Hollande se livre un peu

Rédigé par notre équipe le 10 avril 2018.

Difficile de ne plus rien n’être quand on a cru avoir été quelqu’un. La descente abrupte qu’a connue François Hollande est évoquée dans son nouveau livre-bilan intitulé Les leçons du pouvoir. L’ouvrage doit paraître le 11 avril prochain, mais Le figaro s’est procuré les (premières) bonnes feuilles. Revue d’un quinquennat catastrophique à la sauce hollandaise.

Cinq années d’incompétence au plus haut sommet de l’Etat. Presque un an pour faire le bilan. Trois mois de rédaction. Pourtant rien n’y fait, Hollande est fier de son bilan. Le président déchu qui a tant déçu les sympathisants de gauche croit toujours avoir bien dirigé l’Etat. Son bilan est monstrueux, mais il le pense positif. Les regrets se comptent sur le doigt d’une main avec en premier lieu la proposition de déchéance de nationalité. 

Peu de regrets pour un bilan si mauvais

« Tel est mon regret: avoir sous-estimé l’impact émotionnel de la déchéance de nationalité. (…) Aujourd’hui encore, je suis sûr que notre démarche ne menaçait en rien les libertés publiques, pas plus que les principes d’égalité entre les citoyens. Mais en démocratie, il ne suffit pas d’avoir raison, il faut aussi convaincre ». Hollande et la raison sont deux choses bien éloignées et quand bien même la déchéance de nationalité aurait été la panacée, pourquoi n’a-t-il pas fait de passage en force ? Il l’a bien fait pour la loi travail…!

Ah, mais la loi travail fait aussi partie de ses trop rares regrets. « Je maintiens que la réforme était justifiée même si elle ne figurait pas dans mon programme. (…) Je reconnais néanmoins une erreur de méthode et de calendrier ». Que dire de ses demi-confessions ? Bien évidemment que les diktats bruxellois ne figuraient pas dans son programme ! Comment un politicard qui croyait incarner la gauche pouvait-il mettre de l’ultralibéralisme dans son programme ? C’est seulement une fois au pouvoir qu’il faut s’y coller ! Aucun regret sur le fond – c’est dire le degré de trahison ! – mais des regrets sur la forme. Dans ce cas, il y a eu un peu trop de brutalité. Mou avec les terroristes, mais brutal avec les travailleurs. La gauche du XXIe siècle a des contours surprenants.

Pour lire d’autres regrets, il faudra attendre un éventuel tome II. Ah si, il y a aussi un regret qui occupe une certaine place : la montée en puissance de Macron qui a été le dernier clou dans le cercueil présidentiel hollandais. Vexé comme un pou d’avoir été doublé par son rejeton libéral, Hollande revient sur plusieurs épisodes qui ont marqué la trahison du banquier d’affaires devenu président de la République.

« À l’été 2015, le jeune ministre a pris de l’assurance et s’aventure sur un terrain plus politique (…) Il m’annonce (le 30 août 2016) qu’il veut retrouver se liberté. Je lui demande ce qu’il fera si je me déclare. Il entre dans un développement emberlificoté sur une “offre politique” qui exprime bien plus la gêne que l’ambiguïté ». On connaît la suite. Seul Hollande ne l’avait pas anticipée. Trop nul pour pouvoir faire croire une seconde fois qu’avec lui « le changement, c’est maintenant », il a dû laisser sa place à Macron comme un laquais qui attendait le retour de son maître au logis.

Pour un livre-bilan, tout cela est bien mince, mais il reste à Hollande deux décennies ou plus pour se livrer réellement et espérer ne pas rester dans l’Histoire de la Ve République comme le plus mauvais d’entre nous. La mission est complexe pour un tel homme et souhaitons lui qu’il ne devienne pas le papy gâteux de l’Europe comme l’un de ses prédécesseurs. Les Français et les Européens ont déjà trop dégusté !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Hollande est pour ceux qui l’ont placé au pouvoir

    ce que le préservatif représente après un usage.

    Inutile et pathogène …

  2. Bluesun dit :

    MOI PRESIDENT POND UN LIVRE POUR SE LIVRER….

    Purée, nous avons déjà eu une livraison d’âneries durant son mandat, à présent tout un livre pour les expliquer est-il vraiment nécessaire ?

    Rue du cirque casque sur la tête, papi joue les ados, dommage pas encore la poudre de perlimpinpin pour rendre le ridicule invisible.

    Hollande, ferait mieux de se cacher complètement, mais ces gens là, connaissent-ils seulement la honte ?

    Hollande a pris Macron en son sein, Macron ne fait que continuer le travail des démolitionmans.

    Le civilisateur parle de préservatif. Hollande avait un casque pour préservatif, Macron a deux alliances….pour qui la seconde ?

    PAUVRE FRANCE !!!!!

Laisser un commentaire