Nutella : les émeutes de la bêtise

Rédigé par notre équipe le 31 janvier 2018.

Les commentaires ont été nombreux. Et pour cause ! La vue de gens devenus des émeutiers pour se procurer du Nutella à prix bradé ne peut laisser indifférent. Tout a été écrit : Intermarché est irresponsable, ces émeutes sont l’illustration de la pauvreté et de la faim en France, addiction à un produit alimentaire… Ne s’agit-il pas tout simplement d’un signe d’une décadence civilisationnelle ?

Sociologues, anthropologues, philosophes, économistes, politiques… tous les agents de l’Etat ont été mobilisés pour donner un sens aux scènes grotesques filmées dans plusieurs enseignes d’Intermaché. Une foule qui se précipite et qui se bat pour arracher des pots de Nutella généreusement vendus 70 % moins chers. 1,40 euro au lieu de 5,40 euros, il n’en fallait pas moins pour que des hordes soient prises d’hystérie collective. Le citoyen a le droit à son Nutella et s’il est beaucoup moins cher alors tous les coups sont permis !

Le Dieu consommateur est capricieux

Le coup de pub d’Intermarché a fonctionné comme jamais, mais les retours restent cependant largement négatifs. L’enseigne est-elle cependant responsable du comportement de ces dizaines d’affamés ? C’est ce que semble croire le Gouvernement qui se sent si peu important et utile qu’il n’hésite pas à faire monter au créneau Bruno Le Maire. Le ministre de l’Economie en personne a reçu le directeur d’Intermarché ce mardi pour lui faire comprendre qu’en France on ne peut pas assister à des bousculades pour de la pâte à tartiner.

Le politique dans toute sa splendeur. On lui montre un signe de désintégration du corps social, il répond par le vote prochain d’un encadrement plus strict des opérations de promotion… Le Nutella à un prix trop bas serait responsable d’un mouvement collectif pour le moins effrayant. Oui, mais le Nutella est une « marque iconique » affirme un professeur trouvé on ne sait où par les journalistes. On aurait donc presque le droit pour de se battre pour embrasser cette icône. L’icône du mercantilisme et de la consommation coûte que coûte. Certains sont prêts à ramper avec la langue léchant le sol d’un supermarché pour décrocher leur Saint-Graal. La nouvelle religion a des effets bien puissants, mais à la vue des images proposées, il paraît évident que le Salut ne viendra pas du Nutella ou de couches pour bébé.

Car Intermarché a réitéré cette opération avec des couches Pampers et là encore les gens se sont précipités pour avoir le droit de consommer plus pour moins cher. Les Insoumis, jamais avares de théories économico-sociales chancelantes assurent que les émeutes du Nutella sont la conséquence d’une France appauvrie et des cris de la faim. La réflexion serait plus valable avec les couches dont le prix est astronomique et qui constitue un produit indispensable. Mais quel que soit le produit en promotion, les mêmes scènes se répètent.

Une famille vraiment pauvre ne mange pas de Nutella (en promotion ou non). Il s’agit là d’un produit superflu. Une famille vraiment pauvre utilise des couches réutilisables et non pas des Pampers hors de prix à utilisation unique. L’argument simpliste des épigones de Mélenchon est balayé. Reste le sentiment que la France ne cesse de tomber toujours plus bas. Des émeutes éclatent pour avoir le privilège de manger mal à petit prix et de donner ainsi une culture culinaire déplorable aux jeunes générations. Les politiques sont déjà prêts à écrire une énième loi alors qu’il faudrait repenser la place de la morale, de la bienséance et redéfinir ce qu’est la vie.

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Mitterrand a dit :

    « Je crois que vous ne soupçonnez pas, ma capacité d’indifférence »

    Si cette capacité là, s’est mêlée au jeu de DESTRUCTION-CONSTRUCTION, le constat est que, tous ceux qui ont suivis, ont hérité de la même « capacité d’indifférence ».

    Si en temps de guerre, les français avaient faim…

    A la fin de ladite guerre, la France était redevenue LA FRANCE.

    Liberté retrouvée, frontières, pays,paix, plein emploi, pouvoir d’achat, 4 semaines de congés payés, etc….et fierté.

    Bref, toute la panoplie de la chanson du bonheur.

    Puis, une poignée de bonhommes, ont voulu refaire le monde.

    L’Europe devait apporter un monde sans guerres, un monde de joie, et selon Mitterrand, des lendemains qui devaient chanter.

    35 années ont passé, et nos lendemains sont devenus de plus en plus tristes. Pays en or transformé en plomb, qui a fini par sombrer malgré son capitaine pédalo.

    Puis Hollande, nous a dit que, nous étions en guerre. Mais sans doute dû au changement, aucune déclaration en ce sens.

    La famine est de retour.

    La fabrication de sans dents, fait qu’à présent, ils se battent pour un pot de Nutella….

