Malin comme un Madelin

Rédigé par notre équipe le 02 février 2018.

Alain Madelin n’est pas connu des jeunes générations. La dernière fois qu’il a été ministre remonte à 23 ans et sa candidature à la présidentielle de 2002 s’était soldée sur un cinglant 3,9 % (c’est toujours mieux que certains allumés d’extrême gauche). Mais au fond, le message principal de cet ancien homme politique est passé. Le libéralisme triomphe avec un Macron en fer de lance. Alain Madelin, lui, se contente de faire du business et de donner des conseils au bon peuple à la télé. Merci bien Alain, mais il serait certainement plus utile de bien gérer ses affaires avant de jouer au donneur de leçons…

Alain Madelin escroqué par sa secrétaire. La presse se régale d’un fait divers qui met en première ligne un ancien ministre et député. Le montant a de quoi laisser songeur puisque la secrétaire traduite en justice reconnaît avoir détourné 430 000 euros tandis que Madelin assure que ce sont 611 000 euros qui ont été détournés de ses comptes. Quel que soit le chiffre exact, cette affaire est une confirmation de l’intérêt financier de faire de la politique de haut vol. Les comptes sont bien remplis même si parfois les surfaces des villas ont une curieuse tendance à diminuer, n’est-ce pas M. Hulot ?

Le conseiller libéral et l’accro au jeu

Les nombreux amis de Madelin répondront que ces centaines de milliers d’euros ont été durement gagné après une carrière politique conclue dans la plus grande indifférence il y a plus de dix ans. Depuis, l’ex-ministre de Juppé (qu’il a soutenu lors de la dernière primaire) est entré à la direction de plusieurs entreprises. Madelin fait enfin ce dont il a toujours rêvé : du business à la sauce libérale. Pour gérer ses juteuses affaires, une aide est nécessaire et il trouve la perle rare au CV impeccable et qui a la main sur ses comptes bancaires…

La Cendrillon s’est vite transformée en citrouille et les comptes en question ont été ratiboisés. La secrétaire était accro au jeu et écumait les casinos de la Côte-d’Azur. Le manège a finalement été découvert et c’est à la justice de déterminer les sommes exactes qui ont été détournées. Alain Madelin, lui, poursuit son bonhomme de chemin et ne délaisse pas sa seconde maison appelée « BFM Business ». Cette chaîne inconnue du grand public et à l’audience risible (heureusement) reçoit très régulièrement l’ex-homme politique pour le laisser déclamer ses refrains pro-libéralisme. L’argent est roi et les rares fois où la Commission européenne est critiquée, c’est parce qu’elle n’est pas allée assez loin dans l’ultra-libéral.

Autour du plateau, Madelin et ses acolytes donnent des conseils pour placer son argent et donner vie à des discours macroniens comme le rêve de tout un chacun de devenir millionnaire et de pouvoir s’acheter des costards… Ces conseils pas très avisés ne concernent que des gens qui peuvent s’acheter un Rolex. Ceux-là ont déjà bien compris qu’ils ne feraient pas (accroître leur) fortune en regardant la télévision et en suivant des conseils de gestionnaires de patrimoine qui passent plus de temps sous les projecteurs qu’à analyser en profondeur l’état de l’économie.

Madelin passe son temps à donner des conseils suivis par personne. S’il se trouvait un gogo prêt à le faire, devrait-il également embaucher une secrétaire aussi roublarde ? Au lieu de prêcher la bonne parole libérale, Madelin ferait mieux de surveiller ses petites affaires de plus près. Comment croit-il être crédible en répétant sans arrêt le crédo européiste libéral pendant que sa secrétaire lui fait les poches ? Un peu de tenue ! Madelin ferait bien de quitter les plateaux télé et BFM pourrait fermer ses portes par la même occasion. L’intelligence générale aurait alors une chance de remonter (un peu).

Déjà une remarque sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Le politiciens, ce super parasite.

    Bien pire que la tique qui se décroche d’elle même quand elle est gorgée du sang de sa victime.

    Le politiciens lui, même gavé du fric de ses victimes ne se décrochera jamais de lui même.

    Nous pouvons donc le classer dans la super catégorie des parasite.

    La France en est fortement infectée et à ce stade la maladie est peut-être incurable malheureusement …

    Il faut trouver un traitement.

    Vite !

Laisser un commentaire