Service national universel (obligatoire) ou le macronisme resplendissant

Rédigé par notre équipe le 12 février 2018.

Après le temps des promesses, voici le temps du macronisme pris au piège du flou artistique continuel. Le candidat du système avait cru bon déblatérer sur un service universel, voilà le président face à un mur qu’il peine à franchir faute d’avoir une idée claire sur le sujet. Que faire pour donner l’impression d’encadrer un tant soit peu la jeunesse sans exposer au pays les failles béantes d’un Etat à l’agonie ?

Le service militaire manque terriblement à la France. Supprimé par un Chirac qui avait pourtant fait campagne sur la « cohésion sociale », le service militaire était devenu une étape importante dans la vie de jeunes hommes à la recherche d’une vocation, d’un métier. Loin de l’image d’une fabrique à soldats près à franchir le Rhin, le service militaire était un outil utile pour comprendre que chaque individu faisait partie d’un tout appelé la France. Dans l’incapacité et sans volonté de renouer avec le service militaire, nos politiques imaginent des solutions à la petite semaine dont la concrétisation s’appellera : service national universel obligatoire.

De la Com’ très onéreuse

Promesse du candidat Macron, le service national universel peine à sortir des cartons. Et pour cause, l’idée de la marionnette du système était comme bien souvent très floue. Comment traduire dans la loi et les faits une promesse aux contours indéfinis ? La réponse reste entière, car Macron et ses équipes ne sont pas très doués pour sortir de l’équivoque. Il faut réunir la jeunesse autour de projets communs et utiles et en même temps ne pas les traumatiser en les obligeant à dépasser pendant quelques semaines leur petite personne (tout en évitant un plongeon budgétaire)….

Comme à son habitude, le Gouvernement a commandé un rapport à cinq inspections générales (administration, armées, finances, éducation, jeunesse et sports). Il devait en ressortir que le service national universel était une idée lumineuse qui contribuerait au redressement spectaculaire de la France. Sauf que dans un élan d’honnêteté ou de lucidité, les inspections générales ont souligné la non faisabilité d’un projet coûteux et qui nécessite un personnel déjà surchargé dans des conditions d’accueil intenables. La réalité a « beaucoup énervé Emmanuel Macron » et comme tous les mégalos, il croit que sa volonté peut seule faire plier les chiffres et transformer le réel. Il y a deux semaines, il déclarait : « Beaucoup disent que c’est impossible à faire. Cela forge plutôt en moi la conviction que c’est une nécessité ».

Peut-être une nécessité, mais il va falloir se remuer – et dans le bon sens – car le coût d’un service universel sera de l’ordre d’une dizaine de milliards d’euros pour la première année et non pas « deux ou trois milliards » comme annoncé par le candidat Macron. Preuve de la fumisterie, Macron estimait à trois milliards d’euros le coût maximum de cette mesure quand bien même il ne savait pas (cela reste vrai en février 2018) combien de jeunes seraient concernés, ce qu’ils feraient et combien de temps ils le feraient. Mais avec trois points d’interrogations, le financier Macron est quand même parvenu à une fourchette de deux à trois milliards. Elle est pas belle la vie ?

Le flou est toujours aussi grand, mais les ministres préfèrent parler des détails et se contredire joyeusement. Ainsi, le naufragé Collomb a assuré ce dimanche que le service national universel serait obligatoire alors que la ministre des Armées avait récemment affirmé qu’il ne le serait pas. Comme toujours avec l’équipe Macron, tout le monde est servi et on peut n’écouter que celui sui sert la bonne sauce. Universel ou pas, un autre rapport est attendu avec des conclusions bien plus proches des conceptions élyséennes. Le premier rapport, lui, avait été enterré à la hâte et seulement connu grâce à des indiscrétions des Echos.

Le service national universel obligatoire, mais en même temps pas obligatoire finira par être adopté. Le gadget a été promis et fera figure de mesure spectaculaire en faveur de la jeunesse. Les retraités seront certainement heureux de financer de telles stupidités à moins que la pression fiscale imposée par Macron ne les ait déjà pas fait exploser. Faire les poches aux vieux pour remplir de chaos l’esprit des jeunes. Voilà un beau programme bien macronien !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Nationale = France

    Universel = O.T.A.N

  2. amazonia dit :

    AVANT SERVICE . MILITAIRE OU CIVIL ?
    ETAT DE MERDE / CSA ? EDUCATION ,?ZERO
    en journée heures de grandes écoutes
    chaines tv programmes tv réalités BIMBOS + MEC
    VULGAIRES + Q .
    CHAINES .(( C. STAR )) rap + clips PUTES A RAPPEURS
    SEX . BOUGENT Q /NICHONS salopes chaudasses ++
    TEXTES ? SCANDALEUX ++
    ALORS SERVICE MILITAIRE /CIVIQUE ?
    EDUCATION ? CSA . AU SERVICE DE QUOI ? DU Q .

Laisser un commentaire sur Le-civilisateur