Le dopage : une affaire d’argent et de politique

Rédigé par notre équipe le 22 décembre 2017.

Le dopage existe-t-il vraiment ? A voir les taux infinitésimaux de contrôles positifs, on est en droit de se demander si ce fléau existe vraiment. Chaque semaine, les footballeurs, basketteurs et autres athlètes s’expriment devant des dizaines de milliers de spectateurs sans que la moindre performance ne paraisse suspecte. Et même lorsque un contrôle est positif, il n’entraîne guère de suspension immédiate pour les « champions » indéboulonnables comme le cycliste Froome. A croire qu’il faut être Russe pour que le dopage devienne réalité.  

Le sport a pris une place importante – démesurée – dans nos sociétés. Impossible d’ouvrir un journal ou de regarder les informations sans être submergé par les dernières nouvelles en provenance du front sportif. Tout est scruté dans les moindres détails sauf l’honnêteté des performances physiques répétées encore et encore sans problème par des athlètes aux corps pourtant trop sollicités. Le sport est devenu du sport-spectacle, un business comme les autres où les mi-temps n’ont pas leur place. La performance toujours ou la retraite – le choix est simple.

Sans l’ombre d’un doute footballistique

Comment ne pas penser à ces joueurs de football qui jouent tous les trois jours, s’entraînent et passent des heures dans les avions sans que cela ne se ressente sur le terrain ? Combien de contrôles positifs au cours de la dernière décennie sur les pelouses de Ligue 1 ? Aucun. Les footballeurs sont des oies blanches qui ne savent même pas qu’il existe des produits (interdits) permettant d’être plus rapide et plus endurant. Le football est un monde de bisounours où l’on peut déclarer sans sourciller « il n’y a pas de dopage dans le football ». L’entraineur allemand Jürgen Klopp de Liverpool a dû toutefois revoir son jugement après le contrôle positif (enfin un) de son défenseur Mamadou Sakho. Mais après une longue galère, l’international français a été blanchi. Ouf, l’honneur est sauf !

Le dopage ne toucherait donc que quelques marginaux comme un Maradona vieillissant pris le nez dans la cocaïne en 1994. Pour les autres sports qui génèrent des millions, voire des milliards, la situation est quasi-identique. Les joueurs de basketball notamment ceux de la NBA jouent tous les deux jours, mais les performances monstrueuses sont dues au talent et au travail seuls. Peut-être aussi à des produits comme la marijuana pour mettre en veille des petites blessures. Steve Kerr, l’entraîneur de Golden State milite avec force pour l’utilisation du cannabis…

Positif mais pas coupable

Ainsi, personne ou presque ne se dope et quand un pseudo champion est enfin démasqué, les instances ne se précipitent pas pour le sanctionner. Est-ce le cas de Christopher Froome dont les performances suspectes font reparler d’elles en cette fin d’année après la révélation bien tardive d’un contrôle positif sur le dernier Tour d’Espagne ? Positif, mais pas coupable car asthmatique et en pleine crise alors qu’il courait et remportait cette prestigieuse et difficile épreuve. Décidément les cyclistes en général et les leaders de l’équipe britannique Sky sont particulièrement enclins aux crises d’asthme lors des grandes compétitions… Le cyclisme s’est ridiculisé avec une décennie sous la férule d’Armstrong et pourtant l’histoire semble se répéter.

Le refrain est identique dans l’athlétisme où – à titre d’exemple – un Justin Gatlin continue de courir (de plus en plus vite) malgré ses 35 ans et ses deux suspensions pour dopage. Son entraîneur vient même de se faire coincer pour avoir proposé des produits dopants à un journaliste sous couverture. Mais Gatlin est un champion, un vrai, qui a été « surpris » par l’attitude de son coach. Difficile de décrocher avec un entourage aussi nocif ! Allez courage Justin !

