Madame Bachelot, foutez donc la paix aux fumeurs !

Rédigé par notre équipe le 06 juillet 2010.

La dictature anti-tabac poursuit ses basses œuvres. Le Guide suprême du nouvel ordre mondial anglo-saxon, Roselyne Bachelot (mettez du rouge à lèvres à un cochon, ça demeure un cochon, ndla !), en a remis une couche hier en s’attaquant à la baisse du prix de certaines cigarettes.

Un ministre, en période de crise qui plus est, qui gueule contre une baisse de prix, c’est vraiment très fort. Voilà plus de trente ans que les clopes ne cessent d’augmenter pour arrondir les poches de l’Etat (argent aussitôt redépensé en cigares pour les ministres). On interdit depuis plus d’un an aux fumeurs de fumer dans les lieux publics. Aujourd’hui, une baisse de 20 centimes provoque la fureur de la ministre de la Santé. On marche sur la tête !

Ca suffit Madame Bachelot. Les Français en ont marre de vos Diktats. Nous sommes de grandes personnes et vous n’allez pas éternellement vous évertuer à faire notre bien contre notre volonté. Si un certain nombre d’entre eux désirent se pourrir la santé à coup de tabac, il en va de leur responsabilité individuelle.

De la prévention pour décourager les nouveaux fumeurs, tant que vous voudrez, mais le matraquage ininterrompu de ces parias de la société que sont devenus les tabagistes, c’est inadmissible.

Je dis ça d’autant plus volontiers que je ne fume pas. Mais mêmes les non-fumeurs commencent à en avoir marre de voir les fumeurs perpétuellement porter le chapeau. La discrimination des nicotinomanes est de plus en plus manifeste.

Si le tabac est un danger si grave pour la santé publique, que ne l’interdisez-vous pas ? C’est un peu facile de faire de belles leçons de morale quand on bénéficie à plein du commerce de cigarettes. Tout comme faire passer les cigarettiers pour les grands salauds du système, quand c’est l’État qui bénéficie à plein depuis des décennies des innombrables augmentations.

Au-delà de Roselyne Bachelot qui ne pense pas à grand chose outre envoyer des saloperies à la gueule de Rama Yade, il serait temps que Nicolas Sarkozy se souvienne de sa promesse de campagne : “tout redevient possible”.

C’est pas en interdisant tout à tour de bras et en voulant imposer des règles et des normes de plus en plus contraignantes que ce slogan fera gagner Sarko en 2012. Tabac, impôts, route… Les Français ont besoin d’un peu d’air Monsieur le Président.

Déjà une remarque sur cet article

  1. Leanna Tail dit :

    I was suggested this website by my cousin. I'm not sure whether this post is written by him as nobody else know such detailed about my problem. You're amazing! Thanks!

Laisser un commentaire