Al Gore ne sera plus poursuivi pour abus sexuel

La justice américaine a annoncé vendredi avoir renoncé à poursuivre l'ancien vice-président Al Gore, accusé d'abus sexuels par une masseuse professionnelle, en raison d'un "manque de preuves crédibles".

 

"La police de Portland a fini son enquête et ne réclame aucune poursuite, en raison d'un manque de preuves crédibles", écrit le vice-procureur du comté de Multnomah (Oregon), Don Rees, dans un mémo dont l'AFP a obtenu copie. "Après examen des documents fournis par la police de Portland, je partage l'avis selon lequel il n'y pas matière à poursuites", ajoute M. Rees.
 


La masseuse, Molly Hagerty, accusait l'ancien vice-président d'avoir tenté d'avoir une relation sexuelle avec elle alors qu'il se trouvait dans un hôtel de Portland en octobre 2006, en marge d'un déplacement consacré au réchauffement climatique.
 


Le mémo, s'appuyant sur l'enquête, dresse la liste des incohérences du récit de Mme Hagerty et observe qu'elle n'a jamais fourni à la police les dossiers médicaux liés à l'agression présumée, ni les résultats d'un test volontaire de détecteur de mensonges, auquel elle avait échoué.
 


Enfin, "il apparaît que Mme Hagerty a été payée par le (tabloïd) National Enquirer (qui avait publié ses "révélations", ndlr) pour raconter son histoire. Et M. Gore a volontairement rencontré les enquêteurs et nié toutes les allégations", écrit le procureur-adjoint.

Al Gore, 62 ans, lauréat du Prix Nobel de la Paix en 2007, a été le vice-président de Bill Clinton de 1993 à 2001.

On vous recommande

A propos de l'auteur Notre équipe

La rédaction : plusieurs journalistes qui vous sont dévoués !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.