire appel à des produits beaucoup plus toxiques pour désherber, des produits qui n’auront pas fait leurs preuves, écologiquement ce sera un vrai désastre !! Sans compter le coût pour ds agriculteurs déjà sous-payés et criblés de dettes…

  7. Denisedess dit :

    La vraie question est de savoir si ce produit est dangereux pour la santé ?

    • Dupuiseur dit :

      Apparemment non, mais le principe de précaution est devenu la règle et les autorités se foutent du sort des agriculteurs… Il ne reste plus qu’à la fermer et à mieux voter la prochaine fois

    • lecpintre dit :

      Le soja argentin en est bourré …et les ouvriers agricoles en crèvent et leurs enfants sont malformes…

      • Daniel B dit :

        Le problème avec Monsanto, c’est qu’ils prétendent que le glyphosate SEUL ne serait pas toxique (il n’y a qu’eux qui le prétendent), alors que c’est L’ENSEMBLE du produit qu’il faut considérer, et toutes les études qui n’ont pas de lien direct ou indirect avec ceux qui ont intérêt à le vendre ou l’utiliser varient entre cancérigène avéré ou au moins cancérigène possible. Il en est de même d’ailleurs avec les OGM traités au glyphosate ou non.
        L’agriculture industrielle s’est laissée, par facilité et mercantilisme, enfermer dans le « tout chimique ». Ce qui est entrain de TUER la terre qui nous nourrit. Et ils en seront responsables devant nos enfants.
        Persister dans cette impasse est CRIMINEL.

    • Leusch Yves dit :

      Se produit est dangereux pour l’être humain… et puis il faut penser aux insectes (abeilles). Leur nombre dimminue de façon alarmante .

  8. Daniel dit :

    S’ils reapprenaient à cultiver de façon naturelle SANS INTRANTS chimiques ils n’auront pas besoin de tracteur avec gps et ordinateur, ils auront beaucoup moins de dettes et ne nous empoisonneraient plus avec les produits chimiques qu’ils achètent avec nos subventions.

  9. Avril dit :

    Les agriculteurs expansifs de la Fnsea et leur branche jeune détruisent les sols depuis plus de 50 ans en recevant qui plus est un blanc seing des sois disantes autorités, les aides de la politique agricole commune pleuvent au détriment des agriculteurs bio qui produisent des produits de meilleur qualité NUTRITIONNELLE, respectueux de la terre nourricière et de la santé des consommateurs. Il est temps que cela cesse, y en a marre de voir nos impôts servir ainsi. Vive le respect de la vie, des humains, des sols et des plantes

  10. GUERIN dit :

    est ce vraiment le glypho qui est dangereux ou les bestioles qui le détruise dans la terre ??????????
    HA HA HA

  11. Brunissen dit :

    Il faut quand même arrêter d’emposoisoner
    les sols tout cela pour des raisons d’argent Allez donc voir les vignes dans la région Nantaise ou dans la région de Bordeaux et vous comprendrez !
    Il faut arrêter de nous empoisonner et de mettre la poussière sous le tapis tout cela pour des lobbys américains.

  12. Patgggn dit :

    Bonjour,
    Je suppose donc que nous n’aurons en importation aucun produit cultivé avec ce produit , si tel n’est pas le cas ça va juste contribuer à enfoncer un peu plus nos agriculteurs !!!

  13. Vaillant dit :

    La France a raison . Le glyphosate est absolument dangereux
    . Les agriculteurs doivent se tourner vers le bio . L’avenir de l’humain est là . À vouloir suivre le lobby européen des pesticides , nous ne pourrons jamais compter sur une nourriture digne de ce nom .
    Demandez donc aux femmes de ces agriculteurs qui utilisent du glyphosate et qui vont acheter local Et bio . À votre avis , elles ne savent pas ce qu’elles font ?

  14. Santa dit :

    Pour une fois qu’il y en a un qui ne s’est pas couché… Il suscite des critiques !!!
    Les paysans un peu intègres reconnaissent (souvent dans le privé) qu’ils se sont trompés, et que pour un gain de production à court terme…ils empoisonnent leur propre terre…
    Félicitations aux courageux !

  15. Vuillemin ph dit :

    J .aimerai avoir l.avis sur cette question
    Des gens de la confédération agricole
    Car les céréaliers et les ( grugeurs) de
    Subventions tout le monde en a ras le bol

  16. Marie dit :

    Quaand ils veulent ils.optent pour le naturel, la permaculture technique soft et non couteuse…et.enfin vente direct aux consos

  17. DENIS du loiret dit :

    C’est complement irresponsable comme décision.
    Les motifs des agriculeurs ne tiennent par la route,ils labours de toutes façon !!!

    Les agriculeurs conventionnelle sont a la solde des semenciers, de MONSANTO et autres comparse, et surtout des lobbies de Bruxelle.
    C’est la politique du rendement qui prime sur la qualité des produits !!!
    Une honte pour notre pays

    Dégouté de notre ministre sous disant écologiste…

  18. Schiltz louis dit :

    Le Glyphosate a provoqué une cirrhose graisseuse de mon foie car j’ai épandu pendant plus de vingt ans cette molécule dans l’espace publique de ma Ville « Albert » pour supprimer les soit-disantes herbes disgracieuses … Vous les Agriculteurs arrêtez de pleurer, est-ce que vous voulez empoisonner nos organismes cela ferait de vous des Assassins …

  19. Reygue dit :

    La seule vraie raison est notre potentiellement manque de competitivite face a la concurence internationale. Resonnons pour notre avenir a tous sur les consequences d’une reautorisation sans contre-partie pour l’avenir et le bien de l’humanite. Tel est l’enjeu, notre mode d’agriculture intensive est depassee. Trop d’exemples de pays ayant autorise certains types de semences (ogm), d’engrais et de produits phytos s’en mordent les doigts ajoutant une dependence a l’industrie chimique irreversible. Alors c’est NON au renouvellement! Je suis progressiste donc ni ecologiste, ni inssoumie et seulement sensible a la sante de tous. Dans mon entourage, la quasi totalite des jeunes et moins jeunes retraites de l’agriculture sont malades.Philippe Reygue.

  20. Seb dit :

    que nos agriculteurs soient contre cette décision et le fasse savoir ok , ils doivent avoir leurs raisons .
    Néanmoins le fait que de hautes instances internationales se permettent de critiquer le choix de la France me dérange déja un peu plus , n’y aurait il pas quelques intérêts financiers cachés à défendre ?

  21. daniel m dit :

    pauvre de vous;que connaissez vous de nos obligations
    agriculteur en zone de montagne depuis 30 ans j élève des vaches sur mes terres et je récolte mon foin.je ne suis pas bio mais par contre je suis en100% naturel:aucun traitement et pas d’engrais.
    toutes mes parcelles sont en prairie naturelles et donc classées par BRUXELLES (prairies permanentes).avec les années,mes champs se salissent(ronces,aubépines,arbustes…….).je dois travailler ces parcelles pour les réensemencer et éliminer toutes ces plantes que mes vaches n,apprécient guerre.
    mais voila:BRUXELLES NOUS INTERDIT de retourner ces fameuses prairies.sans labour je ne tuerai jamais ces plantes.la seule solution qu’il me reste est le glyphosate « je suis en zone natura 2000 CHERCHER L?ERREUR

Laisser un commentaire