Insécurité : la France pas prête à faire la “guerre à la drogue”

Rédigé par maximus (24actu) le 26 juillet 2010.

 

Malgré les incantations gouvernementales, la France n'est aujourd'hui dotée d'aucune stratégie globale pour faire face à l'insécurité et pour mener une véritable "guerre à la drogue", première source de financement de la délinquance.

C'est ce qui ressort d'une interview très intéressante du politologue Sébastien Roché dans le Figaro, qui explique le fossé énorme entre discours sécuritaires et politiques sécurisantes : celui de la volonté et de la stratégie.

 

"Nettoyer la racaille au karcher !" La seule chose de choquante dans cette promesse électorale de Nicolas Sarkozy, c'est qu'il ne l'ait pas respecté. La levée de boucliers des tenants de l'ordre moral ne l'y ont sans doute pas aidé, mais c'est un échec dont il porte la responsabilité. Et qu'il doit assumer.

 

La situation sécuritaire ne s'est pas améliorée ces dernières années en France. Pire, les émeutes de Grenoble et l'assaut de la gendarmerie de Saint-Aignan, prouvent que la violence s'est enracinée et que les caïds quels qu'ils soient n'ont plus peur d'affronter la police à visage découvert.

 

C'est l'analyse de Sébastien Roché, qui se demande si nous avons "les moyens et une stratégie pour (mener une guerre à la drogue et au-delà à la délinquance) ? Une question qui porte hélas en elle une réponse négative. Faire de beaux discours sur l'insécurité ou renvoyer des préfets ne suffit pas quand il n'y a aucun plan d'action réfléchi et coordonné derrière les "diagnostics frappés au coin du bon sens" que nous ressortent nos ministres.

 

"Il n'y a pas de pensée stratégique partagée, élaborée par l'Administration, puis mise en place de façon cohérente sur le moyen terme. Les zones de non-droit sont maintenant connues, bien établies", déplore Sébastien Roché avant de préciser que "pour quelques centaines de dollars vous pouvez vous procurer des kalachnikovs" en banlieue parisienne.

 

Selon lui, ce n'est pas la qualité de la réponse policière qui est à remettre en cause. Ce n'est en effet pas en tirant dans le tas que l'on démontre la force de la puissance publique… bien au contraire. La mesure avec laquelle nos forces de police, si souvent insultées pour des pseudos bavures qui relèvent du fantasme, font face à des émeutiers qui les visent avec des armes de guerre, est tout à fait admirable.

 

La police fait bien son boulot, mais personne ne tient la barre. Pas plus Nicolas Sarkozy qu'un autre. Et rien ne laisse penser que la situation va s'améliorer dans les mois à venir. Selon Sébastien Roché, les lignes sont d'ailleurs figées jusqu'à la présidentielle de 2012.

 

Espérons qu'alors, Nicolas Sarkozy aura compris l'urgente nécessité de travailler en profondeur sur une stratégie globale de lutte contre la délinquance qui fasse la part belle au démantèlement des trafics de drogue, racines profondes de la délinquance en France. C'est la "guerre à la drogue" qui permettra de tarir les sources de revenus de tous les petits caïds qui sèment la pagaille en France.

Laisser un commentaire