/>

Inception : Leonardo DiCaprio, braqueur de rêve

Rédigé par silesricains (24actu) le 19 juillet 2010.

Une bande de voyous du subconscient (qui entrent dans les rêves de leurs victimes pour leur voler leurs secrets) menée par Leonardo DiCaprio, est engagée pour une mission quasi-impossible : implanter une idée dans le cerveau d’un tycoon britannique. Quand Matrix rencontre la bande à Danny Ocean…


Évacuons les petits défauts du film. Une première demi-heure où on ne s’ennuie pas, mais un peu lente peut être. Le temps d’éduquer le spectateur aux rouages de l’Inception et d’évoquer les concepts (un peu simplistes) sur le rêve qui vont porter l’intrigue… Le film aurait sans doute mérité une entrée en matière plus punchy…


Reste le grand spectacle qui vient après. La maestria de Christopher Nolan, à qui l’on doit le très réussi dernier Batman, nous entraîne dans un monde instable à souhait : celui de nos rêves.


Et à la manière des meilleurs films de braquage, on en oublie rapidement jusqu’aux effets spéciaux hallucinants pour ne plus que suivre l’architecture du plan d’action machiavélique de la bande à Leo. Les braqueurs de rêve entortillent l’inconscient du milliardaire pour lui faire accepter une idée toute simple : renoncer à son empire !


Au fil des minutes, la frontière entre rêve et réalité s’estompe peu à peu… pour nous devant l’écran, mais pour les personnages aussi. Notamment un Leonardo DiCaprio hanté par le souvenir de sa femme disparue (Marion Cotillard) dont le fantôme menace de faire capoter l’affaire. Car dans le monde des rêves les criminels non plus ne maitrisent pas la donne…


En attendant sa sortie mercredi en France,  le film a fait une entrée remarquée dans le box office américain, s’emparant de la première place.

Déjà une remarque sur cet article

  1. I was very pleased to search out this internet-site.I wished to thanks in your time for this glorious learn!! I undoubtedly having fun with each little little bit of it and I have you bookmarked to take a look at new stuff you weblog post.

Laisser un commentaire