/>

La violence aux femmes sexy pour Rihanna et Eminem ?

Rédigé par notre équipe le 07 août 2010.

 

A l'occasion de la sortie du clip du nouveau tube de Rihanna et Eminem, "Love the way you lie", retour en arrière sur une chanson ambigue qui ressemble étrangement à la propre histoire de Rihanna, battue par son ex Chris Brown.

 

Il va rester là à me regarder être détruite, mais tout va bien car j’aime comme ça fait mal“. C’est ainsi que commence le nouveau tube de Rihanna et Eminem sur le thème sensible des violences conjugales. Un duo qui oscille entre dénonciation et fascination morbide. Malaise…

 

Ce n’est pas la première fois qu’Eminem défraie la chronique. Le rappeur de Detroit aime jouer avec le feu et on aime ça… de temps en temps. Sauf que cette fois, le malaise généré par son dernier hit (Love the way you lie, sur l’album Recovery) tient autant au texte de la chanson qu’à la complicité de Rihanna.

 

Rihanna, victime elle-même de violences conjugales il y a quelques mois de la part de son petit ami, Chris Brown, et qui apporte sa caution à une chanson sur une passion amoureuse destructrice, dont l’intensité semble dépasser et sublimer l’horreur des coups.

 

Et c’est là tout le problème… Ce rap (excellent par ailleurs, ce qui le rend encore plus dangereux) met en exergue la dimension fusionnelle et intense d’une relation violente.

 

La chanson démarre après une violente dispute. Eminem : “Elle me déteste et j’aime ça. Qui est ce type ? Je ne connais même pas son nom. J’ai porté mes mains sur elle. Je ne retomberai jamais aussi bas“, assure-t-il dans le premier couplet.

 

Rihanna ne semble pas convaincue, mais “tout va bien car j’aime la façon dont tu me mens“. La dynamique de la violence conjugale est parfaitement décrite. La jeune femme sait que son amant recommencera… et pourtant elle reste. La violence n'est jamais glamour, même pour les stars.

 

Et pourquoi l’adolescente lambda ou la jeune femme confrontée aux mêmes problèmes n’en ferait pas autant. Battue, Rihanna est glamour et fière de l’intensité de son amour.

 

Nouvelle dispute, Eminem recommence : “Tu lui as promis que la prochaine fois tu te contrôlerais (…) mais tu as menti encore et maintenant tu la vois partir !” Enfin la jeune femme décide de s’éloigner.

 

Il réussit pourtant à la convaincre de rester en idéalisant la violence de leur couple : “peut être que c’est ce qui se passe quand une tornade rencontre un volcan“. Il la supplie de revenir… et elle revient. “La prochaine fois que je suis en colère je foutrai mon poing contre le mur… La prochaine fois, il n’y aura pas de prochaine fois. Je m’excuse même si je sais que je te mens“.

 

La chute de la chanson est sans ambiguïté, hélas : “Je sais que je suis un menteur, mais si elle essaye encore une fois de foutre le camp, je l’attache sur le lit et fous le feu à la maison“.

 

Une dernière phrase violente qui a le mérite de montrer que quand la violence s’installe dans un couple, elle ne connait plus de limites. La gifle se transforme en beigne… de plus en plus lourde… jusqu’à la mort parfois.

Laisser un commentaire