Etes-vous enchaînés à votre forfait de téléphone ? Probablement…

Daniel, jeune cadre, utilise un forfait « discount » depuis trois ans : « En fait, ce n’est pas un forfait low cost, c’est juste un abonnement téléphonique basique : 19,99 euros pour 4 heures sans engagement, sans option Internet ou SMS, c’est un tarif qui me semble normal. » Le forfait de Daniel est en fait deux fois moins cher que certains des opérateurs qui détiennent le monopole. Autant dire que ces forfaits à bas prix représentent une alternative idéale aux cartes prépayées et aux abonnements onéreux pour les petits consommateurs, comme pour les accros au téléphone (29,99 euros les 8 heures !). Avec un forfait à engagement, on peut obtenir les meilleurs mobiles pour 1 euro et se faire rembourser jusqu’à 100 euros de frais de résiliation si l’on quitte un autre opérateur.

Avec la crise, et une nouvelle tendance du consommateur à rechercher sans cesse les meilleurs tarifs, nombreux sont ceux qui sont tentés de souscrire à ces opérateurs virtuels, dont les tarifs varient entre 0,17 et 0,20 euros la minute, et sont ainsi plus de deux fois inférieurs à ceux des grands opérateurs. Pour l’instant, ce ne sont que 5 % des consommateurs qui utilisent ces opérateurs, mais ils séduisent de plus en plus… Cependant, les principaux opérateurs ne l’envisagent pas de la même manière : entre la contrainte de l’engagement et la séduction de nouvelles offres, ils sont prêts à tout pour garder leurs clients…

Gérald, 32 ans, a essayé de quitter son opérateur pour prendre un abonnement moins cher : « J’avais entendu dire que lorsque l’on perdait un emploi, on pouvait mettre fin à son contrat d’abonnement téléphonique, ce qui est, à mon avis, plus que légitime. Pourtant, lorsque j’ai contacté mon opérateur pour entamer une procédure de résiliation, on m’a précisé que seul mon décès pouvait y mettre fin. Encore heureux ! » L’autre cas de figure dans laquelle la résiliation s’envisage, c’est un déménagement dans une zone non couverte par l’opérateur. Mais la perte d’emploi ou la maladie ne peuvent constituer un motif de rupture de contrat.

De fait, la résiliation de votre abonnement vous coûtera… le prix de votre abonnement pendant les mois d’engagement restant ! Et même si l’on veut choisir, chez le même opérateur, un abonnement moins cher, des frais seront inéluctablement engagés ! Il est donc évident qu’il faut être sûr de soi avant de souscrire à un abonnement avec engagement, même si les forfaits sans engagement ou les systèmes de cartes pré-payées sont plus chers. Or, la plupart des consommateurs choisissent de s’engager pour une durée incompressible, alléchés pas les prix dégressifs selon la durée de l’engagement. Ce qui est d’autant plus compliqué que la durée de l’engagement se voit prolongée, chaque fois que le client change de téléphone ou de formule tarifaire, de 12 ou 24 mois. La durée de vie des appareils étant de plus en plus courte, ce dernier est souvent contraint de se réengager pour obtenir un téléphone à peu près correct. Une durée d’engagement en tous les cas excessive, qui verrouillerait le marché, selon les associations de consommateurs, qui dénoncent la pression financière contraignant les clients à s’engager le plus souvent pour 24 mois.

Ceux qui sont engagés seront alors condamnés à attendre la fin de leur engagement pour bénéficier des tarifs des nouveaux opérateurs low cost ou des offres alléchantes des concurrents de leur opérateur. Pour les autres, il est fréquent que les opérateurs rivalisent d’offres en tout genre auprès de leurs clients déçus. Pour bénéficier de meilleurs tarifs ou d’offres promotionnelles, cela ne coûte rien de feindre un départ. Ecotidien l’a testé pour vous : en appelant un opérateur pour demander une résiliation, et en arguant des tarifs plus avantageux chez l’opérateur d’en face, notre interlocuteur nous a proposé une réduction de…  30 % sur la facture téléphonique !

À savoir également : si vous êtes libre de tout engagement, le passage d’un opérateur à l’autre en conservant son numéro s’est vu simplifié grâce au lancement du nouveau système de  portabilité du numéro. Il vous suffit de récupérer votre numéro d’identification, le « relevé d’identité opérateur » (RIO), en appelant gratuitement depuis votre portable un serveur vocal mis en place par votre opérateur. Vous communiquerez ensuite ce RIO à votre nouvel opérateur qui se chargera de la résiliation et du portage du numéro. Le basculement de la ligne aura lieu 7 jours ouvrables après la demande.

On vous recommande

A propos de l'auteur Notre équipe

La rédaction : plusieurs journalistes qui vous sont dévoués !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.