Les mairies de gauche expulsent aussi les Roms gitans

A gauche, on a beau critiquer les mesures prises par le gouvernement pour expulser les gens du voyage qui squattent de manière illégale certains espaces privés comme publics, mais les élus de terrain socialistes ne l'entendent pas tous de cette oreille !
 

A Anglet, par exemple, dans les Pyrénées Atlantiques, la préfecture a fait évacuer, sur demande du maire socialiste, Jean Espilondo, les Roms qui occupaient de manière illégale un terrain vague.


Pourtant, tout avait été fait pour les déplacer sur un autre terrain de la ville (chaque ville de plus de 5000 habitants est tenue de mettre à disposition une "aire de grand passage") mais rien ne les en a convaincu. Manu militari aura eu raison d'eux, au final.


Egalement, dans les Yvelines, le maire de gauche de Carrières-sous-Poissy, bien connu pour ne pas être quelqu'un de tolérant avec ses adversaires UMP au conseil municipal, a envoyé un courrier à Nicolas Sarkozy pour lui demander de faire évacuer le camps de Roms installés aux alentours de sa commune. "En tant qu'élu de gauche, et dans un souci de salubrité et de sécurité publique, je demande leur évacuation et leur expulsion dans les meilleurs délais".


Aveu d'un responsable socialiste, membre de la direction du PS, cité par Le Figaro : "On sait bien que lorsqu'un de ces camps s'installe, la courbe des cambriolages augmente".
 

Et même dans la commune de Dominique Voynet, ancienne candidate écologiste à la présidence de la République, on a expulsé fin juillet des Roms qui occupaient illégalement un terrain.  
 

So what ? Pourquoi Madame Aubry ne consulte pas ses élus ? Et que fait-elle des Roms dans sa ville à Lille ?

On vous recommande

A propos de l'auteur Notre équipe

La rédaction : plusieurs journalistes qui vous sont dévoués !

3 réactions à “Les mairies de gauche expulsent aussi les Roms gitans”

  1. La Balle des Gitans

    Mauvais temps pour tous les gitans, qui n’ont plus de permis pour faire leurs besoins.

    A Saint Aignan, ils étaient 152 environ pour faire la queue devant deux cabinets de toilettes, exigu comme un porte monnaie.

    Ce qui pose un problème au préfet, ce n’est pas seulement le complément circonstanciel de lieu ; jardin du voisin…la façade d’un magasin ou les WC d’un riverain, mais le complément circonstanciel de temps : c’est que ça les prend tous en même temps… l’envie de vous pisser dessus.

    Vous vous rendez compte, pour une histoire de WC, ce sont tous les villageois qui commencent à avoir la nausée. Sans parler, des délinquants qui repartent avec la porte des toilettes sans laisser d’empreinte sur les rouleaux de P.Q puisqu’ils sont suffisamment malins pour ne pas s’essuyer les mains.

    On a beau rétorquer, qu’ils sont de passage, que ce sont des gens du voyage, mais plus personne ne croit à cet invraisemblable message.

    Ils ont définitivement installé leur vague à l’âme sur nos terrains vagues, et se comportent comme s’ils étaient chez nous.

    L’escale nous a été fatale. Ils roulent en Mercédès, avec des Rolex aux poignets et des tiags aux pieds…

    Ils sont là… tous là… de génération en génération pour nous rappeler que la propriété c’est du vol.

    Les CRS peuvent tout au plus les déplacer, mais non les chasser de l’espace Schengen, qui sera aussi le leur incessamment sous peu.

    Il paraît qu’ils vont bientôt avoir droit à un contrôle fiscal pour leur faire passer l’envie de se relaxer… c’est drôle comme idée, mais moi j’aurais songé à un bouclier fiscal pour mettre fin à cette diarrhée.

    http://www.tueursnet.com/index.php?journal=Balle%

  2. Bonjour,

    2 rectifications :

    1 – Il ne s'agit pas d'un terrain vague… mais du stade municipal de Girouette ou les caravannes sont entrées par "effraction et violation du domaine public"

    2 – Manu militari a mis 14 jours a intervenir…

    2 erreurs qui vous décrébilise votre discourt populiste.

  3. A Montreuil, vous écrivez "on a expulsé" et laissez sous-entendre assez malhonnêtement que la Mairie y est pour quelque chose. Or les Roms occupaient un terrain privé et ont été expulsés par la police à la demande du propriétaire. Montreuil a élaboré une MOUS dont bénéficient pas moins de 350 ROMS (installation dans des caravanes, scolarisation des enfants, politique d'insertion etc…). Si chaque ville en faisait autant, et si l'Etat prenait ses responsabilités, on en serait pas là!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.