Russe et forcément coupable

Pour finalement trouver du dopage, le mieux est de se rendre dans les steppes russes. Là, les fioles interdites se trouvent à même le sol et le moindre quidam qui déambule dans la rue est certainement sous anabolisant. Dans ces conditions, il était impératif pour le CIO d’exclure tous les athlètes russes des prochains JO d’hiver en Corée du Sud. Les autres athlètes rient sous cape et sont bien contents de ne pas concourir sous ses couleurs maudites…

Les footballeurs russes devraient aussi être exclus de la prochaine Coupe du monde de football qui aura lieu l’été prochain en Russie. Après tout, le football est un sport olympique et selon la nouvelle légende, un athlète russe est forcément un athlète dopé ! Sauf que là, le business est encore plus fort que la politique anti-russe. La FIFA veut que la fête soit réussie et que ça consomme à tout rompre, alors le pays hôte aura bien son équipe présente sur les terrains. Vive le sport (et le business aussi) !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. zelectron dit :

    AVE TÉLÉ-IMPERATOR, NON MORITURI TE SALUTANT !

  2. Le-civilisateur dit :

    De toute façon, moi.

    Le sport je ne regarde pas !

    Mais je le pratique quand je peux quand même…

    Ceci dit…

    Il faut boycotter toutes ces conneries qui ne rapportent rien de concret au peuple, dans votre existence.

    Au même titre que les émissions de « variét », comme touche pas à mon poste, Les marseillais, Arthur & Cie…

    Mais aussi les séries télévisé débiles ou l’ont glorifie l’homosexualité et la liberté outre mesure dans le couple.

    Ou l’ont cultive et ou l’ont véhicule une image simpliste « bêbêtte » et rétrograde de la personne occidentale et donc blanche.

    (Nos chères voisins, scène de ménage & Cie).

    Les star, les groupes de « ZIKMU » à deux balles … !
    Les concerts et tout le bling bling. etc etc …

    Il faut bien comprendre que le sport à été réquisitionné pour répondre aux mêmes objectifs que les programmes néfastes citées plus haut, abrutir la masse.

    Mais ça vous le savez tous déjà.

    Le sport est un des nombreux outils du nouvel ordre mondial.
    Il est bien évidement utilisé à des fin politiques pour diffuser de la propagande socialiste, à l’instar du concours des miss France.

    Et son but premier, n’est pas de perpétuer un esprit vertueux à travers les âges,

    Il faut des figures attrayantes pour absorber l’attention d’un plus grand nombres c’est le jeux,

    Et puis, les « artistes » et le peuple se droguent déjà, alors pourquoi pas les sportifs après tout ?

    Toute cette masse de sous développés mentaux a besoins de leader, d’icône à idolâtrer ou à admirer, de ce représenter au travers de symboles ou une figure charismatique.

    Ils ont besoin de ce sentir accepté et pour cela il faut leur donner le sentiment de faire partie d’une « maison », d’un clan, d’une corporation, d’avoir une vraie famille,

    l’OM le PSG tu vois ça c’est une véritable famille et c’est vachement utile dans la vie de faire partie d’une « bande » et puis pourquoi pas de ce faire tatouer un « blason ».

    Quand tu vois tout ces pauvres types, violents, complètement fauchés et pommés aussi con que des poulets, en train de boire et de fumer comme des porcs en de gueuler comme des veaux devant un match quelconque, tu ne peux que te rendre à l’évidence, ils n’ont que ce qu’ils méritent car il est dans la nature même des poulets, de se faire bouffer par les loups et les renards.

    Le nouvel ordre mondial c’est aussi l’ordre fondamentale des choses.

    Alors après tout, que ce qu’il y a de ci étonnant et de dérangeant à voir des tricheurs drogués performer devant des supporter incapable de discernement, des supporter alcoolisés ou tout simplement saint et totalement stupide mais aussi de plus en plus souvent, aussi camé que les tricheurs qu’ils regardent.

    Les gens savent qu’il y a plein de molécules bizarroïdes et de substances dangereuses dans la mal-bouffe.

    Et alors ?

    cela ne les empêche pas de continuer à aller s’empiffrer chez Ma Queue Donald et autres Mon Cul Mickey.

    Alors si les trich…..rs (sportifs) sont plein de molécules et de substances étranges cela ne va pas inquiéter ou dissuader le consommateur lambda à idolâtrer son veau d’or.

Laisser un commentaire