Les Haïtiens face au désastre de la candidature Wyclef Jean

Rédigé par patsoul (24actu) le 07 août 2010.

 

Sa première promesse électorale : faire venir 50 Cent à Haïti pour un concert ! La campagne présidentielle de Wyclef Jean, star du Rap et apprenti chef d'Etat, est partie sur les chapeaux de roue. Les Haïtiens auront-ils le courage de lui dire non ?

 

Quoi de plus tentant pour un pays traumatisé par des années de misères et d'anarchie, puis frappé par l'un des tremblements de terre les plus meurtriers de l'histoire, que de se chercher un homme providentiel ?

 

Et quel meilleur candidat pour une Nation dont la population est à la fois jeune et peu alphabétisée, qu'une star planétaire du Hip-Hop. Autrement plus cool que tous les croutons de politiciens qui tentent à l'heure actuelle de gérer tant bien que mal le pays.

 

C'est sur ce postulat de l'imaturité de l'électorat haïtien que Wyclef Jean compte faire campagne. Et les premiers pas en politique de l'ancienne star des Fugees sont à ce titre très révélateurs de son cynisme.

 

Outre des promesses vagues pour construire des écoles, le rappeur a largement versé dans la démagogie. Non content d'annoncer la venue de 50 cent, très populaire à Haïti, il n'a pas hésité à se comparer à Barack Obama.

 

Mais Wyclef Jean n'a rien de l'étoffe du président américain. Aucune expérience politique, il n'a quasiment jamais vécu à Haïti (il a émigré aux Etats-Unis à 9 ans) et jusqu'à récemment n'y retournait pas régulièrement.

 

Pire, son association d'aide à Haïti est accusée par la justice américaine d'avoir détourné de l'argent et le rappeur est personnellement critiqué pour avoir touché 100.000 dollars de l'association pour un concert "bénévole".

 

On ne peut qu'espérer que les électeurs haïtiens auront la force et la maturité de rejeter cette candidature démagogue qui ne fera qu'enfoncer le pays dans la crise. Un exemple récent en Afrique incite toutefois à un certain optimiste.

 

Au Liberia, pays ravagé par l'une des guerres civiles les plus horribles de l'histoire moderne, la star du football George Weah, avait à la surprise générale perdu les élections présidentielles face à une femme de 60 ans sans charisme (triple handicap) … mais diplomée d'Harvard et expérimentée : Ellen Johnson Sirleaf !

Déjà 4 remarques sur cet article

  1. Mdrrr dit :

    On a déjà eu un "homme de Dieu" qui s'est enfui avec 830 000 000 $

    Allons nous avoir un fils de pasteur qui veut multiplier par 100 voir 1000 ses vols manifestes dont il a pris l'habitude avec sa fausse fondation ?

    Haïtiens, ne vous faites pas avoir une nouvelle fois. Surtout avec un gars absent durant des années et des années et qui n'est venu que 3 jours après le tremblement… En convoi de limousine…

  2. Non aveugle dit :

    Qu'il apprenne déjà à parler créole…

    On ne t'a vu que 3 jours depuis le début du tremblement ! Et encore ! Il fallait bien te chercher… Dans ta villa louée pour l'occasion. Faux haïtien ! Cousin de titide !

  3. Titide dit :

    Wyclef Jean est à Haïti ce qu'est Patrick Sebastien pour la France. Un faux candidat juste bon à pousser la chansonette…

    Le petiiiiiiit bonhomme en mouuuuusseuh…..

  4. Andre Pierre dit :

    Ce que je lis là n'est pas un article mais un pamphlet contre Wyclef Jean. Haiti aux Haitiens et les Haitiens disens Wyclef. Occupez vous des affaires françaises car vous ne connaissez pas notre réalité. Apprenez à écrire. Meme au paroxysme du fanatisme, essayez de laisser apparaitre un peu d'objectivité et vos articles seront considérés. Vive Wyclef Jean pour président d'Haiti.

Laisser un commentaire