Au détriment de la morale, Air France s’allie avec Airbnb

Rédigé par notre équipe le 27 septembre 2017.

Joon-airbnb-Air-France

C’est à travers sa petite sœur, Joon, qu’Air France vient de s’allier avec la plateforme de location en ligne, Airbnb. La raison ? S’attirer les faveurs des Millenials (18 – 35 ans) qui ont été, d’après Emmanuel Marill, le directeur France et Belgique d’Airbnb, « les premiers à utiliser Airbnb ». Mais en nouant se partenariat — dans le but donc de séduire une frange de la population — la compagnie aérienne française a semble-t-il oublié une chose : Airbnb n’est plus en odeur de sainteté dans l’Hexagone, notamment car celle-ci a mis en place un processus d’évasion fiscale lui permettant de ne payer quasiment aucun impôt en France.

Air France se range du côté de l’évasion fiscale

En choisissant de nouer un partenariat avec Airbnb, Air France s’est rangée du côté de l’évasion fiscale et contre la mairie de Paris. En effet, cette dernière bataille dur depuis plusieurs mois pour préserver le bien-être de ses habitants ainsi que son marché locatif, tous deux mis à mal par le développement incontrôlé d’Airbnb. Une réalité qui semble avoir échappé à la compagnie aérienne.

Ce partenariat soulève de nombreuses questions, notamment à l’heure où le gouvernement français cherche à imposer aux Gafa — et donc à Airbnb — une imposition sur les revenus et non sur les bénéfices. La plateforme californienne a en effet mis en place un processus d’évasion fiscale lui permettant de ne payer qu’un impôt dérisoire dans l’Hexagone. Une situation à laquelle le gouvernement Macron entend bien mettre fin.

La situation est rocambolesque : l’Etat français détient 17,6 % du Capital d’Air France — KLM, ce qui en fait l’actionnaire majoritaire. Ainsi, d’un côté, le gouvernement d’Emmanuel Macron met tout en œuvre pour encadrer Airbnb et mettre fin au processus d’évasion fiscale érigé par la plateforme, et de l’autre, ce même gouvernement autorise une entreprise d’Etat à nouer un partenariat avec la multinationale californienne…

Les hôteliers dans l’incompréhension

C’est donc sans surprise que les hôteliers français, par le biais d’un communiqué de presse cosigné par le Groupement National des Indépendants de l’Hôtellerie Restauration (GNI) et l’Association pour un hébergement et un tourisme professionnel (Ahtop), ont demandé des explications au sujet de cette nouvelle alliance : « le GNI et l’Ahtop s’interrogent sur ce partenariat entre une filiale d’Air France, subventionnée à hauteur de plusieurs milliards d’euros par l’Etat et les contribuables français, et la plateforme Airbnb et ses nouveaux services payants tels que “Airbnb experience”. Cette multinationale qui use de toutes les failles du système fiscal français pour ne déclarer que 2 % de son chiffre d’affaires en France et ne créer quasiment aucun emploi. »

Et leur demande semble des plus légitimes : « nous, professionnels du tourisme, ne comprendrions pas qu’Air France, dont l’Etat est le principal actionnaire, n’ait pas assorti ce partenariat de clauses visant au strict respect des règles sociales et fiscales françaises et qu’il ne se soit pas assuré que la totalité du chiffre d’affaires réalisé via les “expériences” vendues en France soit bien déclaré en France. Nous interpellons donc le président d’Air France afin qu’il réponde aux professionnels du tourisme comme à l’ensemble des contribuables français ! Si tel est bien le cas alors nous continuerons de nous réjouir de cette initiative comme de toutes celles qui participent au développement du tourisme français, moteur de la croissance », déclarent Didier Chenet, président du GNI et Jean-Bernard Falco, président de l’Ahtop ». A bon entendeur.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Adrien dit :

    La morale ? Mais vous plaisantez ? Airbnb est sollicité par des millions de familles. En outre, vous confondez évasion fiscale et optimisation fiscale. Vous savez combien d’entreprises françaises pratiques l’optimisation fiscale ? Combien Total paye t-il d’impôts en France ? Combien le groupe hotelier Acor paye t-il d’impôts en France.
    Non, franchement, cessez les amalgames et faites votre travail de journaliste !

  2. 94aviator dit :

    Tous ces médias qui encensent depuis des années les Ryanair et autres Easyjet, champions de la fraude fiscale et du contournement social et qui poussent des cris d’orfraies pour un malheureux partenariat a 2 balles. Quelle hypocrisie !

Laisser un commentaire