Macron aime les ristournes de campagne

Rédigé par notre équipe le 30 avril 2018.

Emmanuel Macron serait-il le génie de la finance, le gestionnaire génial qu’il prétend être ? Rien dans sa politique ne le laisse supposer, mais il semblerait que lorsqu’il s’agit de défendre son intérêt propre, Macron est d’une redoutable efficacité. Sa curieuse campagne présidentielle constitue un parfait exemple de la machinerie macronienne. L’organisation de meetings à prix imbattables voire même gratuits. Le charme de Macron n’a pas fait effet que sur les électeurs… 

La montée en puissance d’Emmanuel Macron en 2016-2017 n’a pas été tout à fait orthodoxe. Parti de rien, le ministre qui a échoué aurait convaincu un à un les futurs marcheurs lesquels auraient fini par rallier des millions de votants. Même histoire avec l’argent. Macron dans sa déclaration de patrimoine est sans le sou, mais il n’a eu aucun mal à rassembler des millions issus de donateurs très généreux. Son dîner londonien avait suscité des interrogations légitimes, plusieurs candidats s’étaient étonnés du cash qui coulait à flots. Mais les rumeurs et questions ne devaient en rien changer la trajectoire gagnante alors tout a été mis de côté jusqu’à aujourd’hui.

GL Events n’aime pas l’argent

C’est ainsi que Mediapart publie une enquête – plus d’un an après les faits et deux semaines après l’interview qui n’a accouché de rien. Elle révèle que le candidat Macron a bénéficié d’une grande générosité de la part de la société GL Events. Une société lyonnaise spécialisée dans l’organisation d’événements qui a pour particularité d’avoir un dirigeant proche de Gérard Collomb. Avant d’être ministre de l’Intérieur, ce bon Gérard fut le premier soutien politique à encourager Macron à voler de ses propres ailes. Faire travailler les amis pourquoi pas ? Mais les faire travailler à perte ? L’amitié a ses limites…

Ainsi, Mediapart débarque et estime bien longtemps après les faits que Macron a bénéficié de ristournes démentielles afin que sa campagne puisse être lancée et respecte bon an, mal an les règles en la matière. Ainsi, pour lancer le monstre, le meeting à La Mutualité à Paris en juillet 2016 aura coûté la modique somme de zéro euro. Coût de la location de la salle : zéro euro. Une belle négociation suivie d’une réduction de 15 000 euros. Coût total donc : zéro euro ! Voilà l’homme qu’il faut à la France. Un homme capable de négocier une salle réputée accueillant du public (socialiste à l’époque) avec toute la logistique pour aucun frais ! La classe.

La scène se répète quelques mois plus tard Porte de Versailles avec une ristourne de seulement 9 000 euros sur le matériel. Deux affaires dont se défend la société GL Events qui parle de « geste commercial ». Une prestation devenue gratuite n’a plus rien d’un geste commercial, mais il faut faire semblant d’y croire sinon on est vite relayé dans le camp des fake news. Pourquoi réaliser des prestations à perte ? Peut-être pour être bien introduit dans les cercles du pouvoir une fois la mascarade réussie. Là, les bourses pourraient se détendre un peu plus, car il ne s’agit plus d’argent privé…

Tout cela n’est qu’ignoble suspicion. Il est important d’oublier tout ce qui a été lu ici et se concentrer sur l’essentiel : le couple Macron paye sa taxe d’habitation comme tout le monde. Ils ont beau se vautrer sous les ors de la République, ils payent de leur propre denier. L’information issue de l’Elysée à des fins de propagande est encore une fois grotesque. Arrivé il y a un an, ils ne recevront leur avis de taxe d’habitation qu’à la fin de l’année… Entre mensonges et fausses nouvelles, le pouvoir s’emmêle de plus en plus les pinceaux !

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. Le-civilisateur dit :

    Quelqu’un ici pensait que la politique pouvait être autre chose que magouille & Cie ?

  2. Bluesun dit :

    Ce qui est étrange, est que personne ne se soit posé la question avant l’élection de Macron…..

    Durant même la campagne présidentielle.

    Alors que tous ces journaleux passent leur temps a chercher des poux partout, ils n’ont rien trouvé sur la tête à Macron.

    A présent que Macron est bien vissé sur le fauteuil, tout ressort. Sauf qu’il est beaucoup trop tard, l’élu, il faut se le cogner.

    Pour voir loin, il fallait y regarder de près.

Laisser un commentaire