Terrorisme : la faute à pas de chance !

Rédigé par notre équipe le 02 octobre 2017.

Les jours se suivent et se ressemblent terriblement. La France est un vaste champ dans lequel les terroristes s’en donnent à cœur joie tandis que les autorités détournent le regard. Le nouvel attentat perpétré hier à la gare Saint-Charles de Marseille rappelle cette triste réalité. Les « Allah akbar » sont scandés dans nos rues, mais il est de bon temps de parler d’ « internationale terroriste ». La classe politique est plus prompte à partager son émoi qu’à régler un problème sécuritaire pourtant en grande partie maîtrisable.

« La France va devoir vivre avec le terrorisme ». Manuel Valls, Premier ministre, expliquait au lendemain de la tuerie de Nice que le terrorisme était devenu consubstantielle à la France et qu’au fond, il fallait subir et être assez chanceux pour ne pas trouver la mort en allant acheter son pain ou en ayant l’idée saugrenue d’assister à un spectacle. Cette chance, deux jeunes femmes ne l’ont pas eu hier alors qu’elles se trouvaient devant la gare SNCF de Marseille. Une égorgée, l’autre éventrée par un individu qui crie « Allah Akbar ».

Le carnage aurait pu être plus grand encore si les militaires de la force Sentinelle n’étaient pas intervenus rapidement et n’avaient pas éliminé ce terroriste décidé à leur planter sa lame dans le corps. Les militaires français ont fait preuve de leur courage et de leur utilité, mais le redéploiement voulu (il faut comprendre par « redéploiement » l’arrêt de leur mission de surveillance et de protection) suivra son cours. En attendant, deux innocents sont à ajouter au tableau macabre du terrorisme en France. Des victimes qui se succèdent et des terroristes qui ont toujours un profil qui illustre le laxisme de l’Etat et de la Justice.

Un laxisme coupable

Cette fois-ci, il ne s’agit pas d’un fiché S, mais d’un délinquant multi-récidiviste en situation irrégulière sur le territoire français. De nationalité tunisienne, le terroriste du jour n’a peut être pas réussi à s’intégrer à une nation française décidément trop raciste et islamophobe… Encore une « chance pour la France » qui n’a pas trouvé sa voie ou celle du moins qu’avait en tête la gôche morale. Cette même gôche qui a refusé de parler d’un attentat islamiste après les faits. Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur à la vision déficiente, tweete instantanément qu’il se rend à Marseille. Pour y faire quoi ? Pour expliquer qu’il faut continuer dans la pas d’amalgame et qu’il est difficile de mettre cet attentat sur le dos de l’islamisme radical ? Il est vrai que des meurtres au cri d’Allah Akbar peuvent faire penser à la piste basque…

Le gouvernement préfère entrer dans la ritournelle de l’émotion et attend sagement que l’Etat islamique revendique l’attentat. C’est désormais chose faite, mais rien, encore une fois, ne sera entrepris pour que de tels massacres n’aient plus lieu. Est-il possible de prévenir toutes les attaques sur notre sol ? Malheureusement, les politiques ont raison en affirmant que non. Toutefois, bien des vies auraient pu être épargnées si l’exécutif et la Justice remplissaient leur mission. Des centaines, si tous les fichés S, multirécidivistes, djihadistes de retour de Syrie et sympathisants islamistes déclarés étaient neutralisés et non libres de préparer des attaques et vivant des allocations.

Les bien-pensants répondent qu’un état de droit ne peut pas mettre en prison des individus qui n’ont pas encore tué. La France ne doit pas devenir une expression réelle de Minority Report. L’argument est faux est sert les actions terroristes. Un individu qui a déclaré sa joie de voir des innocents mourir sous les coups du terrorisme a sa place en prison jusqu’à la fin de ses jours. Ceux qui sont déjà passés à l’action, plus encore. L’Etat de droit devient synonyme de déliquescence morale et de trahison du peuple. Un peuple qu’on égorge et qui n’a droit qu’à une émotion feinte. Les cadavres pourront s’accumuler sous les fenêtres des ministres, la réponse des autorités ne changera pas tant qu’un grand coup de balai ne sera pas donné.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. amazonia dit :

    TERRORISME ? LA FAUTE A USA + UE .
    GUERRE . N°1 =IRAK /BUSH
    Plus SARKO EN LIBYE . MERDIER C .LUI SARKO
    SYRIE =guerre pour le passage de force du GAZ QATAR .
    PIPELINE vers TURQUIE ;complices du QATAR .
    USA/UE / TURQUIE . Mercenaires privés pour TUER BACHAR .
    USA /UE . FAUX Q
    NOS DIRIGEANTS . DES FOUS . ELITES MONDIALISTES

  2. Bluesun dit :

    Bel article, et réaliste conclusion….

    Pour éviter d’être attaqué, le meilleur moyen est de se défendre.

    Quand sous Mitterrand le peuple faisait part de son constat d’insécurité montante, on lui répondait que tout allait bien, et que ce n’était que pur racisme.

    Puis quand sont arrivées les premières agressions on nous disait que nous étions au mauvais endroit, au mauvais moment…

    Et quand le mauvais endroit fait mettre au sol bougies, fleurs, nounours, larmes et marches blanches, on nous disait (en résumé de tout) que c’était une chance…..

    A présent avec la multiplication des attentats, agressions, on nous dit que nous sommes en guerre, et qu’il faut vivre avec la peur, mais pas avec la domination de la peur…

    Puis après coups, on nous dit qu’ils sont fous….
    Pourquoi alors continuer de laisser entrer des femmes qui pondent des fous ?

    Pourquoi ne pas construire des asiles de fous, histoire de prévoir la folie engendrée…

    Ils ont façonné l’Europe, et c’est la mondialisation qui déboule….????

    Les faibles cherchent des excuses, les forts trouvent les moyens….

    Et c’est pourtant vers ceux qui trouvent les moyens, qu’aux moments des élections, ceux qui cherchent des excuses agitent le chiffon rouge de la peur….(pour « faire barrage » comme ils disent)….!!!!!

    En attendant :

    Vivre sans espoir, et sans désespoir, c’est vivre dans un monde désagréable à cause de la laideur quotidienne.

  3. JpB dit :

    Et l’Etat de Micron fait sauter un préfet pour faire croire qu’il agit…

    Comme toujours que de la com… mais aucune mesure serieuse pour sévir contre tous ces djihadistes ou détraqués islamistes à commencer par l’expulsion immédiate des clandestins condamnés ou non.

    Et ça ne peut que continuer…

    • Muriel dit :

      Selon les chiffres officiels, il y aurait 13 000 clandestins expulsés par an …mais 90 000 clandestins controlés et….relâchés !
      (d’ailleurs sur combien de clandestins réels en France ?)

      Et Micron ose venir nous dire que tout est fait pour la sécurité des français …

Laisser un commentaire