Casse à Paris : à qui profite le crime ?

Rédigé par notre équipe le 03 mai 2018.

La manifestation du 1er mai a, sans surprise, fait la Une de l’actualité. Mais une fois n’est pas coutume, l’attention ne s’est pas portée sur des syndicats exsangues incapables de s’accorder pour lutter contre des mesures qu’ils dénoncent pourtant avec force. Cette année 2018 a mis à l’honneur des casseurs d’extrême gauche réunis sous le nom de Black Blocs. Venus pour saccager et s’en prendre aux forces de l’ordre, ils participent d’une mise en place d’un système pervers qui profite in fine au pouvoir.

Les images de la manifestation parisienne ont choqué. Le Premier ministre venu remercier les policiers au soir du 1er mai n’a fait que formuler l’incompréhension de Français pourtant habitués aux dérapages violents qui émaillent nombre de manifestations. En ce 1er mai 2018, c’est le degré de violence et le nombre de casseurs professionnels qui a marqué les esprits. Ils étaient environ 1 200, tout de noir vêtu, à s’en prendre à la mondialisation à coups de barre de fer sur les vitrines et le mobilier urbain.

Un coup de force face à une faiblesse d’Etat

Une légion de guerrieros s’était donc donnée rendez-vous à Paris pour devancer les organisations syndicales et ouvrir la traditionnelle manifestation du 1er mai. Mais ces encagoulés n’avaient bien évidemment pas l’intention de reprendre les slogans habituels qui laissent croire à un contre-pouvoir. Les 1 200 Belphégor avaient pour projet simple de tout détruire sur leur passage. Mission réussie puisque comme une fourmilière en mouvement, ils n’ont rien laissé derrière eux – sauf des bris de verre et une odeur de brûlé.

Il s’agissait de faire une démonstration de force et elle a bien fonctionné. Une petite minorité a toutefois finalement été interpellée. Les CRS n’avaient pas reçu l’ordre de laisser-faire comme cela est trop souvent le cas. On comptait encore une centaine de garde-à-vue hier, mais combien seront réellement condamnés à des peines à la hauteur de leurs actes et de leur haine ? N’oublions pas que les pauvres petits sont d’extrême gauche et qu’ils sont chouchoutés par des juges trop souvent aveuglés par leur idéologie malsaine.

Si d’aventure, cette petite armée avait regroupé des sympathisants d’extrême droite, la France de la bien-pensance se serait levée comme un seul homme pour dénoncer une tentative de putsch fascisant. Heureusement pour la France et son image, il ne s’agit que de gauchistes haineux. La plupart sont rentrés tranquillement chez eux où ils ont pu partager leurs vidéos et photos sur les réseaux sociaux (américains). Anti-mondialisation quand tu nous tiens !

Une question reste. Comment une mobilisation de cette ampleur a-t-elle pu se mettre en place sans la moindre alerte du côté de l’Etat ? Certains disent déjà qu’avec les réseaux sociaux justement, il est impossible de canaliser quoi que ce soit. D’autres affirment qu’ils avaient vu la vague venir, mais que faire dans un pays où l’Etat est si faible dès lors qu’on fait preuve d’arrogance et de détermination ?

Ces images de violence et de destruction servent aussi et surtout le pouvoir dans le jeu pervers qu’il met en place depuis un an. Les syndicats sont dépassés, le PS est mort et la droite en morceaux. Il ne reste plus qu’une double menace qui revêt l’uniforme du fascisme d’un côté et du jeune boutonneux d’extrême gauche qui veut tout casser de l’autre. La seule solution démocratique et républicaine est le vote Macron. On promettra la plus grande fermeté pour faire croire qu’avec En Marche, de telles exactions sont impossibles et les juges feront leur travail ordinaire, c’est-à-dire qu’ils relâcheront tout ce beau monde. Les Black Blocs, eux, ont réussi à se faire un nom et peuvent être contents d’eux. Ils savent qu’ils ne sont pas justes des idiots. Ils sont des idiots utiles.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Bluesun dit :

    Casse à Paris….et personne pour le stopper.(comme d’hab).

    Toujours, le Chef est seul en face du mauvais destin.
    Charles de Gaulle

    Et quand le chef fait le tour du monde, y a personne aux commandes du pays France…

    A croire que la FRANCE est dans le monde entier, sauf là, où elle devrait être….

Laisser un commentaire