Jean-Yves Le Drian protège les intérêts de… sa famille

Rédigé par notre équipe le 07 mars 2018.

Alors que l’heure de la retraite aurait dû sonner depuis plusieurs années, Jean-Yves Le Drian, 70 ans, continue de rouler sa bosse dans les plus hautes sphères de l’Etat. Ministre de la Défense sous Hollande, ministre de l’Europe et des Affaires étrangères sous Macron, Le Drian est voué corps et âme au service ce l’Etat. Enfin, ça c’est sur le papier, car entre deux réunions de la plus haute importance, il trouve le moyen de caser sa famille à coup de pression diplomatique, mais peu républicaine…

La politique ne serait-elle vraiment qu’un moyen de se servir aux dépens de ceux (les citoyens) qui devraient être servis ? A en croire les affaires qui s’accumulent parmi les soi-disant grands serviteurs de l’Etat, la réponse est toute trouvée. Elle est même renforcée par les accusations de Mediapart au sujet du ministre Le Drian. Le roc breton ne serait pas seulement le ministre de la Défense qui a fait une croix sur l’armée française, il serait aussi un généreux grand-père capable de faire jouer de son influence pour obtenir des passe-droits à sa famille.

Combien de sacrifiés sur l’autel de la famille Le Drian ?  

Tout commence par un email envoyé tard dans la soirée par le consul de France à Barcelone au proviseur du lycée français de cette même ville. « Dominique, je viens d’être appelé par le directeur de cabinet de M. le Drian a propos de X, candidat à une inscription, et de Y, candidat à une inscription […] il s’agit des petits-enfants de M. le Drian dont le fils vient s’installer à Barcelone. Il serait donc souhaitable qu’ils obtiennent une place ». En effet, il serait bon que deux petits Français puissent jouir d’une instruction dans une institution extrêmement prisée. L’établissement est si réputé que ce sont 300 élèves qui ont été recalés à la rentrée dernière. Tout le monde n’a pas la chance d’avoir un grand-père ministre…

Car le scandale ne s’arrête pas là. Toujours selon Mediapart, le père des enfants – donc le fils Le Drian – n’a pas été en mesure de rendre les dossiers de candidature dans les délais. Au diable les documents qui font vivre un cauchemar au commun des mortels, un papa ministre c’est fait pour être utile. QUAND MÊME ! Interrogé, le proviseur joue les naïfs : « Nous avons essayé de trouver des places pour des Français. Eh bien, nous les avons trouvées pour ce monsieur qui se trouve, peut-être, être de la famille de Le Drian mais qui est surtout un Français qui a trouvé un travail ici, qui était donc en mutation professionnelle, et qui était donc prioritaire pour cela ». Un Français qui n’a pas rendu les dossiers de candidatures dans les délais imposés, mais qui a supplanté les 300 recalés en règle…

Tout ne serait donc que le fruit du hasard et les promesses du consul général n’ont certainement eu aucun impact. « Peut-être aurez-vous ainsi une oreille plus attentive au plus haut niveau et la joie d’avoir la visite du ministre l’an prochain ». Comme c’est touchant ! Deux places pistonnées contre la joie de voir (et peut-être toucher) le génial ministre ! Personne n’aurait pu résister à cette offre d’autant plus que les carrières se font et se défont au gré des services rendus aux puissants.

On savait Le Drian peu intéressé par la France et son avenir sur le plan international, on sait désormais qu’il protège les intérêts de sa lignée. Il faut bien occuper ses journées. La vie de patriarche n’est pas de tout repos, mais heureusement celle de ministre offre des récompenses inaccessibles à cette masse grouillante appelée les Français.

Laisser un commentaire