Lynchage d’Eric Woerth : Mediapart aurait romancé son scoop

Nouveau rebondissement dans le lynchage médiatico-politique d’Éric Woerth. L’interview à charge contre le ministre du Travail aurait été largement réécrite et “romancée” par la rédaction de Mediapart. Retour de flamme pour le site d’Edwy Plenel.

Claire Thibout, ancienne comptable de Liliane Bettencourt par laquelle le scandale est arrivé, est revenue sur son interview choc accordée à Mediapart et dans laquelle elle accusait ni plus ni moins Eric Woerth d’avoir été le porteur de valise du financement occulte de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Des accusations gravissimes, étayées par aucun élément matériel, dont on s’était étonné que la comptable en réserve la primeur à un média plutôt qu’aux enquêteurs qui venaient pourtant de l’interroger quelques jours auparavant.

A nouveau entendue par la police dans le cadre de cette “affaire”, Claire Thibout a démenti avoir tenu un certain nombre de propos qui lui étaient attribués dans l’article. Elle accuse la rédaction de Mediapart d’avoir “romancé” ses déclarations.

Le château de cartes (faits d’insinuations, de rumeurs et d’informations parcellaires) construit par les médias pour faire “tomber” Eric Woerth est en train de s’effondrer. Après deux semaines de polémique, il n’y a toujours pas trace d’éléments consistants pour justifier la traque du ministre du Travail.

Mais la calomnie a ceci de formidable qu’il en reste toujours des traces. L’honneur de Woerth est à jamais flétri et son nom pour longtemps associé à celui de Bettencourt.

Le Parti socialiste et un certain nombre de médias ont d’ailleurs parfaitement réussi leur coup de déstabilisation du gouvernement avec cette polémique qui n’avait d’autre but que de salir. Qui se soucie encore de l’avenir des retraites ou de l’absence de projet alternatif crédible du PS ?

On vous recommande

A propos de l'auteur notre équipe

2 réactions à “Lynchage d’Eric Woerth : Mediapart aurait romancé son scoop”

  1. A d'autres !
    Attendons au moins que la justice fasse son travail (si tant est que les politiques au gouvernement lui laissent le faire) avant de blanchir définitivement M. Woerth ainsi que sa femme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.