    Là ça fait désordre, obligés de voir, ce qui devait être bien caché.

    Et oui, quand on est sourd aux bruits de la rue, quand un pays riche, devient riche en pauvres, il faut surtout que la « capacité d’indifférence » fasse dire que :

    « TOUT VA BIEN »

  2. Le-civilisateur dit :

    Oui !

    Vous avez parfaitement raison.

    Les pauvres ne mangent pas de Nutella et investissent effectivement dans des éléments réutilisables.

    Les gens sur la vidéo ne sont que des goinfre égoïstes avec certainement, un Q.I peu élevé.

    Le gouvernement pénalise le supermarché.

    RIDICULE.

    Certaines couches de la société sont sauvages, absolument pas sophistiquées, et font donc preuve d’un degré minimal d’intelligence.

    C’est le gouvernement qui est responsable du développement sociale de la société.

    AUCUNEMENT LES CENTRES COMMERCIAUX.

    Encore une fois, les pouvoirs publics se dérobent de leurs responsabilités et de leurs obligations.

    Donc si les gens se comportent comme des porcs ou des chiens c’est de la faute des centres commerciaux maintenant ?

    A Paris c’est la même politique.

    Il ne faut pas tenter les escrocs.

    Dans une agression, vole à main armée.
    La victime peut avoir une part de responsabilité apparemment…

    Donc même principe.

    Une partie de la société, est incapable de comprendre la notion de civisme, d’équité et d’empathie.

    Et c’est aux autres de s’adapter.

    Il a un excédent de M…. sur votre trottoir ?

    Achetez des chaussures à semelles plates,
    Ca n’accroche pas !

    Voilà les réponses de ce gouvernement factice.

    Avec des mentalités comme celles de ces gens « ces citoyens d’un genre nouveau » additionné a un gouvernement malade.

    Cette nation vit ces dernières décennies.

    Un jour ces nouvelles populations, revendiqueront des villes puis des départements et des régions quand elles n’en seront plus que les habitants.

    Il n’y a aucune cohésion nationale.

    Une palette de bouffe et hop !

    L’illusion laisse place à la réalité.

    Elle tient à peu de chose l’unité nationale…

    Et pour le coup,

    Le supermarché est un coupable tout désigné…

    • Bluesun dit :

      Macron achève la politique de DESTRUCTION des ravis de la crèche, et pratique à son tour le :

      « c’est pas moi, mais l’autre ».

      Nos ravis de la crèche se disent :

      « Responsables, mais pas coupables »

      Un petit changement, concernant Hollande, qui se dit :

      « Responsables de tout, mais coupable de rien »

      Donc à présent, comme il faut bien trouver un « coupable » au phénomène de crèves la faim, « violemment constaté », c’est le supermarché qui n’a fait que son boulot, qui est tout désigné.

      Mais en rien le fruit du travail de l’Etat savamment semé, depuis 35 années.

      Etat qui depuis le « changement », est enseveli d’un grand handicap, sourd, aveugle, incompétent, nullité en tout, (sauf pour eux mêmes, se souvenant que charité bien ordonnée commence par soi même) ne veut surtout pas « d’émeute ».

      Le fameux « TOUT VA BIEN ».

      On peut souffrir, mais en silence.

      Souffrir en silence, quand ils vous arrachent les dents, avec pour seule anesthésie, celle de leurs paroles-mensonge, oubliant qu’arrive toujours le jour, où la faim fait sortir le loup du bois.

      Là, ce n’est que le pot de Nutella qui a fait déborder le vase du « pas d’émeute ».

      Tant que les sans dents crèvent de froid ou de faim l’hiver sur les trottoirs de Paris, pas grande importance, le coupable ne pouvant tout de même pas être le trottoir.

      Mais se battre devant tout le monde pour un pot de Nuttela, insupportable pour le mal voyant, qui voulait rester dans le confort de la politique de l’aveugle.

      Tout de même 35 ans, que les français, font ce qu’on leur dit de faire au moment du passage aux urnes.

      Faut voter utile, faut voter pour Pierre, Paul, ou Jacques, inlassablement votent encore et encore, pour qui on leur dit.

      Macron, sorti d’un chapeau, inconnu, mais novice, dit faire un gouvernement de novices, se dit en marche pour toutes sortes d’augmentations, en marche pour le « changement », les français se sont levés pour marcher vers l’urne qu’ils ont confondu avec la lampe magique.

      Donc le grand fautif de l’histoire « pot de Nutella », n’est-il pas l’aboutissement du fruit des votes de 35 années, du citoyen lui-même ?

  3. Bluesun dit :

    Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils en fabriquent
    — Jacques Godfrain

    Résultat de 35 années de boulot.

    Dans cette simple phrase de Jacques Godfrain, le constat est bien que, Le supermarché, n’y est vraiment pour rien.

Laisser un commentaire