En 2018, la bonne forme des banques françaises

Rédigé par Notre équipe le 03 avril 2018.

UFF Union Financière de France

Grâce à une conjoncture économique favorable, les banques tricolores annoncent de bons résultats en 2017 et abordent 2018 avec un véritable enthousiasme. Les groupes plus spécialisés comme l’Union Financière de France (UFF) sont également optimistes.

Les banques françaises ont réalisé 23,5 milliards d’euros de résultat net en 2017. « Ce n’est pas un record, mais cela témoigne de l’excellente santé d’un secteur qui a frôlé le précipice il y a tout juste dix ans », a commenté Guillaume Maujean dans son éditorial des Échos.

Ces résultats encourageants, les banques hexagonales les doivent à l’amélioration de la conjoncture économique. L’Insee a estimé à 2 % la croissance du produit intérieur brut (PIB) français en 2017, soit un taux largement supérieur à celui de 2016 (+ 1,1 %). Pour l’institut statistique, cette croissance est le résultat de l’accélération de l’investissement (aussi bien des entreprises que des ménages) et de la production (dans l’industrie manufacturière et le secteur agricole).

C’est ce contexte économique qui a permis aux principales banques tricolores d’annoncer des bénéfices exceptionnels. 7 759 M€ pour BNP Paribas, 6 536 M€ pour le Crédit Agricole, 3 024 M€ pour BPCE ou encore 2 806 M€ pour la Société Générale.

UFF, tous les résultats en hausse

D’après les informations des Échos., « les banques qui ont fait croître en parallèle leur niveau de commissions et qui profitent d’une diversification ancienne dans l’assurance s’en sortent mieux ». Le prêt est en effet la clé des bons résultats affichés par le Crédit Mutuel SIC et le Crédit Agricole. Les groupes ayant misé sur la gestion d’actifs ont également dégagé des bénéfices importants. C’est notamment le cas de Natixis, dont le bénéfice net est en hausse de 21 % sur un an.

En revanche, les groupes dont les opérations de marché sont au cœur de l’activité ont été pénalisés par la faible volatilité dans la deuxième partie de l’année, ajoute le quotidien économique.

Si 2017 a été une bonne année pour les principaux groupes français, les banques plus spécialisées tirent également leur épingle du jeu. C’est en particulier le cas de l’Union Financière de France ( UFF ), banque spécialisée dans le conseil en gestion de patrimoine dont la gamme de produits comprend l’immobilier, les valeurs mobilières et l’assurance vie.

Avec un bénéfice net de 36,5 M€ en 2017 (en progression de 24 % par rapport à l’année précédente), l’UFF réalise sa meilleure performance depuis les années 2000. Tous les résultats financiers sont en forte hausse en 2017 : le produit net bancaire (+ 11 %), la collecte nette (+ 90 %), les actifs administrés en fin de période (+ 5 %) ou encore le résultat d’exploitation (+ 13 %).

Les atouts du modèle « à la française »

Ces éléments, qui traduisent la solidité financière de l’ UFF, permettent au groupe de poursuivre le déploiement du plan stratégique « Odyssée 2020 », qui repose sur quatre axes : l’enrichissement de l’expérience client, le renforcement continu de la capacité de distribution, la maîtrise de la chaîne de valeur et la poursuite de l’enrichissement de leur gamme.

Comme le rappelle Guillaume Maujean, les excellents résultats des banques tricolores tiennent aussi au modèle de banque universelle « à la française », basé sur l’équilibre entre banque d’affaires et banque tournée vers les particuliers. La bonne performance des « petits » acteurs aux côtés des « gros » confirme la solidité d’un tel modèle et permet de regarder vers l’avenir avec un certain optimisme. D’autant que si les banques françaises seront confrontées à d’importantes transformations réglementaires en 2018, elles devraient continuer de bénéficier d’un environnement économique favorable.

Laisser un commentaire