/>

Hommage unanime à Bernard Giraudeau

Rédigé par notre équipe le 18 juillet 2010.

L’homme de théâtre et de cinéma s’en est allé à l’âge de 63 ans.


Atteint d’un cancer depuis déjà plusieurs années, l’acteur et comédien Bernard Giraudeau vient de s’éteindre dans l’hôpital parisien où il était soigné. Né en 1947 à La Rochelle, ce fut un homme d’entreprise, travaillant toujours pour aller de l’avant.

S’il s’engage sur la voie du théâtre, ce n’est qu’après avoir passé trois ans au sein de la Marine nationale à bourlinguer aux quatre coins du monde. C’est à la suite de ce parcours initiatique qu’il intègre le conservatoire national d’art dramatique. Que joue-t-il pour terminer sa formation : le monologue de Figaro bien sûr…et il était déjà époustouflant dans ce rôle en 1974.

L’acteur commence alors son odyssée sur les planches qui l’appellent de tous leurs vœux. Et, de rôle en rôle, il parfait son répertoire, alliant même les opposés. Le cinéma pose rapidement ses yeux sur ce brillant jeune premier. Et, en 1985, il connaît une première consécration avec les Spécialistes de Patrice Leconte.



Mais l’acteur ne s’arrête pas là. Il est prêt à redescendre dans les bas-fonds, quitte à briser son image de charmeur des salles obscures. Il n’hésite pas alors à endosser le rôle d’un flic alcoolique en retournant à ses premières amours, les planches du théâtre. Infatigable, l’acteur se fait aussi réalisateur. Tout d’abord pour un téléfilm, La Face de l’ogre puis il s’attaque à un long-métrage inspiré de l’œuvre d’Andrée Chedid, L’Autre.





Le tournant de sa vie trop courte, il le connaît au début des années 2000, lorsqu’il apprend être atteint d’un cancer du rein. Désormais, la maladie, par des assauts répétés, ne le lâchera plus. Il faudra qu’il fasse avec elle. Etant souvent obligé de renoncer à jouer, il décide de prendre la plume.

C’est la maison d’éditions Métailié qui accueille ses fleurs d’écriture qui sont loin de n’obtenir que des succès d’estime. De fines oeuvres vont sortir des mains de l’homme, Le Marin à l’ancre (2001), Les Contes d’Humahuaca (2002), Les Hommes à terre (2004) Les Dames de nage (2007) ou encore Cher amour en 2009. Un homme aux talents multiples vient de s’éteindre. Son œuvre désormais parlera pour lui.

Laisser un commentaire