Mondial : la faillite du foot ouaiche-ouaiche

Franck Ribery et Nicolas Anelka, les deux emblèmes du « clan » banlieue/hip-hop de l’équipe de France sont coupables. Ils portent le poids de notre élimination de fait du Mondial africain. Les deux « cadres » avaient pourtant eu la peau de Yohann Gourcuff et Raymond Domenech leur avait confié les clés de la barraque.

Les deux divas aux egos hypertrophiés ont été en dessous de tout et incarnent à elles seules les limites de cette génération banlieue si valorisée dans les médias. Sans discipline ni esprit collectif, il n’y a pas de talent qui vaille !

Le foot ouaiche-ouaiche s’est pris une jolie calotte jeudi soir et c’est toute la France qui se lève avec la gueule de bois. C’est bien beau d’avoir de juteux contrats avec Chelsea, Munich,… ou Quick ! C’est bien beau d’affirmer qu’on est le meilleur et que l’on veut une équipe à sa main.

Au final les faits sont tétus, et si la prestation jeudi soir de l’équipe de France a été indigente, celle des deux cadres susnommés a été proprement affligeante. Anelka, à force de décrocher sans cesse sur un terrain trop grand pour lui et de marcher plutôt que de courir, a une nouvelle fois démontré le mépris qu’il avait pour le maillot national. Jamais il n’oserait proposer un match de cet accabit en Angleterre.

Pour Ribery, le constat est différent mais pas plus réjouissant. L’envie, il l’avait. Mais n’est pas Zidane qui veut et le costume de sauveur de la Nation n’est pas taillé pour lui. Une bon dégonflage de melon s’impose avant qui sait de le revoir faire une passe et accepter les consignes d’un entraineur !

Ne nous leurrons pas ! Yohann Gourcuff n’aurait sans doute pas fait de miracle hier soir face à une très bonne équipe mexicaine. Mais sa mise à l’écart après une cabale d’égocentriques jaloux de sa notoriété et de sa capacité à aligner trois mots en français, est symptomatique en soi de la faillite de l’équipe de France.

Sans un minimum d’éducation, d’abnégation et de sens du sacrifice, la France n’ira nulle part. Un galimatia d’individualités (mêmes brillantes) n’ont jamais fait une équipe. Ni une Nation.

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

7 réactions à “Mondial : la faillite du foot ouaiche-ouaiche”

  1. Abdel fermes là veux-tu ?

    A priori c'est plutôt ton grand pote ouèchouèch qui est "raciste" envers Gourcuff…

    Franchement les gas dans ton genre ou devrais-je dire de ton espèce nous les brisent menu…

Répondre à dededede Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.