Eric Woerth : l’honneur d’un homme brisé par la meute médiatique

Jusqu’à la semaine dernière, Eric Woerth passait pour un honnête homme. Ministre compétent (ce qui n’est pas si fréquent) à défaut d’être médiatique (ce qui l’est encore moins), ce n’était certes pas le genre de type qui donne envie d’aller boire un coup, mais il inspirait confiance quant aux finances de la France. Sa réputation est aujourd’hui en miettes, sur la base de rumeurs colportées par des journalistes prêts à tout pour un scoop.

Il en va ainsi de l’honneur à l’ère des médias de masse et de l’info 24/24. Une rumeur qui tombe au mauvais moment. Une coïncidence malheureuse. Une maladresse . Autant d’éléments qui vous condamnent d’office par le grand tribunal médiatique.

Éric Woerth en sait quelque chose, lui qui a vu en quelques jours son honneur brisé et livré aux chiens sur la base de rumeurs extravagantes. Du tourbillon de “l’affaire”, difficile de s’imaginer que tout a commencé par la publication d’écoutes illégales d’une vieille dame sénile, mettant indirectement en cause sans aucun élément factuel pour étayer ses dires, la femme d’Éric Woerth.

La clique médiatique est tombée si bas qu’elle nous abreuve depuis des jours des rebondissements de cette affaire qui n’en est pas une, en lui accordant un crédit qui dépasse l’entendement.

Le cheminement logique des journalistes dans ce dossier est proprement ahurissant : puisque Mme Woerth travaille dans une société gérant (entre autre) la fortune de Liliane Bettencourt, elle est forcément complice de ses évasions fiscales (qui restent d’ailleurs à prouver). Du coup, Eric Woerth est non seulement au courant, mais il couvre sa femme et son employeur.

Et depuis 24 heures, les choses s’accélèrent encore. Non content d’avoir la peau d’Éric Woerth qui aide les grand-mères séniles à planquer leur fric en Suisse, ils font du brave ministre du Travail avec sa tête de premier de la classe qui n’a jamais du voler une sucrerie dans une épicerie, le porteur de valise en chef du financement occulte de la campagne de Sarkozy en 2007.

Des accusations gravissimes qui mettent désormais en première ligne le chef de l’Etat. Des accusations étayées sur quoi ? Une déclaration à charge d’une ex-employée (licenciée) de Liliane Bettencourt. Aucune preuve. Aucun élément. L’accusation d’une inconnue qui accapare l’attention du public.

Pourquoi ? Parce que ce genre de polémique stérile fait vendre du papier… ou des pubs dans le cas de Médiapart qui par ce scoop lamentable s’est fait une pub monstrueuse… Le système médiatique qui fait continuellement la leçon à tout le monde est régi par les mêmes forces que toute autre activité : celles de la rentabilité. Et pour atteindre cet objectif, ils sont prêts à passer à la moulinette n’importe quelle réputation.

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

3 réactions à “Eric Woerth : l’honneur d’un homme brisé par la meute médiatique”

  1. Ahah !!

    Merci, merci sincèrement pour cet article qui n'est, de toute évidence, pas l'oeuvre d'un journaliste !

    Passons sur les nombreuses, et impardonnables quand on se pique de vouloi faire la nique à des journalistes, fautes d'orthographe…

    Non, ce qui m'a ravi, je dois le dire, c'est ce parti pris du "tous pourris".

    Mais, Monsieur (Madame?) de La Rédaction (avec un tel nom, je conçois que l'on nourrisse quelque ambition rédactionnelle. Malheureusement, le talent ne se décrète pas ni ne s'hérite…), ces médias que vous accusez de reprendre à tort et à travers les révélations de médiapart sont tous – peu ou prou – dirigés, possédés ou influencés par des relations (personnelles tant que professionnelles)de Nicolas Sarkozy.

    Pour prendre un tel risque, pour oser briser le mur de la censure, croyez-moi, c'est qu'il y derrière cette affaire de nombreuses preuves tangibles.

    Et pour ce qui est de cet exemplaire M. Woerth, n'hésitez pas à jeter un oeil au Canard Enchainé daté du mercredi 30 juin. Derrière la figure de 1er de la classe se cache un affairiste, doublé d'un pantouflard, pour qui le bien commun n'a de raison d'exister que pour satisfaire ses besoions privés.

    Mais, en tant que journaliste de premier ordre qui se permet de donner la leçon aux reporters confirmés, vous le saviez sûrememnt déjà, Madame (Monsieur ?) de La Rédaction.

    Sur ce je vous laisse, sans l'ombre d'un espoir de voir mon commentaire publié. C'est dommage, pour une fois que quelqu'un lisait un de vos "articles"…

  2. I actually wanted to post a note in order to express gratitude to you for all of the stunning guidelines you are giving at this website. My extensive internet research has at the end been rewarded with good content to share with my relatives. I would assert that most of us readers are rather lucky to exist in a very good place with very many perfect professionals with useful strategies. I feel quite blessed to have come across the webpage and look forward to some more fabulous minutes reading here. Thank you once again for all the details.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.