Dopage à l’anglaise

Rédigé par notre équipe le 10 mars 2018.

Les Britanniques s’intéressent vraiment au cyclisme depuis une décennie. Alors que l’empire Armstrong commençait à s’effriter, une nouvelle imposture sous sponsoring britannique voyait le jour sous le nom de Sky. L’idée était belle : recruter les meilleurs cyclistes britanniques auxquels ont donnerait de très bons coéquipiers venus des quatre coins du monde. Et la potion magique a fonctionné puisque depuis 2012, les succès s’enchaînent à une vitesse affolante. Tout le monde sait de quoi il en retourne et les autorités de Sa Gracieuse Majesté ont enfin commencé à tourner le dos à cette grotesque farce.  

Dans notre monde où la vérité constitue un bloc monolithique, les athlètes dopés sont forcément russes et les sportifs britanniques ou français sont, bien entendu, blancs comme neige. Pourtant cette légende a pris un sacré coup au visage avec la publication, ce lundi, d’un rapport de 54 pages dans lequel le Parlement britannique révèle que l’équipe Sky a usé et abusé des autorisations thérapeutiques permettant de prendre des substances dopantes en toute légalité…

Pas de quartier pour les asthmatiques

Le cyclisme (mais pas seulement) a vu fleurir dans ses rangs un nombre inquiétant d’asthmatiques. Le haut niveau est plein de champions qui ont des problèmes d’asthme. Ceci est curieux d’autant plus que ceux qui en souffrent ont tendance à obtenir des performances excellentes. Manquer de souffle aide-t-il à avancer plus vite ? Ce sont bien les traitements administrés par les médecins des équipes qui aident à aller plus vite que la concurrence et à ce petit jeu médicalisé, l’équipe Sky a plus d’une longueur d’avance.

Pourtant, lors de sa création en 2010, tout avait été fait dans les règles de l’art (de la communication). Aucune incartade, aucun doute ne serait permis aux coureurs revêtant le maillot de la Sky. Bradley Wiggings, un bourrin de la piste, devenu une fusée en montagne ne devait susciter aucun soupçon… Dès 2012, ce coureur à la transformation physique dérangeante bouclait le Tour de France en tête suivi de près par un illustre inconnu et coéquipier appelé Christopher Froome.

Ce dernier devait être le protecteur de Wiggins en montagne mais comme aux belles heures de la Telecom (1996-1997), le valet se révélait plus à l’aise que le leader. Une situation improbable d’autant plus que Wiggins s’est finalement fait pincer pour avoir usé d’autorisations thérapeutiques à la veille de grandes courses (dont le Tour de France 2012). Depuis, la domination de l’équipe Sky sur les grands tours a été outrageante et Froome n’a laissé échapper qu’une seule victoire sur la Grande Boucle à cause d’une chute…

La machine est implacable et fait penser au cirque d’un certain Lance Armstrong. Tout le monde chuchote, mais les protections sont si fortes qu’aucun acteur ne peut dire ce que tout le monde soupçonne. Même lorsque des hackers révèlent que les autorisations thérapeutiques s’enchaînent à grande vitesse au sein de la Sky, le scandale est rapidement enterré.

C’est donc de manière inattendue que Christopher Froome s’est fait rattraper par la patrouille lors d’un contrôle antidopage sur le dernier Tour d’Espagne. Un Tour remporté par… Christopher Froome. La farce aurait alors dû prendre fin, le pseudo cycliste aurait dû prendre sa retraite et perdre tous ses titres, mais non ! Il sort son autorisation thérapeutique et continue de se pavaner sur les routes. Là, on se dit que la Sky n’a pas perdu tous ses soutiens occultes.

Des soutiens toutefois plus tout-puissants comme l’illustre la parution du rapport parlementaire venant remettre en cause des pratiques qui sentent le souffrent. Ledit rapport s’intéresse surtout à la période 2012, mais c’est tout un système qui est visé. La Sky et Wiggings ont réagi dans les heures qui ont suivi la publication de cette petite bombe. S’il y a un crime, c’est de couvrir de soupçons toute une équipe qui lave plus blanc que blanc… Ce genre de refrain a déjà été entendu et les mauvais chanteurs ont finalement été priés de la fermer. Espérons que les chants mauvais ne se fassent pas entendre sur les routes de France l’été prochain.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Le sport je ne regarde pas.

    C’est une perte de temps.

    Le sport ne paye pas mon loyer.

    Il ne paye pas mes factures.

    Ni mes vacances.

    Il ne me nourri pas.

    Regarder des gens drogués gagner des millions en s’amusant cela ne me passionne pas.

    Cela ne m’intéresse même absolument pas.

    Rien a foutre qu’un mec puisse courir à 70km heure.

    Vu que l’on détruit cette planète, notre futur c’est les étoiles et on ne les atteindra pas avec nos jambes.

    Des millions de personnes se lèvent, cinq matins par semaine pour aller gagner une misère.

    CA ! C’est une performance.

Laisser un commentaire