La chasse aux cryptomonnaies est ouverte

Rédigé par notre équipe le 05 février 2018.

Après de longs mois passés dans l’indifférence générale. Après les quelques semaines sous le feu des projecteurs en raison de l’évolution de leurs cours. Les cryptomonnaies sont dans le collimateur du système financier et bancaire. Plusieurs grandes banques viennent d’interdire leur achat par carte bancaire, première étape à une mise hors la loi que voteront sans trop tarder des politiques aux ordres du pouvoir bancaire.

La monnaie est une question de confiance. Si les gens, une nation, un continent, voire le monde entier reconnaît de la valeur à une monnaie, alors elle devient un outil d’échange extraordinaire. Le dollar et l’euro – pour ne citer que les deux principales monnaies – ne sont basées que sur la confiance. Les pièces et les billets mis en circulation ne valent rien, à tel point que la planche à billet n’a jamais autant fonctionné. Il est loin le temps ou les banques devaient regorger d’or afin de payer les épargnants qui souhaitaient échanger du papier (les billets de banque) contre de l’or bien réel…

Une menace à faire disparaître

Le système a réussi le tour de force de faire abstraction de l’or. Il pensait avoir gagné la partie et s’est même engagé depuis plusieurs années dans une direction bien dangereuse pour les citoyens : la suppression pure et simple du liquide. L’argument est le suivant : pourquoi s’embêter avec des pièces et des billets qui peuvent être volés quand votre charmante banque peut tout contrôler à distance. Il suffit d’une carte bancaire et la vie devient plus facile.

Et c’est en parallèle que sont apparus les cryptomonnaies avec le Bitcoin comme fer de lance. Les individus mettent leur confiance dans des monnaies qui n’ont aucune valeur intrinsèque – à l’image de l’euro – et cela fonctionne. Ces dernières semaines, les médias se régalent en narrant l’histoire des cours de ces monnaies. Ainsi, un individu qui a acheté du Bitcoin lors de sa création a vu ses bénéfices d’envoler en cas de revente. Le pic a dépassé les 16 000 euros en décembre dernier alors qu’il n’est plus que de 6 000 euros ce 5 février. Les variations sont très importantes, rapides et surtout impossibles à anticiper.

Les cryptomonnaies sont donc un pari que prennent en toute connaissance de cause les épargnants. Cela ressemble furieusement à la Bourse. Pourtant, les banques ont en assez de monnaies dont le succès pourrait finir par mettre en péril leur fragile édifice. Si la confiance est de plus en plus forte sur de nouvelles monnaies, que penser des institutions que sont le dollar et l’euro ? Les épargnants ont de plus en plus conscience que le système est dans l’impasse et que la planche à billets est une drogue impossible à arrêter malgré ses dégâts sur l’économie réelle. Les cryptomonnaies gagnent du galon et pas seulement au niveau des épargnants. Des pays en difficulté comme la Biélorussie votent des lois pour faciliter les transactions dans des cryptomonnaies.

Le vent est bien contraire aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne (avant une déferlante sur le continent européen) où des banques aussi imposantes que JPMorgan, Bank of America et Citigroup ont pris la décision il y a quelques jours d’interdire l’achat de cryptomonnaie en utilisant les cartes bancaires payés par leurs clients. La JPMorgan explique qu’il s’agit d’une décision salutaire pour éviter les risques d’endettement… ! Les banques osent tout ! Elles seraient aujourd’hui inquiètent de la santé financière de leurs clients… Les agios, frais farfelus de tenue de compte et crédits toxiques sont oubliés, l’ennemi numéro un pour le portefeuille des clients s’appelle les cryptomonnaies… La blague pourrait faire rire si les banques n’avaient pas déjà dépouillé des millions de gens.

Mais sous prétexte de vouloir le bien du genre humain, les banques mettent à mort une concurrence dont elles ne peuvent souffrir. Ce sera bientôt le législateur aux ordres du pouvoir bancaire qui sera appelé à l’aide. Avec les mêmes arguments, il votera des textes rédigés au siège de la JPMorgan afin de rendre illégal l’utilisation des cryptomonnaies. Le monde sera officiellement sauvé de la menace d’une faillite bancaire mais la prochaine crise du système n’en sera pas moins extraordinairement douloureuse pour tous ceux qui suivent encore les injonctions d’une élite à bout de souffle.

Déjà 3 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Si tu veux abbatre le système en pl

  2. Bonjour,
    J
    Est-ce qu’on peut utiliser les crypto-monnaies pour payer un taxi !

  3. zelectron dit :

    les « cryptos » n’ont jamais prévu de ne pas être spéculatives et pourtant il suffisait dans le cas de BTC d’adjoindre 5 ou 6 « mineurs » (les passeurs) à ceux qui sont en charge pour régler la situation (en cas de dérive, fortes amendes, révocations et prison éventuelle)

Laisser un commentaire