/>

Scandales politico-financiers : temps de merde pour la majorité

Rédigé par notre équipe le 21 juin 2010.

“Les emmerdes volent en escadrille”, avait coutume de dire Jacques Chirac. Après la polémique sur le double traitement de Christine Boutin, après le dossier des cigares de Christian Blanc, de l’appartement de Christian Estrosi et celui des nuitées sud-africaines de Rama Yade, le gouvernement s’offre avec le Woerthgate, un nouveau scandale où se mêlent politique et intérêts financiers. De quoi irriter les Français en période de crise et aiguiser le populisme des médias et de la gauche.

La majorité n’est pas exempte de tout reproche. La séquence polémique dans laquelle on patauge depuis plusieurs semaines est née de l’inénarrable sortie démago de Rama Yade, qui à quelques jours du début de la coupe du monde n’avait rien trouvé de mieux à dire pour faire chier Roselyne Bachelot que de s’attaquer au prix des chambres d’hotel des bleus.

Outre que ces chambres étaient payées avec les deniers de la fédération, la remarque de la ministre lui est revenue en pleine gueule quand on s’est rendu compte que Mme Yade devait initialement résider dans un hotel encore plus cher que celui des footeux et que par démagogie politicienne (et après sa sortie tapageuse) elle a finalement logé chez l’ambassadeur de France et en chambre d’hôte même si les précédentes chambres d’hotel avaient déjà été payées.

La boite de Pandore était ouverte et un flot d’emmerdes a surgi pour le gouvernement et les médias ont demandé des comptes aux moindres dépenses ministérielles. Nos ministres, terrorisés par l’opinion publique et les sentences des journalistes se sont piteusement pliées à toutes les humiliations médiatiques.

Ministres lavettes

Christian Estrosi a fait constater par une horde de journaliste que son appartement n’avait rien d’un palace. Christine Boutin a du renoncer à ses émoluments pour sauver la face et son avenir politique. Christian Blanc rembourser les 3.500 euros déboursés en cigares.

Médias et opinion sont sur les nerfs et rivalisent de populisme, mais nos ministres sont des lavettes. C’est cela le plus grave. Qui aura le courage de dire un jour aux journalistes que ce minable déballage n’a aucun intérêt et déssert la démocratie dans son ensemble ? Que veut-on pour la France ? Une classe politique au Smic ? Des ministres dans des HLM ? Conserver les médiocres et faire fuir les talents (n’est-ce déjà pas en partie le cas ?) ?

Eric Woerth est mis en cause dans des enregistrements illégaux réalisés chez une vieille dame largement sénile. Y a-t-il là de quoi sonner l’halalali ? Les médias dans leur hypocrisie font semblant d’apprendre que son épouse est employée aux services financiers de la famille Bettencourt. S’ils avaient fait leur travail, ils le sauraient depuis des années. M. Woerth n’en a jamais fait mystère ! Si conflit d’intérêt il y a (et ça ne semble pas du tout évident), le lièvre aurait dû être soulevé il y a bien longtemps.

Mais que peut-on contre la mode ? Les journaux creusent en ce moment le créneau des scandales de la république. C’est porteur… et tellement facile.

Déjà 2 remarques sur cet article

  1. […] bas. Mais depuis sa sortie très démago sur le coût de l'hotel des bleus (à l'origine d'ailleurs de la frénésie médiatique autour des &q…), Rama Yade accumule les petites phrases vipérinnes. C'est David Douillet qui en fait […]

  2. certainly like your web site but you need to check the spelling on quite a few of your posts. A number of them are rife with spelling issues and I find it very troublesome to tell the truth nevertheless I’ll certainly come back again.

Laisser un commentaire