Borloo se fout (encore une fois) du monde !

Rédigé par notre équipe le 04 mai 2018.

Décidément En Marche est une boîte d’intérim qui fait bosser sans vergogne les seniors. Malgré tous les recasés du PS, il reste encore de la place pour les autres. C’est ainsi qu’a été ressorti du chapeau un Jean-Louis Borloo au moins aussi fatigué que ses idées. Chargé de donner son avis sur les banlieues, Borloo fait du Borloo et oublie qu’il a été aux commandes pendant de longues années. Que vaut un retour par la fenêtre pour celui qui va fêter ses 68 ans ?

On avait quitté Jean-Louis Borloo en 2014. Après une carrière politicienne bien remplie, mais aux concrétisations positives bien pauvres pour les citoyens, Borloo prenait la poudre d’escampette direction l’Afrique. Son but alors était de donner à tous les habitants du continent l’accès à l’électricité. Une noble tâche qui a abouti à beaucoup de rencontres et de sommets très huppés dans l’attente éventuelle qu’un jour… Disons le tout de suite, l’Africain moyen n’a jamais entendu parlé de Borloo et s’il se félicitera peut-être un jour d’un raccordement à l’électricité, il est peu certain que cela soit du fait de notre ancien ministre.

L’oubli du passé

C’est vrai, avant de se passionner pour l’Afrique, Borloo a fait mine de s’intéresser aux Français. Une activité plutôt utile lorsque l’on veut gravir les marches du pouvoir. Malgré son positionnement au centre qui vaut des compromissions avec tous les bords politiques, il réussira avec un certain brio. Député entre 1993 et 2014, il ne quitte l’Assemblée nationale que pour se réfugier dans les ministères. Peu importe le domaine, tant qu’il y a de la lumière, la place est bonne à prendre. Ministre sous Chirac et Sarkozy, il a accumulé les fonctions et les honneurs grâce à une savante habilité à se mettre en scène.

La technique Borloo est simple. On prend les airs du type moyen qui découvre une situation anormale, on appelle tous les gens de bonne volonté à se regrouper autour d’un projet et une fois les gros titres publiés dans la presse on disparaît dans la nature. Cela ressemble étrangement à son projet de Fondation pour l’Afrique et à ses passages répétés au ministère du Travail et à la ville. Malgré les airs qu’il se donne, Borloo est un enragé de la politique et il ne peut vivre sans barboter dans la politique politicienne grâce à son maigre cheval appelé UDI. Une spectre politique bien utile pour faire des apparitions sur le devant de la scène française.

Cette fois, c’est à la demande de Macron que Borloo repart pour un petit tour. On se rappelle qu’il a été ministre de la Ville et qu’il avait un ton assez engagé. Les résultats n’ont pas suivi, mais peu importe, dans son rapport de 164 pages, Borloo ressort les mêmes recettes qui ne fonctionnent pas. Les milliards investis dans les banlieues n’ont produit que des fruits anorexiques ? Hé bien augmentons les doses ! Borloo pense prendre de vitesse tout le monde en disant que les milliards dépensés n’ont jamais vraiment atteints les banlieues. Si c’est vrai, où sont donc les milliards qu’il a lui-même engagé ? Une réponse à laquelle l’ancien ministre ne répondra jamais, et pourtant…

Outre les nouveaux milliards qui seront jetés par les fenêtres ou plutôt calcinés et brisés à la première émeute de quartier, Borloo n’oublie pas les mots de passe sine qua non du style « faire revenir la République », « relance immédiate de la rénovation urbaine », combattre le « repli identitaire et communautaire », etc. Des mots qui sonnent désespérément creux dans la bouche d’un responsable politique qui a passé plus de temps à soigner son image qu’à mettre véritablement en œuvre ses idées qu’il aime tant.

Les rapports peuvent s’empiler, les concepts aussi pompeux qu’ « ENA des banlieues » peuvent être forgés, rien ne se fera sans un retour à la sécurité. Le temps de la retraite est venu Monsieur Borloo. Arrêtez de vous imbiber de bêtises et laissez la parole à d’autres. Avec un peu de chance, le discours tenu sera même un peu plus crédible.

Laisser un commentaire