La dernière stupidité politique en date : réduire les effectifs des cabinets ministériels

Au 31 juillet, les Ministres et les Secrétaires d'Etat auront pour obligation de se tenir à 20 conseillers maximum par cabinet pour les Ministres et à 4 pour les Secrétaires d'Etat. Objectif affiché : réduire le train de vie de l'Etat. Objectif qui sera aussi atteint : réduire l'efficacité des ministères.

Comment peut-on prétendre bien traiter les affaires de l'Etat au plus haut niveau avec aussi peu de collaborateurs ? A Bercy, on demande aux ministres de diviser par 4 leurs effectifs. Aux Affaires Etrangères, par 3. Si on peut comprendre la logique politique derrière cette manipulation à 3 francs 6 sous pour faire croire aux Français que l'Etat se serre lui aussi la ceinture, tous ceux qui connaissent le fonctionnement d'un ministère ne peuvent qu'en être attristés.

Les conseillers sont des spécialistes techniques et maitrisent un ou plusieurs sujets sur le bout des doigts, après des années d'études et d'expériences. Se séparer de l'un d'entre eux, c'est perdre l'expertise d'un homme sur un dossier, et c'est donner plus de travail à ceux qui restent en place. Les dossiers à traiter seront donc moins fouillés.

Plusieurs conséquences insoupçonnées :

– la quasi disparition (mais on ne va pas s'en plaindre) des secrétariat d'état. Ces titres n'auront plus qu'un symbole politique pour remercier les plus fidèles, mais n'aura aucune importance gouvernementale. Dans n'importe quelle direction d'entreprise ou d'administration, le directeur s'entoure de plus de 4 personnes. Mais plus le Secrétaire d'Etat. Sans équipe, le Secrétaire d'Etat (qu'on appelle Monsieur le Ministre) ne pourra pas traiter de vrais sujets, et même défendre un projet de loi lui sera complexe.


– la totale dépendance des administrations. Le pouvoir politique recule avec cette disposition. Le travail du Ministre qui était sous-traité par un gros cabinet sera désormais sous traité par les administrations, ce qu'il faut toujours éviter dans une démocratie pour ne pas faire reculer le poids des hommes politiques, déjà bien léger, ce qui technocratiserait la plupart des décisions à prendre.

– le renforcement des grands corps d'Etat. En effet, les fonctionnaires des grands corps placés dans un cabinet peuvent ne pas "compter" dans le nombre maximum de conseillers, puisqu'ils restent membres de leurs corps (et comptés là-bas, voire payés par leurs centrales) et se voir quand même affectés en cabinet ministériel sur demande du Ministre. Du coup, leur nombre dans les lieux de pouvoir va croître considérablement…


Et si la bonne idée ne serait pas d'en revenir à un vrai gouvernement de 15 ministres, et pas un de plus, mais qui auraient le droit d'avoir de grands cabinets composés de gens talentueux, nécessaires, et rigoureux dans leurs dépenses ? Tout le monde y gagnerait : les ministres en poids politique, les conseillers en terme de qualité de travail, le budget de l'Etat en matière d'économie et les Français qui comprendraient peut être enfin (ce serait tout du moins plus facile) qui prend les décisions car 15 noms, c'est plus facile à retenir que 32 !

On vous recommande

A propos de l'auteur cleopatre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.