Loi asile et immigration : beaucoup de bruit pour rien

Rédigé par notre équipe le 23 avril 2018.

La loi asile et immigration a été votée en première lecture à l’Assemblée nationale au terme de sept jours de débat. Malgré la pauvreté du texte qui sert plus d’instrument de communication que d’outil pour arrêter une immigration démentielle, les députés se sont pris le bec avec violence. La droite a dénoncé le laxisme du gouvernement tandis que la gauche a été meurtrie par l’inhumanité du texte. Bref, c’était le théâtre habituel qui profite une fois encore au macronisme bien compris.  

La France est malheureusement atteinte du syndrome de l’inflation législative. Que le problème soit macro ou micro, il faut une loi pour tout. Les textes s’empilent et les flous juridiques grandissent paradoxalement au même rythme. L’immigration, sujet incontournable en France, ne fait pas exception et dix mois après son élection Macron a lancé une réforme qui devait changer tout. Mais du tout au rien il n’y a qu’un pas que LREM a franchi sans même s’en rendre compte. Les débats houleux ont eu le double avantage de cacher le vide de ce texte et de recréer des pôles d’opposition favorables à la stratégie présidentielle.

Circus nationalus

Est-ce la fin de l’immigration clandestine de masse en France ? Le texte adopté en première lecture à l’Assemblée nationale a encore un long chemin législatif à parcourir avant de devenir force de loi, mais que les dispositions soient appliquées ou non, cela ne changera strictement rien à la situation. Changer le nombre de jours maximal en centre de rétention et celui pour faire appel d’une décision ne vont rien changer au fait que nos frontières n’existent plus et que toute la misère du monde prend rendez-vous dans une Europe qui n’ose pas dire non de peur d’être taxée de racisme.

Il est vrai que si la gauche française – à commencer par les socialistes – ne se porte pas très bien, elle sait encore se faire entendre pour dénoncer les lois soi-disant lois inhumaines qui font honte à notre pays. Les Mélenchon et quelques restes du socialisme n’ont cessé de crier leur rage face à un Collomb qui ressemble plus à un paumé en ville qu’à un fanatique des institutions allemandes des années 1930… Mais crier à la haine et à la xénophobie ouvre les portes des plateaux télé, alors la gauche s’est engouffrée dans la brèche avec un certain délice.

Si la gauche crie au scandale, cela veut dire que la droite devait hurler son mécontentement face au laxisme de ce texte. Elle n’a pas manqué de le faire et les journalistes ont adoré jouer au jeu des sept familles entre LR et le FN pour affirmer en conclusion que la droite dans son ensemble constitue un péril démocratique de taille. Face à tous les extrêmes, la seule solution s’appelle Macron. Ce bon Emmanuel se battrait pour la France, seul face à l’extrémisme. Un récit déjà usé jusqu’à la corde, mais qui ne sera pas lâché de tout le mandat.

Ah mais quand même, les discussions et le vote (non solennel) ont permis de montrer les dissensions au sein de LREM ! Le gouvernement doit faire attention s’il veut garder la main et sa majorité. Là encore il s’agit d’un conte destiné à nourrir la machine médiatique. Quatorze députés n’ont pas voté en faveur du texte (passé haut la main). Les désistements ont été dus à la sensibilité de gauche de certains LREM qui se sont retrouvés en phase avec les discours démagogiques de Mélenchon & Co. Il n’y a aucune surprise là dedans puisque si le PS est mort, c’est parce que la plupart de ses compagnons de route sont allés grossir les rangs des marcheurs. Et tel des brebis, elles finiront toujours par suivre leur berger du moment car sans Macron, c’est une défaite assurée aux prochaines législatives. Même les frondeurs du PS n’avaient pas osé renverser Flamby. Faire croire qu’En Marche va imploser et malmener le gouvernement relève du fantasme pur. Quand la réalité doit être cachée à tout prix, l’illusion est une bien belle consolatrice.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Les industriels et autres businessman français, grace à l’aide des politiciens qu’ils achètent.

    Devalisent l’Afrique.

    En compensation ils permettent aux peuples dépouillés de venir nous envahir.

    Nous sommes gouverné par des singes arrivistes et mercantiles !

  2. Le-civilisateur dit :

    Les mafieux qui gouvernent l’Europe indemnisent l’Afrique avec notre liberté.

    Nos valeurs, notre culture, notre civilisation.

    Je regarde autour de moi et je ne vois bientôt que des étrangers.

    Les colonies c’est fini !

    Aucuns peuple de l’Orient et de l’Afrique ne se laisserait envahir comme nous le permettons sans broncher.

    Il faut descendre dans les rues, envahir les rues silencieusement.

    Boycotter toute une liste de produits.
    Réapprendre a ce passer d’une partie du marché.

    Les blancs, nous ! devons créé une diaspora puissante au sein même de nos nations !

    Les étrangers ont le droit d’avoir une diaspora.

    C’est donc un droit que nous avons aussi, cela n’est pas du racisme ou du fascisme.

    Comme les turques, les asiatiques, les musulmans, les polonais, etc etc…

    Il est temps de penser d’abords à nous !

    Comme les étrangers le font avec les leurs, favorisons nous entre français.

    Francesca first !

    Nous devons ressouder ce qu’il reste de notre peuple.

    Le français d’abords.

    Charité bien ordonnée commence par soi-même !

Laisser un commentaire